Pour la recherche urbaine

Adisson F., Barles S., Blanc N., Coutard O., Frouillou L., Rassat F. (Eds.). (2020). Pour la recherche urbaine. CNRS Éditions via OpenEdition, 441p.

Pour la recherche urbaine est un ouvrage de prospective nationale de la recherche urbaine, initiĂ© par Sabine Barles, Nathalie Blanc et Olivier Coutard, sous l’Ă©gide du CNRS, dans le but de rĂ©flĂ©chir Ă  l’avenir de la recherche urbaine en France, au sein d’un collectif pluriel en termes d’approches, de points de vue, d’affiliations et d’anciennetĂ© de carriĂšre. BasĂ© sur les dĂ©bats de six journĂ©es d’Ă©tude et d’une Ă©cole thĂ©matique entre 2015 et 2016, cet ouvrage livre une synthĂšse riche de ce qui se fait actuellement dans la recherche française sur les villes, des questions nouvelles posĂ©es par les villes contemporaines et les processus qui s’y jouent, et enfin les directions  de recherche esquissĂ©es par les travaux et dĂ©bats rĂ©cents. La ville et la recherche urbaine y sont considĂ©rĂ©es dans leurs dimensions sociale, gĂ©ographique, Ă©conomique, matĂ©rielle, politique et environnementale. Cinquante-deux auteurs y ont pris part. CoordonnĂ© par les trois instigateurs ainsi que FĂ©lix Adisson, LeĂŻla Frouillou et Fanny Rassat, il a Ă©tĂ© publiĂ© cet Ă©tĂ© par CNRS Éditions et est accessible gratuitement en ligne. Il couvre en quatre grandes parties et seize chapitres les grands domaines de la recherche française sur les villes et propose des pistes de recherche, des questions et des propositions (thĂ©oriques, mĂ©thodologiques et organisationnelles) pour le futur de cette recherche. 

J’ai trouvĂ© la dĂ©marche de l’ouvrage trĂšs intĂ©ressante et sa lecture m’a beaucoup appris (autant sur les sujets qui me sont familiers que sur ceux qui ne le sont pas). Je trouve qu’il s’agit d’un outil indispensable pour les chercheurs francophones en Ă©tudes urbaines, jeunes ou plus confirmĂ©s, et en particulier lors de l’Ă©criture d’un projet de recherche. En effet, l’ouvrage permet, grĂące Ă  l’apport de regards complĂ©mentaires et collectifs sur questions urbaines, de fournir un Ă©tat de l’art de nombreuses questions scientifiques posĂ©es par les villes contemporaines, mais aussi de confronter son idĂ©e avec les perspectives de recherche Ă©bauchĂ©es dans les diffĂ©rents chapitres. Pour ces mĂȘmes raisons, la synthĂšse de cet ouvrage n’est pas aisĂ©e. Je vais donc tenter d’en livrer les principales lignes directrices plutĂŽt que de faire une revue chronologique des diffĂ©rents chapitres.

 


 

Tout d’abord, la richesse de l’ouvrage s’exprime par la diversitĂ© de nature des chapitres qui le composent.

Certains se prĂ©sentent principalement comme une revue thĂ©matique de la littĂ©rature. Ils offrent au lecteur un panorama de rĂ©fĂ©rences classiques et contemporaines sur un aspect de la recherche urbaine. C’est le cas selon moi du chapitre 1 sur les approches critiques, ou du chapitre 7 sur l’Ă©cologie urbaine (considĂ©rĂ©e ĂĄ la fois comme Ă©cologie dans la ville, et Ă©cologie de la ville).

D’autres chapitres proposent plutĂŽt une forme de position de recherche collective. C’est le cas par exemple du chapitre 3, dans lequel les autrices plaident pour l’usage de l’expĂ©rimentation comme mĂ©thode alternative de recherche urbaine, c’est-Ă -dire la prise en compte des citoyens, de leurs visions diverses de la ville, de leurs ressources vernaculaires et d’une forme d’improvisation dans la conduite des projets urbains. Le chapitre 9 prĂ©sente aussi certains aspects d’une position de recherche, en l’occurrence sur l’approche de la ville “par la rupture”. Les auteurs soutiennent que les crises (Ă©pidĂ©mies, attentats, sĂ©ismes) permettent de rĂ©vĂ©ler – et de donc de mieux comprendre – le fonctionnement et l’organisation des villes. “Aborder l’étude du risque par la crise pousse Ă  l’approcher Ă  partir des enjeux et de la fabrique de l’urbain. De ce fait, l’approche est plus dĂ©cloisonnĂ©e et interdisciplinaire, car aborder le risque par les alĂ©as tend Ă  disciplinariser l’étude, Ă  la segmenter en fonction de la nature de ces alĂ©as. [
] En effet, l’étude des risques urbains Ă  partir du phĂ©nomĂšne perturbateur transforme gĂ©nĂ©ralement celui-ci en principe actif, extĂ©rieur Ă  la sociĂ©tĂ© urbaine, faisant de cette derniĂšre un objet subissant. […] Envisager la crise en ville, […] C’est interroger l’urgence Ă  la fois comme condition de la gestion et comme Ă©preuve servant de justification des pratiques politiques et sociales nouvelles. […] C’est Ă©galement insister sur la rupture comme une accĂ©lĂ©ration du temps qui faire Ă©vĂ©nement et s’interroger sur le sens de cet Ă©vĂ©nement pour la ville“ (Sierra et al., chapitre 9, §2-4)

D’autres chapitres sont plus directement orientĂ©s vers une Ă©criture prospective. Ils identifient explicitement les angles morts et questions ouvertes de la recherche urbaine contemporaine. Dans le chapitre 5 sur les hiĂ©rarchies urbaines par exemple, les auteurs se demandent “jusqu’oĂč les grandes villes favorisent-elles la crĂ©ation d’une richesse qui peut ensuite ĂȘtre redistribuĂ©e? Jusqu’oĂč ne sont-elles pas au contraire gĂ©nĂ©ratrices de surcroĂźt d’inĂ©galitĂ©s? (Bisson et al., chapitre 5, §32); “les modĂšles de politiques urbaines qui [dĂ©coulent des recommandations de R. Florida] sont-ils adaptĂ©s aux centre des villes moyennes? (§17) ou encore “Y a-t-il des forces politiques qui incarnent les valeurs de l’imaginaire mĂ©tropolitain?” (§13). Sur le thĂšme des services urbains et de leur provision par les acteurs publics, le chapitre 10 propose aussi de nombreuses interrogations et de pistes de recherche. Le chapitre 16 livre quant Ă  lui un travail prospectif Ă  propos de la circulation des modĂšles urbains.

Enfin, le chapitre 4 se distingue du reste de l’ouvrage par sa forme. PlutĂŽt qu’un exercice collectif d’Ă©criture sur un thĂšme donnĂ©, il rend compte de discussions ayant eu lieu lors d’une table ronde sur l’avenir de la recherche urbaine.

 

En termes de sujets abordĂ©s, il est intĂ©ressant de noter que trois fils rouges apparaissent dans la majoritĂ© des chapitres de l’ouvrage, que se soit comme objets, facteurs ou ressources de la recherche urbaine : la comparaison entre villes “du Nord” et villes “du Sud”, la problĂ©matique environnementale et la question du numĂ©rique. Ainsi, les villes du Sud sont Ă©voquĂ©es, non plus seulement en lien avec le dĂ©veloppement Ă©conomique, mais pour introduire l’importance des donnĂ©es massives dans la construction de politiques publiques de planification (Chapitre 2), pour insister sur les enjeux de mobilitĂ© durable dans les villes dont l’Ă©talement se poursuit (Chapitre 5), sur l’enjeux d’une notion floue comme celle de rĂ©silience sur les financements institutionnels dirigĂ©s vers les villes qui la promeuvent (Chapitre 9) ou encore Ă  propos des mobilisations citadines (Chapitre 12). Par ailleurs, les non-humains – animaux et vĂ©gĂ©taux – sont plutĂŽt bien reprĂ©sentĂ©s dans cet ouvrage, en ce qu’ils permettent d’envisager de nouvelles dĂ©finitions de la ville (Chapitre 6) ou de mieux comprendre son fonctionnement Ă©cologique (Chapitre 7). La dimension matĂ©rielle  de la ville est aussi mise Ă  l’honneur, notamment dans la deuxiĂšme partie du livre. Le chapitre 1 l’envisage comme un marqueur de certaines approches critiques, le chapitre 8 s’en empare pour dĂ©crire le mĂ©tabolisme urbain, le chapitre 9 s’en sert pour analyser les consĂ©quences des crises urbaines et le chapitre 13 pour rĂ©vĂ©ler les dispositifs sociotechniques de la production urbaine. Enfin, l’urban gĂ©nĂ©ralisĂ© et de la gestion des communs sont Ă©voquĂ©s Ă  plusieurs reprises mais plutĂŽt comme des thĂšmes problĂ©matiques ou non rĂ©solus de la recherche urbaine française.

En termes d’approches, l’ouvrage fait la part belle Ă  l’Ă©tude des acteurs (de la production et de la gestion urbaine [chapitres 13 et 14], des luttes [chapitre 12], du foncier [chapitre 15], de la transition Ă©cologique [chapitre 7], des services urbains [chapitre 10], de la circulation des modĂšles [chapitre 16], de la recherche [chapitre 4]), de leur trajectoire (notamment dans le chapitre 11 consacrĂ© Ă  la diversitĂ© ou dans le chapitre 12 consacrĂ© aux mobilisations) et de leur visibilitĂ© (mentionnĂ©es dans les chapitre 11 Ă  14 en particulier). La notion de visibilitĂ© est aussi mobilisĂ©e dans le chapitre 16 sur la circulation des modĂšles urbains : “Y a-t-il une concentration des Ă©tudes sur certains exemples emblĂ©matiques de logique entrepreneuriale (tels les mĂ©gaprojets, les waterfronts ou les business improvement districts) et une focalisation sur certains contextes gĂ©ographiques, notamment les grandes villes (du Nord et du Sud) au dĂ©triment d’initiatives moins visibles ou de certains contextes moins Ă©tudiĂ©s et moins mĂ©diatisĂ©s qui pourraient venir infirmer les hypothĂšses d’une hĂ©gĂ©monie des modĂšles nĂ©olibĂ©raux ?” (Lemaire et al., chapitre 16, §32). Les autres mĂ©thodologies abordĂ©es dans l’ouvrages sont diverses et complĂ©mentaires : des critical studies du chapitre 1 Ă  la mĂ©thode abductive pour analyses les donnĂ©es massives (chapitre 2) et Ă  l’expĂ©rimentation (chapitre 3).

En termes d’Ă©chelles gĂ©ographiques, la recherche urbaine passĂ©e, prĂ©sente et future est envisagĂ©e depuis l’Ă©chelon du bĂątiment (cf. les toits vĂ©gĂ©talisĂ©s dans le chapitre 7) Ă  celle du monde (cf., les marchĂ©s financiers globaux dans le chapitre 15), en passant par les quartiers (chapitres 11 et 16 par exemple), les municipalitĂ©s (chapitres 9, 13 et 15 par exemple) et les unitĂ©s fonctionnelles plus larges (chapitres 6 et 7 par exemple).

En termes de contexte institutionnel de la recherche urbaine, l’ouvrage insiste sur les effets nĂ©fastes des nouveaux modes de financement de la recherche urbaine sur les objets et terrains Ă©tudiĂ©s, notamment par les jeunes chercheurs (cf. chapitre 4). Ce sujet est convoquĂ© dĂšs l’introduction: “En premier lieu, nous souhaitons redire ici l’importance de s’attacher Ă  favoriser une plus grande pluralitĂ© des thĂ©matiques financĂ©es par les appels Ă  projets incitatifs. [
]. DeuxiĂšmement, et indissociablement du point prĂ©cĂ©dent, il convient de dĂ©velopper les financements non thĂ©matisĂ©s (appels Ă  projets blancs ou sur des thĂ©matiques larges) pour permettre aux Ă©quipes de sortir des sentiers battus et des sujets rebattus. TroisiĂšmement, une revalorisation importante des crĂ©dits de base des Ă©quipes et le dĂ©veloppement de formes de financement pluriannuelles, au-delĂ  du format typique (3-4 ans) des projets ANR, voire dĂ©barrassĂ©es de la logique compĂ©titive des appels Ă  projets, seraient plus cohĂ©rents avec le temps long de la recherche (surtout quand elle se veut interdisciplinaire) et des changements urbains.” (Adisson et al., introduction, §25). La collaboration interdisciplinaire avec les “sciences dures” (informatique, ingĂ©nierie, physique, biologie) est interrogĂ©e dans le chapitre 2, tandis que le chapitre 4 analyse l’importance de l’organisation de la recherche sur les production scientifiques. En particulier, “et c’est le […] paradoxe, les thĂ©matiques de la recherche urbaine sont foisonnantes et les Ă©vĂ©nements scientifiques sont nombreux, mais l’hyperspĂ©cialisation conduit Ă  un manque de dĂ©bats transversaux et thĂ©oriques ainsi que d’espaces et de temps pour les structurer.” (Adisson et al., chapitre 4, §37-8)

 

Cet ouvrage se rĂ©vĂšle comme un beau plaidoyer “pour la recherche urbaine” collective, plurielle, interdisciplinaire et critique. Il retravaille des questions trĂšs classiques sous des angles nouveaux (‘L’urbain par ses limites’ dans le chapitre 6 ou la sĂ©grĂ©gation par la diversitĂ© dans le chapitre 11) et propose des analyses de questions nouvellement classiques (comme celle des smart cities  dans le chapitre 2 ou celle des mobilisations citadines dans le chapitre 12). On pourrait  toutefois interroger le choix de mener une prospective de la recherche urbaine nationale sans questionner ou expliciter l’existence (ou non) d’une spĂ©cificitĂ© française de cette recherche.

