Pour la recherche urbaine

Adisson F., Barles S., Blanc N., Coutard O., Frouillou L., Rassat F. (Eds.). (2020). Pour la recherche urbaine. CNRS Éditions via OpenEdition, 441p.

Pour la recherche urbaine est un ouvrage de prospective nationale de la recherche urbaine, initiĂ© par Sabine Barles, Nathalie Blanc et Olivier Coutard, sous l’Ă©gide du CNRS, dans le but de rĂ©flĂ©chir Ă  l’avenir de la recherche urbaine en France, au sein d’un collectif pluriel en termes d’approches, de points de vue, d’affiliations et d’anciennetĂ© de carriĂšre. BasĂ© sur les dĂ©bats de six journĂ©es d’Ă©tude et d’une Ă©cole thĂ©matique entre 2015 et 2016, cet ouvrage livre une synthĂšse riche de ce qui se fait actuellement dans la recherche française sur les villes, des questions nouvelles posĂ©es par les villes contemporaines et les processus qui s’y jouent, et enfin les directions  de recherche esquissĂ©es par les travaux et dĂ©bats rĂ©cents. La ville et la recherche urbaine y sont considĂ©rĂ©es dans leurs dimensions sociale, gĂ©ographique, Ă©conomique, matĂ©rielle, politique et environnementale. Cinquante-deux auteurs y ont pris part. CoordonnĂ© par les trois instigateurs ainsi que FĂ©lix Adisson, LeĂŻla Frouillou et Fanny Rassat, il a Ă©tĂ© publiĂ© cet Ă©tĂ© par CNRS Éditions et est accessible gratuitement en ligne. Il couvre en quatre grandes parties et seize chapitres les grands domaines de la recherche française sur les villes et propose des pistes de recherche, des questions et des propositions (thĂ©oriques, mĂ©thodologiques et organisationnelles) pour le futur de cette recherche. 

J’ai trouvĂ© la dĂ©marche de l’ouvrage trĂšs intĂ©ressante et sa lecture m’a beaucoup appris (autant sur les sujets qui me sont familiers que sur ceux qui ne le sont pas). Je trouve qu’il s’agit d’un outil indispensable pour les chercheurs francophones en Ă©tudes urbaines, jeunes ou plus confirmĂ©s, et en particulier lors de l’Ă©criture d’un projet de recherche. En effet, l’ouvrage permet, grĂące Ă  l’apport de regards complĂ©mentaires et collectifs sur questions urbaines, de fournir un Ă©tat de l’art de nombreuses questions scientifiques posĂ©es par les villes contemporaines, mais aussi de confronter son idĂ©e avec les perspectives de recherche Ă©bauchĂ©es dans les diffĂ©rents chapitres. Pour ces mĂȘmes raisons, la synthĂšse de cet ouvrage n’est pas aisĂ©e. Je vais donc tenter d’en livrer les principales lignes directrices plutĂŽt que de faire une revue chronologique des diffĂ©rents chapitres.

 


 

Tout d’abord, la richesse de l’ouvrage s’exprime par la diversitĂ© de nature des chapitres qui le composent.

Certains se prĂ©sentent principalement comme une revue thĂ©matique de la littĂ©rature. Ils offrent au lecteur un panorama de rĂ©fĂ©rences classiques et contemporaines sur un aspect de la recherche urbaine. C’est le cas selon moi du chapitre 1 sur les approches critiques, ou du chapitre 7 sur l’Ă©cologie urbaine (considĂ©rĂ©e ĂĄ la fois comme Ă©cologie dans la ville, et Ă©cologie de la ville).

D’autres chapitres proposent plutĂŽt une forme de position de recherche collective. C’est le cas par exemple du chapitre 3, dans lequel les autrices plaident pour l’usage de l’expĂ©rimentation comme mĂ©thode alternative de recherche urbaine, c’est-Ă -dire la prise en compte des citoyens, de leurs visions diverses de la ville, de leurs ressources vernaculaires et d’une forme d’improvisation dans la conduite des projets urbains. Le chapitre 9 prĂ©sente aussi certains aspects d’une position de recherche, en l’occurrence sur l’approche de la ville “par la rupture”. Les auteurs soutiennent que les crises (Ă©pidĂ©mies, attentats, sĂ©ismes) permettent de rĂ©vĂ©ler – et de donc de mieux comprendre – le fonctionnement et l’organisation des villes. “Aborder l’étude du risque par la crise pousse Ă  l’approcher Ă  partir des enjeux et de la fabrique de l’urbain. De ce fait, l’approche est plus dĂ©cloisonnĂ©e et interdisciplinaire, car aborder le risque par les alĂ©as tend Ă  disciplinariser l’étude, Ă  la segmenter en fonction de la nature de ces alĂ©as. [
] En effet, l’étude des risques urbains Ă  partir du phĂ©nomĂšne perturbateur transforme gĂ©nĂ©ralement celui-ci en principe actif, extĂ©rieur Ă  la sociĂ©tĂ© urbaine, faisant de cette derniĂšre un objet subissant. […] Envisager la crise en ville, […] C’est interroger l’urgence Ă  la fois comme condition de la gestion et comme Ă©preuve servant de justification des pratiques politiques et sociales nouvelles. […] C’est Ă©galement insister sur la rupture comme une accĂ©lĂ©ration du temps qui faire Ă©vĂ©nement et s’interroger sur le sens de cet Ă©vĂ©nement pour la ville“ (Sierra et al., chapitre 9, §2-4)

D’autres chapitres sont plus directement orientĂ©s vers une Ă©criture prospective. Ils identifient explicitement les angles morts et questions ouvertes de la recherche urbaine contemporaine. Dans le chapitre 5 sur les hiĂ©rarchies urbaines par exemple, les auteurs se demandent “jusqu’oĂč les grandes villes favorisent-elles la crĂ©ation d’une richesse qui peut ensuite ĂȘtre redistribuĂ©e? Jusqu’oĂč ne sont-elles pas au contraire gĂ©nