Pour la recherche urbaine

Adisson F., Barles S., Blanc N., Coutard O., Frouillou L., Rassat F. (Eds.). (2020). Pour la recherche urbaine. CNRS Éditions via OpenEdition, 441p.

Pour la recherche urbaine est un ouvrage de prospective nationale de la recherche urbaine, initié par Sabine Barles, Nathalie Blanc et Olivier Coutard, sous l’égide du CNRS, dans le but de réfléchir à l’avenir de la recherche urbaine en France, au sein d’un collectif pluriel en termes d’approches, de points de vue, d’affiliations et d’ancienneté de carrière. Basé sur les débats de six journées d’étude et d’une école thématique entre 2015 et 2016, cet ouvrage livre une synthèse riche de ce qui se fait actuellement dans la recherche française sur les villes, des questions nouvelles posées par les villes contemporaines et les processus qui s’y jouent, et enfin les directions  de recherche esquissées par les travaux et débats récents. La ville et la recherche urbaine y sont considérées dans leurs dimensions sociale, géographique, économique, matérielle, politique et environnementale. Cinquante-deux auteurs y ont pris part. Coordonné par les trois instigateurs ainsi que Félix Adisson, Leïla Frouillou et Fanny Rassat, il a été publié cet été par CNRS Éditions et est accessible gratuitement en ligne. Il couvre en quatre grandes parties et seize chapitres les grands domaines de la recherche française sur les villes et propose des pistes de recherche, des questions et des propositions (théoriques, méthodologiques et organisationnelles) pour le futur de cette recherche. 

J’ai trouvé la démarche de l’ouvrage très intéressante et sa lecture m’a beaucoup appris (autant sur les sujets qui me sont familiers que sur ceux qui ne le sont pas). Je trouve qu’il s’agit d’un outil indispensable pour les chercheurs francophones en études urbaines, jeunes ou plus confirmés, et en particulier lors de l’écriture d’un projet de recherche. En effet, l’ouvrage permet, grâce à l’apport de regards complémentaires et collectifs sur questions urbaines, de fournir un état de l’art de nombreuses questions scientifiques posées par les villes contemporaines, mais aussi de confronter son idée avec les perspectives de recherche ébauchées dans les différents chapitres. Pour ces mêmes raisons, la synthèse de cet ouvrage n’est pas aisée. Je vais donc tenter d’en livrer les principales lignes directrices plutôt que de faire une revue chronologique des différents chapitres.

 


 

Tout d’abord, la richesse de l’ouvrage s’exprime par la diversité de nature des chapitres qui le composent.

Certains se présentent principalement comme une revue thématique de la littérature. Ils offrent au lecteur un panorama de références classiques et contemporaines sur un aspect de la recherche urbaine. C’est le cas selon moi du chapitre 1 sur les approches critiques, ou du chapitre 7 sur l’écologie urbaine (considérée á la fois comme écologie dans la ville, et écologie de la ville).

D’autres chapitres proposent plutôt une forme de position de recherche collective. C’est le cas par exemple du chapitre 3, dans lequel les autrices plaident pour l’usage de l’expérimentation comme méthode alternative de recherche urbaine, c’est-à-dire la prise en compte des citoyens, de leurs visions diverses de la ville, de leurs ressources vernaculaires et d’une forme d’improvisation dans la conduite des projets urbains. Le chapitre 9 présente aussi certains aspects d’une position de recherche, en l’occurrence sur l’approche de la ville “par la rupture”. Les auteurs soutiennent que les crises (épidémies, attentats, séismes) permettent de révéler – et de donc de mieux comprendre – le fonctionnement et l’organisation des villes. “Aborder l’étude du risque par la crise pousse à l’approcher à partir des enjeux et de la fabrique de l’urbain. De ce fait, l’approche est plus décloisonnée et interdisciplinaire, car aborder le risque par les aléas tend à disciplinariser l’étude, à la segmenter en fonction de la nature de ces aléas. […] En effet, l’étude des risques urbains à partir du phénomène perturbateur transforme généralement celui-ci en principe actif, extérieur à la société urbaine, faisant de cette dernière un objet subissant. […] Envisager la crise en ville, […] C’est interroger l’urgence à la fois comme condition de la gestion et comme épreuve servant de justification des pratiques politiques et sociales nouvelles. […] C’est également insister sur la rupture comme une accélération du temps qui faire événement et s’interroger sur le sens de cet événement pour la ville“ (Sierra et al., chapitre 9, §2-4)