Pour mon projet sur les inĂ©galitĂ©s urbaines, le chapitre 5 est venu conforter mon opinion que les inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques dans et entre villes mĂ©ritent une attention plus grande et que la recherche urbaine reste encore largement Ă  faire sur ce sujet. Je souscris donc tout Ă  fait Ă  l’appel de B. Bisson et al. :

“Quelle est la contribution exacte des villes Ă  ces inĂ©galitĂ©s ? Les villes permettent-elles de maximiser la richesse collective et donc les revenus Ă  distribuer comme le soutiennent les thĂšses sur la surproductivitĂ© des mĂ©tropoles ? Dans ce cas, le problĂšme des inĂ©galitĂ©s pourrait ĂȘtre corrigĂ© par des mĂ©canismes de redistribution. Mais une autre hypothĂšse peut ĂȘtre faite : les grandes concentrations urbaines ne seraient-elles pas la cause du problĂšme ? [
] Piketty a prolongĂ© ses analyses en soulignant une dynamique de concentration spatiale d’un capital devenu patrimonial. Il a notamment appelĂ© dans un rĂ©cent article des Annales Ă  approfondir « […] les dimensions gĂ©ographiques et spatiales du capital et les effets d’échelle » (Piketty 2015, p. 132). Cet appel, qui esquisse de nouveaux champs de recherche, mĂ©rite d’ĂȘtre entendu par les Ă©tudes urbaines pour approfondir les connaissances sur les mĂ©canismes de production des inĂ©galitĂ©s, notamment monĂ©taires, au sein des villes et de leurs relations pensĂ©es Ă  l’échelle des systĂšmes urbains.” (Bisson et al., chapitre 4, §36)

 


 

Je partage ici, le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

À ce jour, je n’ai pas connaissance d’autres comptes-rendus de cet ouvrage.

OĂč va l’argent des pauvres

Colombi D., 2020, OĂč va l’argent des pauvres, Payot & Rivages, 300p.

Cet ouvrage porte un titre trĂšs explicite et trĂšs rĂ©vĂ©lateur de son contenu. Il s’agit en effet d’un essai sur la relation entre l’argent et les pauvres, qui s’intĂ©resse Ă  la finalitĂ© de l’argent gagnĂ©, reçu et dĂ©pensĂ© par les membres les plus pauvres de la sociĂ©tĂ©. Denis Colombi pose la question de la dĂ©finition de la pauvretĂ© en termes monĂ©taires et non-monĂ©taires : est-ce uniquement la quantitĂ© d’argent dĂ©tenue par un individu qui le rend pauvre aux yeux de la sociĂ©tĂ©, ou bien une sorte d’identitĂ© seconde supposĂ©ment associĂ©e Ă  des comportements et Ă  une culture distincte ? L’auteur interroge la destination de l’argent en analysant les postes des budgets contraints gĂ©rĂ©s par les mĂ©nages les plus pauvres. Enfin, il explore la relation entre la pauvretĂ© des uns et l’aisance des autres dans les sociĂ©tĂ©s française et amĂ©ricaine, en suggĂ©rant qu’une partie de l’argent des pauvres finit souvent, et non par hasard, dans la poche des riches. Au terme de cet essai, le lecteur identifie deux messages trĂšs clairs que l’auteur fait passer. D’une part, la pauvretĂ© ne devrait ĂȘtre qu’une question d’argent, qui soit donc solvable en donnant de l’argent (ou au moins l’accĂšs Ă  des liquiditĂ©s) aux mĂ©nages qui en manquent, que ce soit par le travail, rĂ©munĂ©rĂ© Ă  sa juste valeur, ou par d’autres mĂ©canismes comme l’assistance sociale ou le revenu universel. D’autre part, la sociologie du XXIe siĂšcle doit ĂȘtre considĂ©rĂ©e une science descriptive plutĂŽt que comme un corpus de thĂ©ories concurrentes ; elle remplit sa fonction lorsque sont produites des connaissances qui servent la sociĂ©tĂ© qu’elle Ă©tudie.

Denis Colombi est sociologue et professeur de lycĂ©e. Il dĂ©veloppe la thĂ©matique de cet ouvrage depuis 2017 sur son blog et sur Twitter, oĂč j’ai dĂ©couvert ses travaux et rĂ©flexions. Son propos porte principalement sur la sociĂ©tĂ© française (bien que l’on trouve aussi de nombreuses rĂ©fĂ©rences amĂ©ricaines) et se nourrit d’actualitĂ©s rĂ©centes (les “Ă©meutes du Nutella” ou le steak en or de F. Riberi par exemple) et d’expĂ©riences personnelles comme professeur de lycĂ©e, de rĂ©fĂ©rences littĂ©raires mais aussi acadĂ©miques. Il est Ă  noter que la lecture en est trĂšs fluide, cet ouvrage se voulant accessible au plus grand nombre.

 


 

La question “OĂč va l’argent des pauvres?” est dĂ©clinĂ©e en six chapitres, prĂ©cĂ©dĂ©s d’une introduction. Celle-ci a pour objet de justifier la lĂ©gitimitĂ© de la question posĂ©e. En effet, D. Colombi constate que le rapprochement des thĂšmes de l’argent et de la pauvretĂ© est peu frĂ©quent, que ce soit dans le discours public comme en sociologie. “Étonnamment, l’argent n’est pas forcĂ©ment la premiĂšre chose Ă  laquelle on pense lorsqu’il est question de pauvretĂ© : on prĂ©fĂšre au mieux se concentrer sur ce qui explique, pense-t-on, le manque d’argent que sur ce dernier proprement dit. Pourtant, comment veut-on comprendre quoi que ce soit si l’on ne commence pas par lĂ  ?” (p. 19-20). Il tient Ă  montrer d’emblĂ©e que les dĂ©fis posĂ©s aux mĂ©nages pauvres en termes de gestion de budgets sont incomparables avec ceux des mĂ©nages aisĂ©s ou de classe moyenne, car les revenus des mĂ©nages pauvres sont Ă  la fois faibles et incertains, tandis que leurs dĂ©penses sont rigides et contraintes. La charge mentale de ce dĂ©fi du quotidien est par ailleurs sous-estimĂ©e dans l’imaginaire collectif qui prĂ©fĂšre se rĂȘver riche plutĂŽt que de se mettre dans la peau des pauvres. Enfin, la parole publique sur les sujets Ă©conomiques est gĂ©nĂ©ralement monopolisĂ©e par les classes supĂ©rieures. Pourtant, “penser que ses propres façons de faire en matiĂšre d’Ă©conomie devraient ĂȘtre universalisĂ©es parce qu’elles seraient partout et toujours efficaces relĂšve de la pensĂ©e magique et non de l’argument rationnel” (p. 15).

Dans le premier chapitre “Les coupables idĂ©aux. Du bon et du mauvais pauvre“, D. Colombi explore la construction de la figure du pauvre par la sociĂ©tĂ©, d’un point de vue historique et sociologique. Il rappelle que les sociĂ©tĂ©s ont gĂ©nĂ©ralement alternĂ© entre deux postures face aux pauvres : la compassion et la culpabilisation, “la pitiĂ© et la potence“. À un extrĂȘme, les pauvres sont les victimes dĂ©shumanisĂ©es de la malchance et doivent recevoir la charitĂ© des plus aisĂ©s. À l’autre extrĂȘme, les pauvres sont responsables de leur sort, n’ayant pas fait les efforts nĂ©cessaires pour se sortir de leur situation. Dans tous les cas, les rapports habituels de la sociĂ©tĂ© Ă  ses membres les plus pauvres passent sous silence l’argent proprement dit, le caractĂšre collectif de certains phĂ©nomĂšnes sociaux comme le chĂŽmage ou la pauvretĂ©, et tendent plutĂŽt Ă  stigmatiser les pauvres en leur assignant un statut particulier (souvent disqualifiant ou dĂ©gradant). La pauvretĂ© monĂ©taire des individus est donc associĂ©e par la sociĂ©tĂ© Ă  une identitĂ© sociale. L’Ă©conomique et le social se mĂȘlent ainsi dans la dĂ©finition du groupe des pauvres. “Les pauvres ne forment pas une catĂ©gorie homogĂšne, mais plutĂŽt un ensemble de personnes et de familles inĂ©galement situĂ© dans un parcours oĂč s’accumulent Ă  la fois des difficultĂ©s matĂ©rielles (notamment l’Ă©loignement du marchĂ© du travail) et une perte de la reconnaissance de la part des autres” (p. 44). Ce stigmate social est rĂ©vĂ©lĂ© dans les cas extrĂȘmes oĂč les pauvres deviennent soudainement riches (Colombi prend l’exemple des footballeurs et des gagnants du loto). Dans ces cas-lĂ , les “nouveaux riches” se reconnaissent parce qu’ils ont conservĂ© un ensemble de pratiques, de goĂ»ts et de comportements mĂ©prisĂ©s par la sociĂ©tĂ©. La pauvretĂ© monĂ©taire s’accompagne en effet d’une pauvretĂ© en capital culturel et symbolique, qui permet aux classes supĂ©rieures d’afficher leur richesse (mĂȘme lorsqu’elle est hĂ©ritĂ©e, suspecte ou indĂ©cente) avec plus de “distinction”. Le chapitre se clĂŽt par l’analyse du droit de regard que la sociĂ©tĂ© impose lorsqu’il s’agit de la dĂ©pense des pauvres, surtout lorsque que cet argent provient de l’aide publique.

“Ce qui se passe avec les aides publiques, [
] ce n’est pas seulement que les pauvres ne peuvent pas faire de contre-don – ce qui rend, dans l’analyse de Mauss, la charitĂ© la plus classique humiliante. C’est aussi et surtout qu’on soumet le don Ă  des contreparties […] Lorsque l’on donne ainsi, afin de venir en aide Ă  quelqu’un, on s’estime gĂ©nĂ©ralement lĂ©gitime Ă  lui dire aussi comment utiliser ce don” (p. 76).

Dans le second chapitre (“De folles dĂ©penses? Du luxe Ă  la survie“), D. Colombi analyse les stratĂ©gies de gestion de leur budget par les mĂ©nages pauvres et trĂšs prĂ©caires. Il montre tout d’abord que la prescription sociale Ă  l’accumulation et Ă  l’Ă©pargne est absurde et irrationnelle dans les contextes de pĂ©nurie absolue dans lesquels se trouvent beaucoup de mĂ©nages pauvres. Dans ces cas-lĂ , les mĂ©nages adoptent des stratĂ©gies qui s’expliquent entiĂšrement par la raretĂ© de l’argent plutĂŽt que par un dĂ©faut de gestion. Une de ces stratĂ©gies consiste par exemple Ă  constituer des stocks alimentaires dĂšs le dĂ©but du mois, ce qui permet de prioriser la survie physique dĂšs la rĂ©ception des revenus (de peur qu’il ne reste pas assez en fin de mois) et d’optimiser les opportunitĂ©s irrĂ©guliĂšres (les promotions par exemple). D’autres stratĂ©gies paraissent moins Ă©videntes Ă  premiĂšre vue : il s’agit par exemple de certaines consommations considĂ©rĂ©es comme “luxueuses” par les classes moyennes et supĂ©rieures. L’auteur range par exemple les smartphones et le permis de conduire dans cette catĂ©gorie et montre que l’investissement est pourtant nĂ©cessaire pour les mĂ©nages les plus pauvres, car de ces dĂ©penses dĂ©pendent la possibilitĂ© de recettes futures (le permis pour trouver un emploi lorsque l’on habite en zone peu dense que l’on a peu d’autres qualifications Ă  ajouter sur son CV) mais aussi, dans le cas du smartphone, car il permet l’intĂ©gration sociale et institutionnelle (se connecter aux services publics dĂ©matĂ©rialisĂ©s par exemple). Enfin, certaines consommations apparemment ostentatoires ou de prestige, comme les “vraies” cigarettes ou les vĂȘtements de marque pour les enfants, dĂ©coulent directement du stigmate associĂ© Ă  la figure du pauvre dans la sociĂ©tĂ© et de la nĂ©cessitĂ© ressentie de s’en distinguer pour conserver son rĂŽle social. “L’attachement Ă  certaines consommations symboliques est d’autant plus fort que leur abandon signifierait un abandon de soi, de l’espoir de connaĂźtre des jours meilleurs, ainsi que l’endossement dĂ©finitif et sans doute irrĂ©mĂ©diable du rĂŽle de pauvre et de l’identitĂ© nĂ©gative qui constitue la derniĂšre Ă©tape de la disqualification sociale. Lutter contre la pauvretĂ©, cela peut vouloir parfois dire consommer, mĂȘme au risque de s’enfoncer encore plus dans les difficultĂ©s. C’est ce qui fait toute la tragĂ©die de la misĂšre” (p. 105). L’injonction Ă  un style de vie sain et austĂšre s’accompagne parfois de la rĂ©probation sociale concernant le nombre d’enfants des familles pauvres voire leur trop forte assignation genrĂ©e. D. Colombi montre Ă  quel point ces injonctions des classes moyennes et supĂ©rieures sont hypocrites et cruelles. Dans le premier cas par exemple, l’expĂ©rience d’avoir des enfants est, de maniĂšre partagĂ©e par tous les groupes sociaux, de plus en plus considĂ©rĂ©e comme un pilier de l’accomplissement personnel (surtout lorsque les perspectives professionnelles et culturelles sont moroses). “Dans ce contexte, comment penser que les pauvres pourraient dĂ©cider ‘rationnellement’ de s’en priver ?” (p. 124). La mise Ă  jour de cette hypocrisie rejoint l’analyse, pour de la sociĂ©tĂ© britannique, d’Owen Jones dans “Chavs”. Concernant la fĂ©minitĂ© et la masculinitĂ© :

“L’usage du genre Ă  des fins professionnelles n’est pas spĂ©cifique aux classes populaires. Du trader qui doit faire preuve d’une agressivitĂ© toute masculine Ă  la top-modĂšle qui capitalise sur sa maĂźtrise de la fĂ©minitĂ©, on peut trouver des exemples Ă  tous les niveaux de l’Ă©chelle sociale. Mais ce qui est spĂ©cifique aux pauvres, c’est que ces compĂ©tences particuliĂšres sont plus souvent qu’ailleurs les seules sur lesquelles ils peuvent s’appuyer, les seules cartes Ă  jouer sur le marchĂ© du travail.” (p. 207)

Le chapitre 3 (“GĂ©rer l’ingĂ©rable. Petits arrangements avec la misĂšre“) s’intĂ©resse au moneywork (c’est-Ă -dire l’Ă©norme de travail de planification, de suivi, de contrĂŽle et de gestion de l’argent lorsqu’il est Ă  la fois rare et incertain) induit par la pauvretĂ© et principalement supportĂ© par les femmes. L’analyse des ressources et des dĂ©penses contraintes des mĂ©nages (Ă  l’euro prĂšs Ă  partir des statistiques publiques) conduit l’auteur Ă  conclure que la marge d’expression des prĂ©fĂ©rences personnelles dans les choix de dĂ©penses des mĂ©nages pauvres est infime, contrairement aux discours culpabilisants leurs mauvais choix : “les 10% les plus pauvres disposent de seulement 80 euros [par mois] une fois dĂ©duites les ‘dĂ©penses contraintes et incontournables’ – 80 euros pour les loisirs, vacances, dĂ©penses d’habillement et d’Ă©quipement mĂ©nager, ou pour mettre de l’argent de cĂŽtĂ©. […] des sommes qui paraissent, vu du plus haut sur l’Ă©chelle sociale, dĂ©risoires – les 10% les plus riches disposent eux d’un reste Ă  vivre de 1474 euros [
] A partir de ces diffĂ©rentes donnĂ©es, on peut comprendre que les affaires de prĂ©fĂ©rences, de goĂ»ts, de styles de vie, de bonnes et mauvaises dĂ©cisions, de cultures ou autres soient, finalement, de faible importance lorsque l’on s’intĂ©resse aux pauvres. Pour que tous ces Ă©lĂ©ments s’expriment, encore faut-il qu’il y ait des moyens Ă  disposition” (p. 151-2). MalgrĂ© un travail Ă©puisant de gestion quotidienne leur budget incertain, les pauvres souffrent en plus de consĂ©quences disproportionnĂ©es en cas d’erreur, notamment de la part des banques et organismes de prĂȘts.

Dans le chapitre 4 (“La pauvretĂ©, c’est la pauvretĂ©. De l’utilitĂ© publique du pauvre“), D. Colombi propose de renverser le sens de la causalitĂ© gĂ©nĂ©ralement admise entre pauvretĂ© et les comportements de dĂ©pense. Au lieu de supposer que les pauvres le sont en raison de dĂ©faut de jugement et de dĂ©penses outranciĂšres, l’auteur suggĂšre que c’est au contraire l‘expĂ©rience de la pauvretĂ©, avec son lot de stigmatisation et de disqualification sociale, qui conduit les pauvres Ă  modifier leurs comportements. “‘DĂ©s-altĂ©riser’ les pauvres, cesser de les voir comme un ensemble d’individus radicalement diffĂ©rent du reste de la sociĂ©tĂ©, voilĂ  l’enjeu. Leurs comportements ne sont pas le produit d’une culture ou sous-culture particuliĂšre, dont on ne pourrait que constater la distance avec celles des autres classes. Ils agissent en fait comme n’importe qui le ferait Ă  leur place” (p. 218). Ce changement de perspective permet Ă  la fois de rĂ©insĂ©rer les mĂ©nages pauvres dans la sociĂ©tĂ© comme membres rationnels Ă  part entiĂšre (si l’on en doutait) et non comme les reprĂ©sentants d’une sous-culture Ă  part. Il permet aussi de se dĂ©faire des deux attitudes habituelles vis-Ă -vis de la pauvretĂ© : la compassion et la culpabilisation. “Si l’on ne rĂ©duit pas ledit stigmate, aucune autre mesure en faveur des pauvres, aucune tentative un peu ambitieuse de redistribution ne sera ni possible ni pleinement libĂ©ratrice. Tant que l’usage de l’argent par les pauvres fera l’objet d’un soupçon infamant, tant que l’on cherchera Ă  le contrĂŽler et Ă  le contraindre, tant qu’on les traitera comme des pauvres, alors il sera impossible pour eux de sortir collectivement de la pauvretĂ©” (p.229).

L’avant dernier chapitre, comme son titre “MisĂšre des pauvres, opulence des riches. La pauvretĂ©, un business lucratif” l’indique, s’intĂ©resse Ă  la reproduction de la pauvretĂ© par la relation systĂ©mique entre riches et pauvres. Pour ce faire, D. Colombi s’appuie sur la notion d’exploitationpour dĂ©signer toute situation oĂč les inĂ©galitĂ©s ne sont pas seulement relatives […], mais oĂč la situation des plus favorisĂ©s implique, par une relation substantielle, le maintien dans la pauvretĂ© des moins favorisĂ©s” (p. 233). Une partie du chapitre d’attache Ă  lister certains biens et services effectivement payĂ©s plus chers par les mĂ©nages les plus pauvres. Il peut s’agit en effet du logement, de l’Ă©lectromĂ©nager ou des services bancaires. La raison peut en ĂȘtre que certains de ces produits sont vendus dans des marchĂ©s captifs spatialement (on pense aux dĂ©serts alimentaires mis en lumiĂšre aux États-Unis) ou socialement (lorsque le vendeur suspend ses jugements sur l’apparence et le choix des clients, avec un surcoĂ»t cependant). Dans le cas des services bancaires ou assurantiels par ailleurs nĂ©cessaires Ă  la vie professionnelle et personnelle, “les pauvres français payent plus cher pour leurs services bancaires parce que c’est seulement Ă  ce prix-lĂ  qu’on accepte de leur fournir. AmĂ©liorer l’accĂšs et la stabilitĂ© du logement des uns et les facilitĂ©s d’accĂšs Ă  la liquiditĂ© et aux emprunts des autres serait alors peut-ĂȘtre un moyen extrĂȘmement simple de rĂ©duire la pauvretĂ©â€ (p. 247). Dans la deuxiĂšme partie du chapitre, l’auteur explore les relations systĂ©miques encore plus directes entre riches et pauvres, c’est-Ă -dire oĂč les riches sont d’autant plus riches et libres que les pauvres sont pauvres et exploitĂ©s. Il s’agit par exemple des services Ă  la personnes (le care), sous-payĂ©s et stigmatisĂ©s, qui rendent possible le style de vie privilĂ©giĂ© des hommes et femmes de la classe supĂ©rieure ou moyenne supĂ©rieure, au prix de la misĂšre des femmes fragilisĂ©es par leur statut social et/ou migratoire. La pandĂ©mie de COVID-19 aura au moins eu le mĂ©rite de mettre au premier plan l’ampleur et les consĂ©quences de cette injustice flagrante. Un autre exemple pris par l’auteur est celui des travailleurs de plateformes numĂ©riques dont le travail mal rĂ©munĂ©rĂ© et peu protĂ©gĂ© est exploitĂ© pour organiser un future automatisĂ© qui les rendre obsolĂštes.

“En replaçant la question de l’exploitation au cƓur de l’analyse de la pauvretĂ©, on se donne les moyens de mieux la comprendre : si elle existe, si elle persiste, c’est d’abord parce que certains acteurs tirent profit de cette existence.” (p. 273)

Tout ça, c’est politique. Solution et volontĂ©” conclut l’ouvrage. Ce chapitre expose les solutions possibles pour rĂ©duire la pauvretĂ© de maniĂšre substantielle en France (oĂč elle touche prĂšs de 2 millions de personnes), ainsi que les verrous politiques, notamment le manque de volontĂ© et l’intĂ©rĂȘt des plus riches Ă  la reproduction de la pauvretĂ©. L’auteur rappelle qu’une rĂ©duction de la pauvretĂ© est possible, comme le montre l’histoire des XIXe et XXe siĂšcle et l’Ă©tablissement de l’État providence. La pauvretĂ© a alors drastiquement baissĂ©, notamment pour les personnes ĂągĂ©es. “Mais ce recul de la pauvretĂ© n’a pas Ă©tĂ© une pente naturelle de l’Ă©volution des sociĂ©tĂ©s, ni mĂȘme la simple consĂ©quence du dĂ©veloppement du capitalisme et de la croissance Ă©conomique. Il a bel et bien Ă©tĂ© le rĂ©sultat de politiques volontaristes et de dispositifs collectifs” (p. 276). La solution Ă©noncĂ©e par D. Colombi peut sembler dĂ©concertante de simplicitĂ© : il suffit de donner de l’argent aux pauvres, “ou, au moins, de leur donner accĂšs Ă  l’argent. Une source de revenus, un prĂȘt Ă  moindre taux, une facilitĂ© de caisse, autant de choses qui peuvent reprĂ©senter une bouffĂ©e d’air frais et une sortie de la misĂšre pour des mĂ©nages Ă©crasĂ©s par les difficultĂ©s Ă©conomiques” (p. 277). En discutant les maniĂšres possibles de faire cette distribution d’argent, l’auteur en vient Ă  discuter de l’intĂ©rĂȘt du revenu universel, c’est-Ă -dire de donner de l’argent Ă  tous pour accroĂźtre l’acceptabilitĂ© collective de la mesure.

C’est ce que l’on appelle le ‘paradoxe de la redistribution”. Si l’on veut aider les pauvres, il vaut mieux ne pas les viser spĂ©cifiquement. […] Il est vrai que si l’on veut, dans un tel systĂšme, avoir des personnes qui ramassent nos poubelles, il faudra envisager non seulement de les rĂ©munĂ©rer suffisamment, mais en outre arrĂȘter de les mĂ©priser. En fait, ce sera toute la valeur des emplois qui sera affectĂ©e : certaines activitĂ©s apparaissent aujourd’hui Ă  la fois trĂšs utiles et bien peu rĂ©munĂ©rĂ©es, parce que la menace de la misĂšre permet de trouver des gens disponibles pour les rĂ©aliser Ă  bas coĂ»t. Un revenu universel conduirait Ă  devoir repenser complĂštement la notion mĂȘme de valeur” (p. 293-303).

Le livre s’achĂšve sur ce constat dĂ©sarmant et crucial : “les pauvres sont comme tout le monde, et les plus fortunĂ©s seraient comme eux s’ils n’avaient pas d’argent” (p.311). Bien qu’Ă©vidente, l’inscription de cette formule au frontons des institutions sociales pourrait ĂȘtre recommandĂ©e par mesure prophylactique, pour Ă©viter la naturalisation de la pauvretĂ© et sa justification par les classes favorisĂ©es (on pense ici Ă  l’ouvrage “Ce que les riches pensent des pauvres” de S. Paugam, B. Cousin, C. Giorgetti et J. Naudet).