D’autres chapitres sont plus directement orientés vers une écriture prospective. Ils identifient explicitement les angles morts et questions ouvertes de la recherche urbaine contemporaine. Dans le chapitre 5 sur les hiérarchies urbaines par exemple, les auteurs se demandent “jusqu’où les grandes villes favorisent-elles la création d’une richesse qui peut ensuite être redistribuée? Jusqu’où ne sont-elles pas au contraire génératrices de surcroît d’inégalités? (Bisson et al., chapitre 5, §32); “les modèles de politiques urbaines qui [découlent des recommandations de R. Florida] sont-ils adaptés aux centre des villes moyennes? (§17) ou encore “Y a-t-il des forces politiques qui incarnent les valeurs de l’imaginaire métropolitain?” (§13). Sur le thème des services urbains et de leur provision par les acteurs publics, le chapitre 10 propose aussi de nombreuses interrogations et de pistes de recherche. Le chapitre 16 livre quant à lui un travail prospectif à propos de la circulation des modèles urbains.

Enfin, le chapitre 4 se distingue du reste de l’ouvrage par sa forme. Plutôt qu’un exercice collectif d’écriture sur un thème donné, il rend compte de discussions ayant eu lieu lors d’une table ronde sur l’avenir de la recherche urbaine.

 

En termes de sujets abordés, il est intéressant de noter que trois fils rouges apparaissent dans la majorité des chapitres de l’ouvrage, que se soit comme objets, facteurs ou ressources de la recherche urbaine : la comparaison entre villes “du Nord” et villes “du Sud”, la problématique environnementale et la question du numérique. Ainsi, les villes du Sud sont évoquées, non plus seulement en lien avec le développement économique, mais pour introduire l’importance des données massives dans la construction de politiques publiques de planification (Chapitre 2), pour insister sur les enjeux de mobilité durable dans les villes dont l’étalement se poursuit (Chapitre 5), sur l’enjeux d’une notion floue comme celle de résilience sur les financements institutionnels dirigés vers les villes qui la promeuvent (Chapitre 9) ou encore à propos des mobilisations citadines (Chapitre 12). Par ailleurs, les non-humains – animaux et végétaux – sont plutôt bien représentés dans cet ouvrage, en ce qu’ils permettent d’envisager de nouvelles définitions de la ville (Chapitre 6) ou de mieux comprendre son fonctionnement écologique (Chapitre 7). La dimension matérielle  de la ville est aussi mise à l’honneur, notamment dans la deuxième partie du livre. Le chapitre 1 l’envisage comme un marqueur de certaines approches critiques, le chapitre 8 s’en empare pour décrire le métabolisme urbain, le chapitre 9 s’en sert pour analyser les conséquences des crises urbaines et le chapitre 13 pour révéler les dispositifs sociotechniques de la production urbaine. Enfin, l’urban généralisé et de la gestion des communs sont évoqués à plusieurs reprises mais plutôt comme des thèmes problématiques ou non résolus de la recherche urbaine française.

En termes d’approches, l’ouvrage fait la part belle à l’étude des acteurs (de la production et de la gestion urbaine [chapitres 13 et 14], des luttes [chapitre 12], du foncier [chapitre 15], de la transition écologique [chapitre 7], des services urbains [chapitre 10], de la circulation des modèles [chapitre 16], de la recherche [chapitre 4]), de leur trajectoire (notamment dans le chapitre 11 consacré à la diversité ou dans le chapitre 12 consacré aux mobilisations) et de leur visibilité (mentionnées dans les chapitre 11 à 14 en particulier). La notion de visibilité est aussi mobilisée dans le chapitre 16 sur la circulation des modèles urbains : “Y a-t-il une concentration des études sur certains exemples emblématiques de logique entrepreneuriale (tels les mégaprojets, les waterfronts ou les business improvement districts) et une focalisation sur certains contextes géographiques, notamment les grandes villes (du Nord et du Sud) au détriment d’initiatives moins visibles ou de certains contextes moins étudiés et moins médiatisés qui pourraient venir infirmer les hypothèses d’une hégémonie des modèles néolibéraux ?” (Lemaire et al., chapitre 16, §32). Les autres méthodologies abordées dans l’ouvrages sont diverses et complémentaires : des critical studies du chapitre 1 à la méthode abductive pour analyses les données massives (chapitre 2) et à l’expérimentation (chapitre 3).