 

Au final, cet ouvrage confirme certaines de mes intuitions (sur le surcoĂ»t des biens et services vendus au pauvres par exemple) et ouvre de nouvelles perspectives (sur la monĂ©tisation de l’aide ou le caractĂšre genrĂ© du moneywork). Bien que certains sujets du livre effleurent la dimension spatiale des mĂ©canismes de maintien dans la pauvretĂ© (avec les marchĂ©s captifs notamment), on pourrait Ă©videmment regretter l’absence de discussion de l’effet des environnements gĂ©ographiques locaux sur les opportunitĂ©s et les contraintes accessibles aux mĂ©nages pauvres selon leur inscription territoriale (la question de l’Ă©cole et des soins y est fortement associĂ©e localement par exemple, celle de l’emploi Ă  une Ă©chelle plus large). Enfin, on peut dĂ©plorer la restriction gĂ©ographique des exemples aux cas français et amĂ©ricains. Qu’en est-il dans les sociĂ©tĂ©s oĂč la charitĂ© envers les pauvres est nĂ©cessaire Ă  l’ordre social et au salut des privilĂ©giĂ©s (comme dans le roman d’Aminata Sow Fall : “La grĂšve des bĂ ttu”) ? Qu’en est-il dans les collectivitĂ©s oĂč, pour des raisons spirituelles par exemple, la pauvretĂ© est cĂ©lĂ©brĂ©e plutĂŽt que stigmatisĂ©e ? Au final, ce livre constitue un essai original sur la pauvretĂ© dans les sociĂ©tĂ©s occidentales. Il met en lumiĂšre de nombreux mĂ©canismes sociaux de sa reproduction, dont certains sont parfois contre-intuitifs.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont Ă©tĂ© publiĂ©s Ă  ce jour, par exemple dans la revue Lectures ainsi que sur le blog de Mediapart.  

 

Enfances de classe. De l’inĂ©galitĂ© parmi les enfants.

Lahire B. (dir.), 2019, Enfances de classe. De l’inĂ©galitĂ© parmi les enfants, Paris, Seuil, 1232p.

(N.B. Ce compte-rendu a Ă©tĂ© publiĂ© par la revue Cybergeo, European Journal of Geography. La version blog ci-dessous inclut, en plus, une discussion de l’ouvrage en lien avec mon projet sur les inĂ©galitĂ©s urbaines, ainsi que le document compagnon contenant les citations que j’ai considĂ©rĂ©es importantes.)

La premiĂšre chose qui marque dans ce livre, c’est  probablement son poids! Avec 1232 pages, l’ouvrage dĂ©passe mĂȘme le record du nombre de pages pour un livre grand public consacrĂ© aux inĂ©galitĂ©s dĂ©tenu par Thomas Piketty. Toutefois, la lecture (et la revue) n’en sont pas dĂ©mesurĂ©ment longues, notamment car les deux tiers environ de l’ouvrage sont consacrĂ©s Ă  18 portraits d’enfants, qui prĂ©sentent leur biographie familiale, leur environnement quotidien ainsi que les descriptions et opinions de leurs parents, enseignants et proches sur diffĂ©rents thĂšmes relatifs Ă  leur socialisation (la lecture, le sport, les jeux, l’alimentation, l’autoritĂ©, etc.). C’est d’ailleurs l’aspect que j’ai trouvĂ© le plus intĂ©ressant dans cet ouvrage quant Ă  sa forme : contrairement Ă  beaucoup de recueils de rĂ©sultats consĂ©cutifs Ă  une enquĂȘte en sciences sociales menĂ©e par une Ă©quipe de chercheurs sur plusieurs annĂ©es, ce livre fournit Ă  la fois le contexte de la recherche, sa mĂ©thodologie, ses rĂ©sultats, mais aussi le matĂ©riau de l’enquĂȘte lui-mĂȘme, synthĂ©tisĂ© en monographies de 30 Ă  40 pages chacune. Les chapitres d’analyse concluant l’ouvrage en sont d’autant plus percutants que le lecteur ou la lectrice a dĂ©jĂ  pu gĂ©nĂ©raliser certaines conclusions lui ou elle-mĂȘme en lisant la sĂ©rie de monographies, dont la prĂ©sentation suit une trame plus ou moins standard, abordant tour Ă  tour les diffĂ©rentes questions de la socialisation de l’enfant, agrĂ©mentĂ©e d’extraits d’entretien.

L’ambition de l’ouvrage est annoncĂ©e par Bernard Lahire dĂšs la page 13 : il s’agit de montrer “la plus extrĂȘme pauvretĂ© comme la plus grande richesse et permet[tre] de faire sentir, autant que de faire comprendre, que ces enfants, qui sont tous en grande section Ă  l’école maternelle, au mĂȘme moment, dans la mĂȘme sociĂ©tĂ©, ne vivent pas du tout les mĂȘmes rĂ©alitĂ©s. Saisir les inĂ©galitĂ©s dĂšs l’enfance est une maniĂšre d’apprĂ©hender l’enfance des inĂ©galitĂ©s, au sens de leur genĂšse dans la fabrication sociale des individus ». Contrairement aux enquĂȘtes quantitatives menĂ©es sur un Ă©chantillon trĂšs large d’enfants (l’enquĂȘte ELFE de l’Ined par exemple compte plus de 18000 individus en 2011), le parti-pris de l’Ă©quipe de sociologues rĂ©unis autour de B. Lahire est de sĂ©lectionner un nombre rĂ©duit d’enfants d’une mĂȘme cohorte (35 en l’occurrence), et d’analyser le plus finement possible la façon dont leur inscription sociale, familiale et scolaire influence leur vie au quotidien, de la maniĂšre la plus concrĂšte possible. Ainsi, les enquĂȘteurs ont demandĂ© aux familles combien de livres possĂ©dait l’enfant, quelles Ă©taient ses habitudes vis-Ă -vis des Ă©crans, s’il ou elle recevait ou non de l’argent de poche et selon quelles modalitĂ©s, etc. En lien avec la visĂ©e politique qui traverse l’introduction et surtout la conclusion de l’ouvrage, “la variĂ©tĂ©, la richesse et la densitĂ© des informations produites sur chaque cas permettent d’incarner la rĂ©alitĂ© de l’ordre inĂ©gal des choses et de rendre plus difficile le dĂ©tournement du regard ou l’indiffĂ©rence. » (Lahire, p.15).


“Enfances de classe” se compose donc de trois parties. La premiĂšre (“Etudier les inĂ©galitĂ©s Ă  l’échelle des enfants”) est entiĂšrement rĂ©digĂ©e par B. Lahire. Elle dresse tout d’abord le contexte de l’Ă©tude – Ă  savoir les travaux et dĂ©bats scientifiques existant sur l’identification des inĂ©galitĂ©s entre enfants et leur significativitĂ© -, son importance en raison du poids des inĂ©galitĂ©s et enfin sa mĂ©thodologie. La deuxiĂšme partie consiste en 18 Ă©tudes de cas, signĂ©es chaque fois du ou des enquĂȘteurs impliquĂ©s. La derniĂšre partie (“Les inĂ©galitĂ©s dans tous leurs Ă©tats”) prĂ©sente la synthĂšse des rĂ©sultats issus des diffĂ©rents cas et leur gĂ©nĂ©ralisation selon une dizaine de dimensions. Les diffĂ©rents chapitres sont signĂ©s par diffĂ©rents groupes de chercheurs, tandis que la conclusion gĂ©nĂ©rale revient Ă  B. Lahire.

Le premier chapitre (“Une enfance socialisĂ©e”) de la partie introductive correspond Ă  la posture thĂ©orique et Ă©pistĂ©mologique de l’ouvrage. L’auteur situe explicitement l’ouvrage dans le champ des Ă©tudes de socialisation, en opposition aux childhood studies. Il critique notamment l’importance donnĂ©e par ce courant Ă  l’agency (i.e. la capacitĂ© de choix de l’enfant dans le dĂ©roulĂ© de son dĂ©veloppement et de son Ă©ducation) en raison du poids des normes sociales et de la socialisation familiale dans le type de choix offerts Ă  l’enfant et leur existence mĂȘme. Il renvoie aussi l’action des pairs Ă  un effet de la position des familles dans l’espace social (et gĂ©ographique) plutĂŽt qu’Ă  un facteur indĂ©pendant de l’Ă©volution sociale et scolaire de l’enfant: « Le capital Ă©conomique et culturel des parents (et notamment le volume et la nature du capital scolaire qu’ils possĂšdent) ont des effets sur le type de parcours scolaire rĂ©alisĂ© par l’enfant, sur le type de quartier habitĂ©, le type d’école frĂ©quentĂ©e et, du mĂȘme coup, le type d’amis que les enfants peuvent se faire, une grande partie des pairs potentiels se recrutant dans le voisinage immĂ©diat et parmi les camarades de classe. [
] Les enfants ne sont pas passifs, mais ils sont particuliĂšrement dĂ©pendants des adultes avec qui ils sont liĂ©s et qui structurent leurs champs d’actions et de rĂ©actions depuis leur naissance » (p.23). L’importance primordiale de la famille dans la socialisation prĂ©coce de l’enfant est ce qui fonde les prĂ©mices de cette enquĂȘte menĂ©e sur des enfants suffisamment ĂągĂ©s pour pouvoir s’exprimer par le langage et frĂ©quenter l’Ă©cole depuis plusieurs annĂ©es, mais suffisamment jeunes pour ĂȘtre encore principalement dĂ©pendants de leur famille en termes de ressources, d’habitudes et de dispositions. Le programme scientifique de l’enquĂȘte est donc d’identifier les multiples ressorts concrets par lesquels des enfants de mĂȘme Ăąge et scolarisĂ©s au mĂȘme niveau Ă  l’Ă©cole maternelle dans un mĂȘme pays prĂ©sentent des comportements et des caractĂ©ristiques aussi diverses, en analysant dans chaque famille enquĂȘtĂ©e comment “elle dĂ©termine l’environnement social de l’enfant par le choix du mode de garde et du lieu de rĂ©sidence ; elle exerce un contrĂŽle plus ou moins Ă©troit en matiĂšre de ‘frĂ©quentations’ [
], de choix de l’école [
] elle joue un rĂŽle de filtre par rapport aux usages des programmes tĂ©lĂ©visĂ©s, des imprimĂ©s lus ou des jouets achetĂ©s, par rapport aussi aux diffĂ©rents types d’activitĂ©s culturelles ou sportives pratiquĂ©es par les enfants ; elle effectue, enfin, plus gĂ©nĂ©ralement, un travail, insensible mais permanent, d’interprĂ©tation et de jugement sur tous les domaines de la vie sociale » (p.31-3).

Dans “Le poids des inĂ©galitĂ©s”, l’auteur donne sa dĂ©finition des inĂ©galitĂ©s et rĂ©affirme sa posture critique. Il distingue ainsi les inĂ©galitĂ©s des diffĂ©rences sociales par la diffĂ©rence de valeur et de dĂ©sirabilitĂ© entre les diffĂ©rents Ă©tats et ressources des individus : “Etre riche, instruit et en bonne santĂ© n’est pas une option qu’on aurait Ă  choisir parmi d’autres possibles. C’est bien parce que la richesse est plus enviable que la pauvretĂ©, que l’instruction et les savoirs sont mieux considĂ©rĂ©s que l’absence d’instruction et l’ignorance, et que la bonne santĂ© est prĂ©fĂ©rable Ă  la mauvaise santĂ© qu’il n’est pas seulement question de diffĂ©rences sociales entre riches et pauvres, instruits et non-instruits, personnes en bonne santĂ© ou personnes souffrantes ou diminuĂ©es, mais bien d’inĂ©galitĂ©s » (p.39). Le devoir du sociologue (critique) est donc, selon lui, de donner Ă  voir les asymĂ©tries prĂ©sentes au sein de la sociĂ©tĂ© Ă  un moment donnĂ©, ainsi que les rapports de domination par lesquels les diffĂ©rences sont transformĂ©es en inĂ©galitĂ©s et les inĂ©galitĂ©s reproduites au cours du temps et des gĂ©nĂ©rations. Ce programme fait donc la diffĂ©rence entre inĂ©galitĂ©s vĂ©cues et reprĂ©sentations subjectives en interrogeant les conditions d’accĂšs et les usages sociaux d’un grand nombre de biens matĂ©riels et symboliques valorisĂ©s par une sociĂ©tĂ© donnĂ©e (par exemple l’instruction, la santĂ©, l’espace, le confort, le leadership, le temps, la culture, etc.).

Dans le chapitre consacrĂ© au “dispositif de recherche inĂ©dit”, l’auteur rĂ©affirme le parti-pris original d’aborder les inĂ©galitĂ©s par l’Ă©tude des « conditions et modalitĂ©s concrĂštes de la socialisation, envisagĂ©es Ă  l’échelle des cas individuels et dans leurs effets conjuguĂ©s » (p. 54). En l’occurrence, 35 enfants ont Ă©tĂ© enquĂȘtĂ©s, Ă  raison de trois entretiens par famille, plus un entretien avec l’enseignante ou l’enseignant, un entretien avec un proche de l’enfant, une journĂ©e d’observation en classe et quatre exercices langagiers. Les familles ont Ă©tĂ© “recrutĂ©es” Ă  partir des rĂ©seaux personnels et professionnels des chercheurs, en veillant Ă  tenir compte du niveau et de la composition du capital culturel et Ă©conomique des parents, de leur situation professionnelle et de leur capital scolaire. PlutĂŽt que d’Ă©chantillonner les familles de façon Ă  reproduire la composition exacte de la sociĂ©tĂ© française (dans laquelle les classes populaires et moyennes sont plus nombreuses que les classes supĂ©rieures), le choix a Ă©tĂ© fait de reprĂ©senter ces trois catĂ©gories Ă  part Ă©gale, en explorant plutĂŽt les diffĂ©rences entre “fractions de classes”. « L’enquĂȘte devait permettre d’objectiver deux grands types de ‘ressources’ inĂ©galement rĂ©parties parmi les familles : d’une part, des ressources socialement objectivĂ©es (niveau de revenu, niveaux de diplĂŽmes, carriĂšres et positions professionnelles, types de logements, rĂ©sidences secondaires, recours Ă  des femmes de mĂ©nages ou des domestiques, etc.) et, d’autre part, des ressources incorporĂ©es (dispositions et compĂ©tences), qui engendrent des effets en matiĂšre de types d’interactions avec l’enfant, de pratiques adultes qui font exemple pour les enfants, d’organisation de la vie familiale, de choix de pratiques ou d’activitĂ©s pour les enfants, etc. Les ressources incorporĂ©es des enfants ont Ă©tĂ© saisies Ă  travers les multiples descriptions et jugements de leurs comportements et attitudes de la part des adultes (parents, enseignant et autre adulte de rĂ©fĂ©rence)  » (p.65).

Dans la seconde partie, on trouve ainsi dix-huit des trente-cinq portraits d’enfants rĂ©alisĂ©s par la quinzaine de chercheurs impliquĂ©s dans l’enquĂȘte, regroupĂ©s en trois classes sociales (populaires, moyennes, supĂ©rieures) selon le niveau de capital et de ressources scolaires des parents. Chaque portrait est associĂ© Ă  un prĂ©nom (anonymisĂ© mais socialement proche de l’original) et Ă  un titre (par exemple “Thibault : grandir Ă  la ferme” ou “Balkis : dormir dans une voiture devant l’Ă©cole”). Il signĂ© par le, la ou les deux chercheurs qui ont enquĂȘtĂ© auprĂšs de l’enfant et de sa famille. Il est Ă  noter que certains portraits sont bien situĂ©s gĂ©ographiquement (on sait par exemple que Valentine habite le VIIe arrondissement, Ilyes une “banlieue populaire de Lyon” et Lucie une maison de ville Ă  Besançon) tandis que d’autres sont plus flous ou moins bien renseignĂ©s.

La derniĂšre partie synthĂ©tise l’analyse des 35 cas d’Ă©tudes en dix dimensions transversales des inĂ©galitĂ©s chez les enfants enquĂȘtĂ©s, Ă  savoir le lieu de vie (FrĂ©dĂ©rique Giraud, Julien Bertrand, Martine Court, Sarah Nicaise), la stabilitĂ© professionnelle et la disponibilitĂ© parentale (GĂ©raldine Bois, Sophie Denave et AurĂ©lien Raynaud), le rapport Ă  l’argent (Martine Court, Sophie Denave, FrĂ©dĂ©rique Giraud, Marianne Woollven), l’Ă©cole et les jeux (Fanny Renard, Charlotte Moquet, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, FrĂ©dĂ©rique Giraud), l’autoritĂ© et l’esprit critique (GĂ©raldine Bois, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, AurĂ©lien Raynaud), le langage (Marianne Woollven, Olivier VanhĂ©e, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, Fanny Renard, Bernard Lahire), la lecture et l’expression orale (Marianne Woollven, Olivier VanhĂ©e, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, Fanny Renard, Bernard Lahire), les loisirs (JoĂ«l Laillier, Olivier VanhĂ©e, Christine Mennesson, Emmanuelle Zolesio), le sport (Christine Mennesson, Julien Bertrand, Sarah Nicaise) et le corps (Sarah Nicaise , Martine Court, Christine Mennesson, Emmanuelle Zolesio). Il n’est pas possible de reprendre ici l’ensemble des conclusions apportĂ©es dans ces dix chapitres. J’en propose donc deux Ă  propos des effets du lieu de vie, qui feront Ă©chos aux travaux de gĂ©ographie sur le sujet, et deux conclusions plus gĂ©nĂ©rales croisant plusieurs dimensions (par ailleurs, on trouvera dans le document compagnon de cette recension les citations relatives Ă  l’ensemble des chapitres traitĂ©s ici).

– La premiĂšre conclusion du chapitre sur l’influence du lieu de vie (entendu Ă  la fois comme espace domestique et comme localisation gĂ©ographique de la rĂ©sidence) sur les inĂ©galitĂ©s enfantines est que ce lieu, loin d’ĂȘtre une variable quelconque, est Ă  la fois le rĂ©sultat des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques de la gĂ©nĂ©ration des parents et l’un des facteurs majeurs de la production des inĂ©galitĂ©s entre enfants. En effet, le capital parental (et grand-parental) dĂ©termine quelles conditions d’existence sont accessibles aux familles et oĂč se situe l’environnement quotidien des enfants. En retour, l’espace, le confort et l’environnement social de rĂ©sidence agissent sur le dĂ©veloppement des enfants de maniĂšre inĂ©gale : « Les classes supĂ©rieures bĂ©nĂ©ficient de conditions matĂ©rielles d’existence sans commune mesure avec celles des classes populaires et de classes moyennes. Leurs logements sont Ă  la fois spacieux et confortables [
] Ces chambres individuelles leur permettent de possĂ©der un espace, des objets et des jouets Ă  eux, de s’isoler pour se livrer Ă  des activitĂ©s calmes ou encore d’inviter leurs copains. Elles permettent Ă©galement aux parents de sĂ©parer les enfants lors de disputes ou d’énervements. [
] Nombre de ces logements se situent en outre dans des quartiers oĂč se concentre une population socialement favorisĂ©e : en centre-ville, dans des arrondissements ou dans des banlieues prisĂ©es garantissant l’entre-soi des classes dominantes et le placement futur des enfants dans des Ă©coles ayant ‘bonne rĂ©putation’ » (p.944-5). Les gĂ©ographes des inĂ©galitĂ©s retrouveront donc ici l’idĂ©e familiĂšre que le logement et sa localisation font partie intĂ©grante des stratĂ©gies des mĂ©nages, et surtout de ceux qui ont les moyens de choisir (la proximitĂ© de telle ou telle amĂ©nitĂ©, la rĂ©putation de tel quartier) autant que d’Ă©viter (telle Ă©cole ou tel secteur).

– La seconde conclusion relative au lieux de vie concerne l’effet des ressources rĂ©sidentielles et immobiliĂšres sur les reprĂ©sentations des enfants et de leur importance : « L’accĂšs Ă  la propriĂ©tĂ© individuelle, redoublĂ©e parfois par l’achat d’une rĂ©sidence secondaire, consacre le sentiment d’appartenir aux classes favorisĂ©es – les ressources rĂ©sidentielles et Ă©conomiques des autres membres de la famille facilitant cette consĂ©cration matĂ©rielle ou attĂ©nuant les difficultĂ©s de logement passagĂšres » (p.947). A l’inverse, « la dĂ©possession d’espaces et les conditions prĂ©caires d’habitat peuvent gĂ©nĂ©rer l’isolement et la stigmatisation par les autres enfants. Les inĂ©galitĂ©s spatiales et matĂ©rielles se rĂ©percutent donc sur l’ordre enfantin qui maintient les hiĂ©rarchies et rĂ©tablit les places de chacun en leur sein. » (p. 935-6).

– Da maniĂšre plus gĂ©nĂ©rale, l’enquĂȘte montre que malgrĂ© la distinction de la population en trois classes sociales, les discontinuitĂ©s sociales Ă  l’origine des inĂ©galitĂ©s les plus fortes rĂ©side entre les familles trĂšs pauvres et prĂ©caires sur de nombreux plans (insĂ©curitĂ© Ă©conomique, rĂ©sidentielle et lĂ©gale notamment) et les autres. En effet, bien que la vie des enfants de “fractions stabilisĂ©es des classes populaires” ait peu en commun avec celle des enfants des familles les plus privilĂ©giĂ©es, les effets de ces conditions inĂ©gales de ressources sur leur comportement (notamment scolaire), leur santĂ© et leur stabilitĂ© Ă©motionnelle sont moins immĂ©diats qu’entre eux et les enfants des familles les plus prĂ©caires. Ce constat suggĂšre une action urgente, ciblĂ©e et intense pour venir en aide Ă  ces familles.

– Enfin, il ressort des analyses transversales et des entretiens avec les parents une impression de relation positive entre d’une part la position de la famille au centre d’une classe sociale donnĂ©e et d’autre part sa dĂ©contraction affichĂ©e vis-Ă -vis de l’Ă©ducation des enfants, tandis que les familles “entre-deux” groupes sociaux ou en transition apparaissent comme les plus anxieuses et conscientes d’appliquer des principes Ă©ducatifs distinctifs et intransigeants (pas d’Ă©cran, pas de football, aucun vĂȘtement franchisĂ©, de la nourriture biologique uniquement, etc.).

La conclusion gĂ©nĂ©rale de l’ouvrage s’ouvre sur le dĂ©veloppement de l’humain comme espĂšce ainsi que sur le progrĂšs des civilisations et se referme sur une critique des gouvernements qui, au lieu de permettre au plus grand nombre d’accĂ©der aux progrĂšs de l’outillage et du savoir, contribuent Ă  privatiser les communs et Ă  aggraver les inĂ©galitĂ©s. Entre les deux, on trouve un rappel intĂ©ressant des effets de la domination historique masculine sur la libĂ©ration du temps et de la crĂ©ativitĂ© des hommes. « Inversement, nous l’avons vu dans ce livre, pour celles et ceux qui cumulent les ‘handicaps’ et les manques de ressources, c’est toute la vie qui se restreint. Le temps de vie qui se raccourcit, l’espace qui se rĂ©duit, le confort qui diminue, l’horizon mental et sensible qui se referme, et finalement la maĂźtrise du monde et d’autrui qui s’affaiblit ou disparaĂźt » (p. 1169). B. Lahire en appelle donc aux gouvernements de ne pas dĂ©tourner les yeux du constat parfois cruel qu’apporte son livre Ă  propos d’enfants de 5 ans vivant dans la mĂȘme sociĂ©tĂ© au mĂȘme moment, et de “mettre en Ɠuvre pour rĂ©duire ces inĂ©galitĂ©s” (p. 1176).


Cet ouvrage relĂšve assurĂ©ment le dĂ©fi de fournir un instantanĂ© trĂšs complet et trĂšs lisible des inĂ©galitĂ©s de conditions matĂ©rielles et symboliques entre enfants aujourd’hui en France. Il tĂ©moigne de l’ampleur et de la qualitĂ© d’orchestration d’un collectif oĂč chaque chercheur est impliquĂ© Ă  la fois dans la constitution de plusieurs monographies et dans la rĂ©daction d’une ou plusieurs synthĂšses thĂ©matiques dont il est spĂ©cialiste, mais qui requiert la connaissance des autres monographies. Ce dispositif implique de plus le lecteur qui, ayant accĂšs au matĂ©riau de l’enquĂȘte par le biais des 18 portraits publiĂ©s, participe en temps rĂ©el Ă  la gĂ©nĂ©ralisation des rĂ©sultats prĂ©sentĂ©s en derniĂšre partie d’ouvrage. Ainsi, de l’aveu mĂȘme du coordinateur de la recherche, « en plus de sa volontĂ© assumĂ©e de forcer les responsables politiques Ă  regarder en face la rĂ©alitĂ© des inĂ©galitĂ©s, cet ouvrage revĂȘt une autre dimension politique : celle des pratiques scientifiques mĂȘmes qui l’ont rendu possible. Car ce livre est le fruit d’une recherche collective inĂ©dite, conçue comme une opĂ©ration de recherche cohĂ©rente, et non comme une simple juxtaposition de contributions, ce qui est trop frĂ©quemment le cas » (p.85).