En termes d’échelles géographiques, la recherche urbaine passée, présente et future est envisagée depuis l’échelon du bâtiment (cf. les toits végétalisés dans le chapitre 7) à celle du monde (cf., les marchés financiers globaux dans le chapitre 15), en passant par les quartiers (chapitres 11 et 16 par exemple), les municipalités (chapitres 9, 13 et 15 par exemple) et les unités fonctionnelles plus larges (chapitres 6 et 7 par exemple).

En termes de contexte institutionnel de la recherche urbaine, l’ouvrage insiste sur les effets néfastes des nouveaux modes de financement de la recherche urbaine sur les objets et terrains étudiés, notamment par les jeunes chercheurs (cf. chapitre 4). Ce sujet est convoqué dès l’introduction: “En premier lieu, nous souhaitons redire ici l’importance de s’attacher à favoriser une plus grande pluralité des thématiques financées par les appels à projets incitatifs. […]. Deuxièmement, et indissociablement du point précédent, il convient de développer les financements non thématisés (appels à projets blancs ou sur des thématiques larges) pour permettre aux équipes de sortir des sentiers battus et des sujets rebattus. Troisièmement, une revalorisation importante des crédits de base des équipes et le développement de formes de financement pluriannuelles, au-delà du format typique (3-4 ans) des projets ANR, voire débarrassées de la logique compétitive des appels à projets, seraient plus cohérents avec le temps long de la recherche (surtout quand elle se veut interdisciplinaire) et des changements urbains.” (Adisson et al., introduction, §25). La collaboration interdisciplinaire avec les “sciences dures” (informatique, ingénierie, physique, biologie) est interrogée dans le chapitre 2, tandis que le chapitre 4 analyse l’importance de l’organisation de la recherche sur les production scientifiques. En particulier, “et c’est le […] paradoxe, les thématiques de la recherche urbaine sont foisonnantes et les événements scientifiques sont nombreux, mais l’hyperspécialisation conduit à un manque de débats transversaux et théoriques ainsi que d’espaces et de temps pour les structurer.” (Adisson et al., chapitre 4, §37-8)

 

Cet ouvrage se révèle comme un beau plaidoyer “pour la recherche urbaine” collective, plurielle, interdisciplinaire et critique. Il retravaille des questions très classiques sous des angles nouveaux (‘L’urbain par ses limites’ dans le chapitre 6 ou la ségrégation par la diversité dans le chapitre 11) et propose des analyses de questions nouvellement classiques (comme celle des smart cities  dans le chapitre 2 ou celle des mobilisations citadines dans le chapitre 12). On pourrait  toutefois interroger le choix de mener une prospective de la recherche urbaine nationale sans questionner ou expliciter l’existence (ou non) d’une spécificité française de cette recherche.

Pour mon projet sur les inégalités urbaines, le chapitre 5 est venu conforter mon opinion que les inégalités économiques dans et entre villes méritent une attention plus grande et que la recherche urbaine reste encore largement à faire sur ce sujet. Je souscris donc tout à fait à l’appel de B. Bisson et al. :

“Quelle est la contribution exacte des villes à ces inégalités ? Les villes permettent-elles de maximiser la richesse collective et donc les revenus à distribuer comme le soutiennent les thèses sur la surproductivité des métropoles ? Dans ce cas, le problème des inégalités pourrait être corrigé par des mécanismes de redistribution. Mais une autre hypothèse peut être faite : les grandes concentrations urbaines ne seraient-elles pas la cause du problème ? […] Piketty a prolongé ses analyses en soulignant une dynamique de concentration spatiale d’un capital devenu patrimonial. Il a notamment appelé dans un récent article des Annales à approfondir « […] les dimensions géographiques et spatiales du capital et les effets d’échelle » (Piketty 2015, p. 132). Cet appel, qui esquisse de nouveaux champs de recherche, mérite d’être entendu par les études urbaines pour approfondir les connaissances sur les mécanismes de production des inégalités, notamment monétaires, au sein des villes et de leurs relations pensées à l’échelle des systèmes urbains.” (Bisson et al., chapitre 4, §36)

 


 

Je partage ici, le type de document sur lequel s’est appuyé mon compte rendu. Il est constitué d’un recueil de passages du livre que j’ai considérés comme importants.

À ce jour, je n’ai pas connaissance d’autres comptes-rendus de cet ouvrage.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search