On peut toutefois relever quelques faiblesses Ă  l’ouvrage. D’une part, il m’a semblĂ© que l’angle d’analyse des inĂ©galitĂ©s entre enfants rĂ©sultant de leur socialisation dans des familles issues de diffĂ©rentes positions dans l’espace social Ă©tait biaisĂ© en faveur de la “rentabilitĂ© scolaire” des comportements enfantins. L’importance de cet angle se comprend assez facilement au vu du profil de B. Lahire, spĂ©cialiste de la sociologie scolaire, et en particulier de la rĂ©ussite et de l’Ă©chec scolaire. Ainsi, le fait que les parents valorisent chez leurs enfants la disposition au calme, Ă  l’esprit critique, au leadership ou Ă  la lecture est analysĂ© comme un atout pour l’entrĂ©e dans le “mĂ©tier d’Ă©lĂšve”. Inversement, la tendance Ă  la non-verbalisation des Ă©motions ou l’Ă©vitement de la compĂ©tition sont interprĂ©tĂ©s comme de possibles handicaps dans la poursuite scolaire de l’Ă©lĂšve. Si les dispositions transmises par les familles les plus favorisĂ©es ont tendance Ă  ĂȘtre plus rentables scolairement (et c’est ce que montre les rĂ©sultats de l’enquĂȘte), certaines semblent pouvoir ĂȘtre interprĂ©tĂ©es comme nĂ©gatives voire dommageables dans d’autres domaines de la future vie des enfants, comme par exemple l’attention trĂšs marquĂ©e des mĂšres favorisĂ©es au poids de leurs petites filles ou l’encouragement des petits garçons et des petites filles de classes supĂ©rieures Ă  jouer systĂ©matiquement le rĂŽle de meneur auprĂšs de leurs pairs. Une discussion plus nuancĂ©e de ces questions aurait pu enrichir cet ouvrage et Ă©tendre son application au-delĂ  des effets purement scolaires des inĂ©galitĂ©s. De mĂȘme, une rĂ©flexion sur la particularitĂ© nationale des conclusions prĂ©sentĂ©es aurait pu ĂȘtre intĂ©ressante, par rapport Ă  d’autres systĂšmes scolaires par exemple (oĂč la scolarisation commence plus tard qu’en France, oĂč il n’existe pas de modĂšle dominant d’Ă©cole rĂ©publicaine, etc.). Enfin, bien qu’un Ă©chantillonnage social et gĂ©ographique Ă©quilibrĂ© ne puisse ĂȘtre envisagĂ© pour un nombre d’Ă©tudes de cas si petit, il m’a paru surprenant de constater que toutes les familles prĂ©caires vivaient la mĂȘme mĂ©tropole (Lille) et frĂ©quentaient deux Ă©coles dont le militantisme des parents et du personnel enseignant paraĂźt plus important que la moyenne. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, bien qu’une attention particuliĂšre soit portĂ©e dans les rĂ©sultats Ă  distinguer les conditions de vie rurale, pĂ©riurbaine et urbaine, le lecteur gĂ©ographe ne sait pas jusqu’Ă  quel point ni comment ces critĂšres ont jouĂ© de maniĂšre formelle dans le recrutement et la sĂ©lection des familles.

Dans le cadre de mon projet de recherche sur les inĂ©galitĂ©s urbaines, je retiens de cette lecture l’importance de la socialisation familiale et scolaire prĂ©coce sur la reproduction des inĂ©galitĂ©s sociales, ainsi que l’idĂ©e d’une temporalitĂ© longue au cours de laquelle se construisent les inĂ©galitĂ©s de situations matĂ©rielles, d’attitudes scolaires et de comportements sociaux, depuis la plus petite enfance jusqu’Ă  l’Ăąge adulte. Les  biographiques familiales, bien qu’elles montrent des trajectoires sociales ascendantes et descendantes (notamment en termes de diplĂŽmes) mettent toutefois bien en valeur l’importance des hĂ©ritages multiples (immobilier, culturel, Ă©ducatif, informationnel, etc.) dont bĂ©nĂ©ficient les classes supĂ©rieures et qui les ancrent durablement dans le haut de l’espace social.


Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

A ce jour, je n’ai pas connaissance d’autres comptes-rendus de cet ouvrage publiĂ©s dans des revues scientifiques. Toutefois, une recension-prĂ©sentation de l’ouvrage par Sonya Faure et Simon Blin existe dans LibĂ©ration, ainsi qu’un compte-rendu par François Jarraud pour le cafĂ© pĂ©dagogique.

Les transclasses ou la non-reproduction

Jaquet C., 2014, Les transclasses, ou la non-reproduction. Presses universitaires de France, 238p.

Cet ouvrage traite de la reproduction sociale en interrogeant son contraire (la non-reproduction) par la figure des transclasses, c’est-Ă -dire les individus ayant changĂ© de position sociale au cours de leur  vie (le nĂ©ologisme de transclasse Ă©voquant le transfuge sans lui attacher sa connotation nĂ©gative). Chantal Jaquet, professeure de philosophie Ă  l’UniversitĂ© Paris 1, reprend dans ce livre les Ă©lĂ©ments d’un sĂ©minaire organisĂ© Ă  la Sorbonne entre 2010 et 2013 pour interroger la thĂ©orie de la reproduction sociale par ce qui lui Ă©chappe. Elle prĂ©sente un registre de causes possibles (qu’elles soient personnelles, familiales, institutionnelles ou sociales), pour expliquer les destins individuels de passage d’une classe Ă  l’autre mais aussi la complexion du transclasse, sa position philosophique vis-Ă -vis de la sociĂ©tĂ© et le regard portĂ© sur en retour sur lui/elle. Elle le fait au moyen de concepts scientifiques issus de la philosophie, de rĂ©fĂ©rences sociologiques mais aussi d’Ɠuvres littĂ©raires (autobiographiques ou de fiction).

L’apport principal de l’ouvrage selon moi est de rĂ©concilier le modĂšle gĂ©nĂ©ral de la reproduction sociale avec les trajectoires individuelles singuliĂšres qui dĂ©vient du cas gĂ©nĂ©ral, non en les considĂ©rant comme (statistiquement) exceptionnelles voire accidentelles mais en les rĂ©intĂ©grant dans une nĂ©cessitĂ© et une fonction issue du modĂšle lui-mĂȘme afin de se maintenir. L’analyse des affects et de la complexion du transclasse invitent Ă  mieux comprendre les questions d’identitĂ© et de recherche de reconnaissance qui concernent l’ensemble des individus en sociĂ©tĂ©, de maniĂšre plus ou moins prononcĂ©e.

 


 

L’ouvrage se compose d’une introduction, de deux parties thĂ©matiques et d’une conclusion. La premiĂšre partie vise Ă  balayer plusieurs registres d’explications avancĂ©es pour rendre compte du passage d’une classe sociale Ă  une autre par des individus dans un contexte gĂ©nĂ©ral de reproduction sociale, en scrutant leurs caractĂ©ristiques individuelles, les institutions qui orientent leur ambition et leur Ă©ducation, ainsi que les relations interpersonnelles qui affectent leurs dĂ©sirs et leurs choix de changer de milieu. La seconde partie s’intĂ©resse Ă  la “complexion du transclasse“, c’est-Ă -dire aux “traits mobiles de sa personnalitĂ©” plutĂŽt qu’Ă  son identitĂ© (un concept qui reprĂ©sente mal l’adaptation et le changement qui caractĂ©risent le transclasse).

L’introduction de l’ouvrage pose la question traitĂ©e (et Ă  laquelle la conclusion viendra rĂ©pondre clairement, c’est Ă  noter!), Ă  savoir: si la thĂ©orie de la reproduction sociale est juste, pourquoi certains individus Ă©chappent-ils Ă  cette reproduction et comment gĂšrent-ils la dissonance entre leur habitus d’origine et les codes de leur nouveau milieu social? Autrement dit, l’exception infirme-t-elle ou confirme-t-elle la rĂšgle? En termes Ă©pistĂ©mologiques, cette question en appelle d’autres sur le traitement des  cas gĂ©nĂ©raux, particuliers et singuliers: « comment la philosophie, qui entend penser par concepts, pourrait-elle saisir les cas singuliers et rendre raison de la particularitĂ© ? Le concept doit recueillir le divers et l’unifier en synthĂ©tisant ce qu’il a de commun avec les autres cas d’espĂšce, faute de quoi il s’éparpille dans la multiplicitĂ©. Est-il vraiment possible de spĂ©culer sur la non-reproduction sans se perdre dans les nuĂ©es de l’abstraction ou les marais de l’empirie ? Peut-on Ă©laborer un concept du singulier, de l’individuel dans ce qu’il a d’irrĂ©ductible, viser une essence intime, saisir une libertĂ© dans son incarnation individuelle ? » (p.14). Les modĂšles mĂ©thodologiques proposĂ©s par Chantal Jaquet pour tenter de rĂ©soudre ce paradoxe proviennent principalement de trois sources: la philosophie (Spinoza, Pascal), la sociologie (Norbert Elias, Pierre Bourdieu, Louis Althusser) et la littĂ©rature: « il conviendra de privilĂ©gier des rĂ©cits auto-socio-biographiques, comme ceux d’Annie Ernaux, de Didier Eribon, ou Richard Hoggart, qui visent Ă  penser la vie ou le destin d’un individu en relation avec leur milieu comme une production du social et non comme l’avĂšnement d’un moi coupĂ© de toute dĂ©termination extĂ©rieure » (p.19).

DiffĂ©rentes explications sont avancĂ©es pour rendre compte des causes de la non-reproduction dans la premiĂšre partie de l’ouvrage. Bien que non-exclusives, ces explications sont prĂ©sentĂ©es par ordre apparemment dĂ©croissant de pertinence dans le propos de C. Jaquet. En premier lieu, et Ă  contre-courant des discours populaires sur la mĂ©ritocratie et les self made men, l’auteur Ă©voque mais rejette rapidement l’hypothĂšse de l’ambition comme “reine de la non-reproduction“. En effet, selon C. Jaquet l’ambition est la consĂ©quence plutĂŽt que la cause de la non-reproduction, puisqu’elle prĂ©suppose la connaissance, la reprĂ©sentation et le dĂ©sir d’un modĂšle diffĂ©rent de celui auquel la reproduction social promet l’individu. L’individu qui “se fait lui-mĂȘme” serait donc dĂ©jĂ  lui-mĂȘme diffĂ©rent lorsqu’il entreprend sa transition, puisqu’il dĂ©tient dĂ©jĂ  la combinaison d’une “dĂ©termination cognitive, l’idĂ©e d’un modĂšle, fĂ»t-elle confuse, et une dĂ©termination affective, le dĂ©sir de l’accomplir” (p.31), ce que n’ont pas forcĂ©ment les autres membres de son milieu d’origine. Pour expliquer l’Ă©mergence de modĂšles alternatifs chez les enfants devenus transclasses, l’auteur Ă©voque le rĂŽle de la famille et de l’Ă©cole. Ainsi, chez les enfants d’agriculteurs ou d’ouvriers, la prĂ©sence dans la famille de personnes ayant poursuivi leurs Ă©tudes avec succĂšs amĂ©liorerait la perception des chances de rĂ©ussite par rapport aux statistiques globales. De mĂȘme, la rencontre d’instituteurs, de professeurs ou de camarades d’autres classes sociales par l’Ă©cole fournissent des modĂšles alternatifs aux enfants. Toutefois, C. Jaquet rappelle qu’il “serait illusoire de croire que la non-reproduction serait entiĂšrement liĂ©e Ă  l’existence de clercs et de modĂšles scolaires imitĂ©s par les individus qui s’identifient Ă  eux par une sorte de phĂ©nomĂšne transfĂ©rentiel et qui suivent leur exemple pour se frayer leur propre voie. Elle repose en effet sur des conditions Ă©conomiques et politiques, et en particulier sur la mise en place d’un programme d’instruction pour tous au sein d’écoles gratuites, laĂŻques et obligatoires, faute de quoi les Ă©tudes sont rĂ©servĂ©es aux seuls hĂ©ritiers. » (p.53). L’influence potentielle des institutions est toutefois mĂ©diĂ©e, selon l’auteur, par l’ensemble des rencontres et relations interpersonnelles qui orientent et magnifient le dĂ©sir d’un enfant de suivre l’un ou l’autre des modĂšles qui lui sont proposĂ©s. Le concept d’affect chez Spinoza permet ici Ă  la philosophe de traduire l’action des forces complexes qui font surgir dĂ©sirs et choix au cours de la trajectoire du transclasse. Enfin, l’auteur propose de voir dans la non-reproduction un stratagĂšme du milieu pour se reproduire lui-mĂȘme:

L’ordre social est prĂ©servĂ© par l’expulsion d’un Ă©lĂ©ment qui le menace, qui introduit le dĂ©sordre, car il n’est pas conforme au modĂšle ambiant. […] La non-reproduction est [aussi] la forme singuliĂšre que peut prendre un refus collectif de la reproduction. En l’absence de rĂ©volte ouverte ou de rĂ©volution collective, c’est un cri sourd de protestation du corps familial dont un individu se fait l’écho et qu’il prend en charge parce que c’est la place qui lui a Ă©tĂ© assignĂ©e dans la fratrie. L’un des moteurs de la non-reproduction, c’est donc la volontĂ© de justice, enracinĂ©e dans l’humiliation subie et le dĂ©sir de la venger, volontĂ© de ne pas rĂ©pĂ©ter la mĂȘme vie de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. » p.78-84.

Au terme de cet inventaire de causes possibles, Chantal Jacquet plaide pour une conception relationnelle des transclasses avec leur milieu d’origine autant que de destination, mais aussi pour une conception intĂ©grĂ©e de la non-reproduction dans la thĂ©orie de la reproduction en concluant: “Il n’est d’exception que dans un environnement qui le permet, de sorte qu’un parcours atypique ne constitue pas une dĂ©viation ; il s’opĂšre avec le concours du milieu, Ă  la croisĂ©e de ses impulsions et de ses rĂ©pulsions. Il n’est pas le fruit d’un dĂ©rĂšglement, mais d’une combinaison de rĂšgles autres que celles qui prĂ©valent gĂ©nĂ©ralement. Le transclasse est moins un hĂ©ros solitaire qu’un hĂ©raut porteur d’aspirations personnelles et collectives, que ce soient celles de la famille, du village ou du quartier, de la race ou de la classe, du sexe ou du genre » (p.95). L’intĂ©gration des causes fait ici le pendant Ă  l’intĂ©gration du singulier dans le gĂ©nĂ©ral au niveau du processus analysĂ© dans l’ouvrage, ainsi qu’Ă  l’intĂ©gration des milieux dans la complexion du transclasse, qui fait l’objet de la seconde partie.

La complexion du transclasse est abordĂ©e sous deux angles opposĂ©s vis-Ă -vis de l’identitĂ©: elle traduit une perte avec la dĂ©sidentification autant qu’un excĂšs dans l’entre-deux. Dans la sous-partie consacrĂ©e Ă  l’identification, C. Jaquet rappelle que le transclasse Ă©tant dĂ©fini par sa mutation et sa mobilitĂ©; il est donc malaisĂ© de lui reconnaĂźtre un moi fixe et figĂ©, et donc une identitĂ© personnelle et sociale. En effet, reprenant la pensĂ©e de Pascal, l’auteur montre que les qualitĂ©s du transclasse Ă  un moment donnĂ© ne peuvent ĂȘtre et apparaĂźtre que comme “empruntĂ©es”, voire fictionnelles. « Plus que tout autre, le transclasse Ă©prouve le sentiment de n’avoir pas d’identitĂ© fixe et figĂ©e, mais d’ĂȘtre d’une complexion flottante et flexible. [
] Le passage d’une classe Ă  l’autre ne se rĂ©sume donc pas Ă  une simple assimilation thĂ©orique des us et des habitus, il requiert leur incorporation dans la pratique, ce que Bourdieu nomme l’apprentissage par corps » (p.124-32). L’emprunt du concept de passing Ă  la culture Ă©tasunienne – dans laquelle il dĂ©signe le processus par lequel un individu mĂ©tis se disposait Ă  se “faire passer” pour Blanc pour Ă©chapper Ă  la sĂ©grĂ©gation – permet de faire l’analogie avec les transclasses qui, dans leur nouveau milieu social, font l’expĂ©rience d’un passage par lequel ils adoptent et s’approprient de nouvelles habitudes, codes et signes, tout en adaptant et se dĂ©sadaptant des habitudes, codes et signes de leur milieu d’origine. Ce passage provoque Ă  la fois une perte d’identitĂ© et la crĂ©ation d’un rĂ©fĂ©rentiel double: « A la croisĂ©e des deux mondes, ils font l’épreuve d’une double distance, par rapport au milieu d’origine et par rapport au milieu d’arrivĂ©e » (p.140). L’introduction par la sociĂ©tĂ© de jugements de valeur entre ces deux points de repĂšre induit le transclasse Ă  pouvoir ressentir honte ou fiertĂ©, selon que le milieu d’origine qu’il quitte est dominĂ© ou dominant, et selon la composition des affects auquel il est soumis. La rĂ©solution du conflit inhĂ©rent Ă  la complexion du transclasse passe, pour C. Jaquet, par la rĂ©appropriation de son passĂ©. “Cette rĂ©appropriation implique l’acceptation de ses origines et leur reconfiguration pour qu’elles apparaissent non plus comme une marque indĂ©lĂ©bile d’infamie, mais comme un moment historique de constitution de soi. La tentative d’unifier sa complexion passe donc par la transformation du dĂ©chirement en intĂ©gration, au double sens du terme, intĂ©gration dans le milieu d’évolution, intĂ©gration de l’origine dans la trajectoire d’arrivĂ©e » (p.196). Cette unification peut passer par la reconnaissance des dĂ©terminations qui prĂ©sident Ă  la sĂ©lection du transclasse, Ă  son orientation vers un autre monde et au passage lui-mĂȘme. En prime, l’unification de la complexion du transclasse ouvre des possibilitĂ©s crĂ©atives (Ă  la maniĂšre de Bourdieu dans sa sĂ©lection “d‘objet et d’approches inĂ©dites“) et dĂ©montre la plasticitĂ© du modĂšle de reproduction sociale.

La conclusion du livre de Chantal Jaquet insiste sur “l’interconnexion des causes” et l’interconnexion des individus qui Ă©voluent s’influençant les uns les autres. Elle rĂ©concilie ainsi la rĂšgle avec ses exceptions, qui la contrarient plutĂŽt qu’il ne la contredisent.

C’est pourquoi l’analyse de la complexion n’implique pas la rĂ©cusation des habitus sociaux, mais leur inclusion dans une logique combinatoire plus vaste et plus complexe oĂč l’enfance, l’histoire familiale, la place dans la fratrie, l’orientation sexuelle, la vie affective, les relations amicales et amoureuses, sont intĂ©grĂ©es dans l’examen de la trajectoire. Le changement de classe sociale ne se rĂ©sume ni Ă  un transfert des habitus d’une classe dans l’autre ni Ă  leur troc ou leur transplantation, car les dispositions premiĂšres sont parfois mises en sommeil ou restent au contraire au travail, sont modifiĂ©es et refondues au contact du milieu d’évolution » (p.220). 

 

J’ai particuliĂšrement apprĂ©ciĂ© la logique combinatoire de la pensĂ©e exprimĂ©e dans cet ouvrage, pour qui les causes de la singularitĂ© de certaines trajectoires ne sont pas uniques et exclusives mais plutĂŽt le reflet unique d’une combinaison particuliĂšre de facteurs explicatifs. Ainsi, l’auteur suggĂšre une voie entre la thĂ©orie gĂ©nĂ©ralisante et l’ethnographie singularisante pour reprĂ©senter les diffĂ©rences de trajectoires sociales. Le transfert de cette voie Ă  la modĂ©lisation des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques et urbaines me semble particuliĂšrement prometteur tant la multiplicitĂ© des causes et de leur combinaison s’applique. En revanche, un aspect de l’ouvrage qui me semble nĂ©gligĂ© est celui de la non-symmĂ©trie des passages entre classes sociales. En effet, bien que le parti-pris annoncĂ© de l’auteur soit celui de traiter les trajectoires sociales “ascendantes” autant que “descendantes”, les exemples dĂ©veloppĂ©s dans l’ouvrage sont exclusivement ceux de transclasses socialement ascendants, ce qui amoindrit lĂ©gĂšrement la gĂ©nĂ©ralitĂ© du propos sur le passing comme processus symĂ©trique. En effet, les causes et mĂ©canismes dĂ©crits pour expliquer les affects des transclasses (la honte sociale issue de processus de domination par exemple) ne fonctionnent pas de maniĂšre symĂ©trique.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont Ă©tĂ© publiĂ©s, dans La Nouvelle Revue du Travail et le blog La philosophie au sens large. 

 

Great American City. Chicago and the enduring neighborhood effect

Sampson R. J., 2012, Great American City, Chicago and the enduring neighborhood effect, The University of Chicago Press, 534p. Foreword by William Julius Wilson.

This book was advised to me by Serge Paugam after I presented my research project at the Centre Maurice Halbwachs in April 2018. Robert Sampson is a sociologist from the University of Chicago, and this book gathers the work he has been leading on neighbourhood effects in Chicago over the two decades prior to the publishing date of 2012. In my opinion, the title could do better justice to the content of the book by being read in reverse, as the investigation revolves mainly around the analysis, observation, measurement and understanding of neighbourhood effects, Chicago being the case study from which the data are drawn in order to generalise some results to (American) cities. In one sentence, the ambition of the book is to demonstrate that local communities are still of relevance in XXIst century Chicago (and cities more generally), against recent claims in sociology about the processes of individualisation/disorganisation/globalisation of society. Neighborhood differentiation remains strong and stable because of durable mechanisms of reproduction of spatial inequality which affect urban dwellers on many aspects of social life such as “crime, property, child health, protest, leadership networks, civic engagement, home foreclosures, teen births, altruism, mobility flows, collective efficacy, or immigration, to name a few subjects” (p.6). According to the author himself: “at the broadest level, the present study is an effort to show that neighborhood are not merely settings in which individuals act out the dramas produced by autonomous and preset scripts, or empty vessels determined by ‘bigger’ external forces, but are important determinants of the quantity and quality of human behavior in their own right. It is, in other words, an effort to specify the structural and cultural dimensions of neighborhood effects. […] This book shows that a ‘kinds of people’ or compositional explanation of neighborhood disparities and social processes that turns on individual selection fails to answer the questions” (p.22).

Altogether, it fits my enquiry about urban inequalities by providing empirical material documenting the neighbourhood effects in Chicago, and theoretical explanations as to how and why this process happens in cities in general. The analysis explores the link between the individual, the (spatial) community and the city as a whole in their contemporary trajectories of change. “While important, the ways in which neighborhood networks are themselves tied into the larger social structure of the city in nonspatial ways are not well understood and rarely studied” (p.61). A quality of the book to mention already is the diversity of methods and data deployed to shed light on the complex object that is neighborhood community. Indeed, the author goes from field work (involving observation, walks, interviews, filming, dropping letters) to statistical and network analysis of various sources (newspapers, census data, questionnaires) in order to extract as much information as possible in support for his claims. This is a merit that is well served by the single-authored nature of the discourse, which allows the various elements to fit in a strong narrative. According to Sampson himself, “this book is at once an intellectual history of an idea, the story of a major research project, the tale of an iconic city, a systematic theory of neighborhood effects, an empirical account of community-level variations in a range of social processes, an analysis of competing approaches to social inquiry, and a sustained empirical analysis that was designed to uncover new facts while adjudicating and integrating existing hypotheses” (p.357-8).

 


 

The book is structured around five parts of unequal length. The first part exposes the thesis of the book and recalls the history of the concept of neighborhood effect, going back to XIXth century European statisticians and students of society (Guerry, Quetelet, Durkheim, Mayhew, Booth). However, the main sociological influence of the author is the Chicago School of sociology and their work around the notion of social ecology: “the Chicago School proposed that cities were divided into numerous ‘natural areas’, which exhibit distinct physical and cultural characteristics. [
] In this way the Chicago School theorists attempted to trace how macrolevel forces worked their way down to the local level in terms of community-level processes of social control and regulation.” (p.35-8). This theoretical paradigm and heritage is taken upon by the author and justified as follow:

What makes the Chicago School framework of the pre-World War II era of continued relevance to the study of neighborhoods is less its emphasis on disorganization (or, later, social capital) and more (a) its general emphasis on places rather than people, (b) its emphasis on neighborhood-level structural differentiation, (c) its notion of what we now call ‘mediation social mechanisms’, (d) its focus on the concentration of multiple and seemingly disparate social phenomena, (e) its emphasis on the importance of dynamic processes of social reproduction over time, and (f) its recognition of larger macrosocial forces” (p.39)

Combined with later literature on the ‘urban growth machine’ and William Julius Wilson’s notion of the ‘concentration effects’, this part draws the historical scene for the main concept of the book, along with some ‘facts’: “first, there is considerable social inequality between neighborhoods, especially in terms of socioeconomic position and racial/ethnic segregation. Second, these factors are connected in that concentrated disadvantage often coincides with the geographic isolation of racial minority and immigrant groups. Third, a number of crime- and health-related problems tend to come bundled together at the neighborhood level and are predicted by neighborhood characteristics such as the concentration of poverty, racial isolation, single-parent families, and to a lesser extent rates of residential and housing instability. Fourth, a number of social indicators at the upper end of what many would consider progress, such as affluence, computer literacy, and elite occupational attainment, are also clustered geographically” (p.46). The rest of the book is devoted to trying to unveil the mechanisms by which these facts come about, using the city of Chicago as an experimental laboratory. “Social mechanisms provide theorerically plausible accounts of how neighborhoods bring about change in a given phenomenon. Mechanisms are by and large a theoretical claim about explanation […] the goal is to develop indicators of the sets of practices, meanings, and actions that reflect hypothesized mechanisms” (p.46-7).

 

The second part of the book, dealing with ‘principles and method’, presents the analytic approach and overall project which supported the research. A first step is to define what is understood as ‘neighborhood’ in neighborhood effects. “I begin […] by conceptualizing neighborhood in theoretical terms and as a geographic section of a larger community or region (e.g., city) that usually contains residents or institutions and has socially distinctive characteristics. This definition highlights the general characteristic of neighborhoods from ancient cities to the present – they are analytic units with simultaneous social and spatial significance” (p.56-7). This definition differs from the ‘community’ concept by the fact that although neighborhoods have social significance, they do not necessarily involve “shared values and tigh-knit bonds”. In terms of methods, Sampson “argue[s] that we need to treat social context as an important unit of analysis in its own right” (p.59), therefore requiring something which he and S. Raudenbush call ‘ecometrics’, i.e. the development of standard measures of neighborhood level properties, in reference to psychometrics at the individual level. “In this book, I therefore focus on a key aspect of selection – neighborhood location or choice – and treat the neighborhood outcome achieved by the individual as problematic in its own right. This approach allows me to examine the sources and consequences of sorting for the reproduction of social inequality in the lives of individuals, and for the reproduction of the stratified urban landscape” (p.64). Ecometrics are to be used along with other eclectic methods which enable the author to connect with previous contributions to the subject.

The second chapter of this part presents the chronology and organisational making of the Chicago Project, along with the various databases tapped into of produced by the various contributers.

 

The third part of the book is dedicated to the identification of the community-level indicators and processes which make neighborhood effects persistent in cities. In chapitre 5, the dynamic stability of poverty traps and inequality are looked into. This is done by analysing the individual characteristics which tend to be over-represented together in residents of disadvantaged neighborhood. For example, “the data thus confirm that neighborhoods that are both black and poor, and that are characterized by high unemployement and female-headed families, are ecologically distinct, a characteristic that is not simply the same thing as low economic status” (p.101). In addition to the categories of income, race, employment and household structure, Sampson brings incarceration and crime to expose further the conundrum of neighborhood effects: despite change in the life of individuals (through social as well as geographical mobility), the spatial concentration of disadvantage in a selection of neighborhood remains and so does the overall inequality between neighborhoods in the city.

The second chapter of this part examines the theory of ‘broken windows’ and disorganization. More precisely, the author shows that perceptions of disorder play a strong role in shaping the identity of a place, even when ‘actual’ signs of disorder (broken windows, littered streets) are no more visible. Instead, according to the author, people tend to rely on priors and social representations to take the concentration of visible minorities as a proxy for disorder level: “the human tendency to quickly categorize racial and other groups, our ability to easily observe skin color, and our sensitivity to the opinions of others in the form of reputations or identities that stigmatize areas, makes for a potent combination. […] Racial and immigrant concentration proved more powerful predictors of perceived disorder than did carefully observed disorder” (p.125-37). This in turn forms neigbhorhood stigma which shapes attitudes towards neighborhood perceived as disordered, in terms of decisions regarding residential mobility, as well as political and economic prospects. “Shared perceptions of disorder rather than systematically observed disorder appear to be a mechanism of durable inequality” (p.146). The proposed inhibitor of both disorder and crime (linked together in the dynamics of poverty traps) proposed by Sampson in the following chapter is ‘collective efficacy’.

The concept of collective efficacy draws together two fundamental mechanisms – social cohesion (the ‘collectivity’ part of the concept) and shared expectations for control (the ‘efficacy’ part of the concept)” (p.152-3). Collective efficacy is therefore shown to be favoured by residential stability (building ties takes time, therefore it is higher among home-owners and areas of low turnover) but is hindered by “alienation, exploitation, and dependency wrought by resource deprivation” at the neighborhood level. Statistical analysis of Chicago data is then used to show that “neighborhoods high in collective efficacy consistently had significantly lower rates of violence” (p.157). More generally, collective efficacy as a neighborhood-level ecometric and as a concept turn out to be fundamental to the rest of the book’s analysis.

Chapter 8 focuses next on collective action, by first contrasting it to recent research on individual engagement in social behaviour. “Individuals (the micro level) are the necessary conduit, but individual civic endowments and levels of participation are not a sufficient driver” (p.184). By considering collective mobilization very broadly as events that ‘bring people together’, from blood drives to neighborhood watches and fundraisers, Sampson (and D. McAdams) show that the number of these events has not dropped since the 1970s. However, the spatial distribution of these events is uneven. It statistically relates to the distribution of disadvantage and collective efficacy more strongly than to that of more formal organizations (such as non-profits or churches).

Chapter 9 finally introduces the concept of social altruism to qualify neighborhoods at the collective-level. Social altruism refers to the acts of other-regarding behaviour. One way of estimating it in Chicago was by dropping 3000 stamped letters in the street and counting how many arrived at destination. Overall, one third of them were returned, but large variations between neighorhoods exist. The second hand data of CPR gift was also considered by the author. Sampson concludes that “altruism systematically varies across neighborhoods in ways that conform to theoretical predictions: behavioral altruism is positively related to independent measures of collective efficacy from the PHDCN, negatively related to concentrated disadvantage and moral cynicism, and independently predicts important indicators of later wellbeing” (p.211-2) and that “acts of behavioral altruism are higher in contexts of community trust and shared expectations for public interventions” (p.227), that is in communities with high collective efficacy regardless of their income or racial composition.

 

The fourth part of the book is the one where all the concepts introduced so far come together. ‘Interlocking structures’ are revealed through a study of spatial association models, residential migrations and political networks. Chapter 10, dealing with ‘spatial logics’, focuses on the proximity effects between neighborhoords. For example, confirming M. Pattilo-McCoy’s ethnographic work, Sampson shows that “the black middle class is economically disadvantaged compared to the white middle class because of its spatial proximity to the ghetto. The PHDCN data show that this extends across the entiry city – even white working-class areas do better than the highest-income black neighborhoods when it comes to the economic status of near neighbors” (p.249). Neighborhoods would tend to have violence and disorder levels which correlate with their neighbors’ level besides their own levels of collective efficacy and altruism, and because of this spatial influence, African American neighborhoods appear additionally disadvantaged, being surrounded by neighborhoods with generally lesser levels of collective efficacy and economic advantage compared to their white counterparts, extending the racial invariance thesis at the community level (p.251). A strong point is also made that neighborhoods of concentrated immigration show lower levels of violence.

Chapter 11 borrows its title to the film ‘Trading Places’. The trade produced by the Moving To Opportunity programme, which is at the core of the chapter, is not as starck as Eddie Murphy’s, but it is a unique social experiment of subsidised residential migration for the families who became eligible to housing vouchers redeemable in low-poverty neighborhoods. Instead of just reworking the MTO data once more to try and show that its results were not mixed or negative, Sampon questions the limitations of the experiment design itself. His points are threefold. First, he argues that the baseline population of the experiment, instead of being representative of poor families, consisted rather in very poor families, predominantly black or Latino and female-headed, living on welfare in inner-city public housing. This demographic was thus harder to bring out of poverty by the sole action of relocation. Second, he argues that “neighborhoods exert long-term effects on individual development” (p.263), and that the previous environments the family lived in could be cause for lower education and health measured after relocation. Third, Sampson suggests that families chose to relocate to neighborhoods which were not necessarily so much better-off in terms of social support and education. Therefore the comparison before/after cannot be taken as a robest test of neighborhood effects. Because of the fractal nature of inequality in Chicago, they tended to choose the poorer areas of low-poverty tracts, close to other participants in the experiment. Instead of moing to opportunity, “poor people moved to inequality” (p.278), or did not move at all. The author concludes, introducing the next chapter, that “selection is a social process that itself is implicated in creating the very structures that then contain individual behavior” (p.286).

Chapter 12 and 13 examine sorting in the residential context, by looking both at movers and stayers. The analysis shows that “stayers do not gain much, for example, and the trajectories remain parallel by race. Movers gain more by contrast, particularly those exiting to the suburbs, but in a way that just shifts the race gap in parallel fashion” (p.295), that perceived disorder is a statistical predictor of moving out of Chicago, especially for black families, along with home ownership and caregiving for all racial groups. Within Chicago, ‘upward mobility’ in the sense of moving to a better-off neighborhood is “rare, and, when it does happen, whites are three times more likely to have experienced it than their minority counterparts [
] The most common outcome is to stay in one’s original neighborhood, a crucial ingredient in reproducing the system of place stratification. Moreover, the next most common transition leads movers into neighborhoods of the same subtype” (p.301-5). Finally, social and spatial distances are found to deter pairwise migrations between neighborhoods, leading Sampson to conclude that “neighborhoods choose people rather than the common idea that people choose neighborhoods” (p.327).

Chapter 14 closes the ‘interactional’ part of the book by looking at leadership connections across neighborhoods in Chicago, using social networks analytic tools (connectivity and cohesiveness metrics mostly). “The data tell a simple but powerful story. Namely, the sociodemographic and poverty composition of communities does not determine the kind of leadership configurations […]. Concentrated disadvantage in particular is rather weakly connected to the cohesiveness of leadership and is only modestly predictive of the centrality of a community’s position in meadiating elite ties. Residential stability, median income, and percent black are weakly correlated as well. But […] the cohesiveness and shared expectations of residents is linked to the nature of leadership ties” (p.347).

 

Following the bulk of information and statistical results provided, a synthesis and update compose the final part of the book. The update of some analyses in 2010 shows more continuity than change despite the the subprime crisis. The main takeaway messages that the author wants to leave us with is that there is and remains a “deep ecological concentration and marked variability by neighborhood across a wide range of how Americans experience life” (p.356), and that this spatial inequality might be a stronger marker of the American society than its individual inequality. This inequality matters because “neighborhood contexts are socially productive” (p.358), and persistent ones. Therefore it seems the way forwards in terms of collective and individual well-being needs to promote collective efficacy and the conditions for its improvement, but also drastic government measures when self-reinforcing processes are too far entrenched in communities (through zoning for example). Immigration is another option, as “inflows of first-generation immigrants reflect a classic example of a diffusion process with spillover effects, including lower crime and economic resurgence of formerly devastated poor neighborhoods” (p.373). In general, “rather than simply move people out of targeted communities, the idea is to renew what is already there while simultaneously investing in communities on the edge of critical need but not yet deemed policy-relevant. [
] Properly done, intervening at the community level is not only feasible but more cost effective in the long run than targeting individuals. Predicting individual behavior is notoriously difficult and inefficient, whereas as I have shown that community social structures are highly patterned over time.” (p.420-4).

 


 

The contribution of this book to urban sociology and social geography is important, especially in the way R. Sampson does not give up in the face of the multidimensional, multilevel, temporal and complex object that is spatial inequality and neigbhorhood effects. Instead, the author brings together multiple empirical materials, theories and methods to try and manage the fact that ‘things go together’ in and across places. Furthermore, this book shows a very labour-intensive attempt at providing measures and quantified accounts of community-level processes, without sacrificing the qualitative work of interpretation of statistical results and their theoretical framing.

Notwithstanding the great qualities of the book, this ubiquitous focus on statistical associations can sometimes seem limited. Firstly, I suspect that the author (or the editor?) did not want to congest the book with numbers and figures, therefore all statistical results are narrated rather than presented in numerical form. A few tables would have saved a lot of words but also would have enabled the reader to have a go at interpretation by themselves with all the information in hand. Without this information, they can only trust the narrator. Secondly, apart from the spatial models of chapter 12, the models seem to be systematically linear and single-level, despite the use of variables such as income and population (which tend to scale nonlinearly) and despite the common use of multilevel models to assess neighborhood effects in the literature. We do not know why these models were not considered here. Thirdly, despite a lot of attention to not take correlation for causation, it seems that the accumulation of statistical models leads the author to suggest that there must be some causation in the process. As a geographer, I would also add that maps could make a stronger case to the argument if they were rearranged into small multiples and used less coarse categorization.

With respect to my project on urban inqualities, this book has given me precious insights into sociological mechanisms of spatial inequality and neighborhood effects (especially the ones related to perception and representation), as well as an idea of the enormous complexity that urban inequality are made of, especially through their multidimensional and multiscale properties.

 

Here I share the type of file I use to document my readings and book reviews. It is composed of citations from the book which I considered important while reading.

Other reviews of this book have been published in Urban Studies, the International Journal of Urban and Regional Research, an LSE blog and Sociology Lens.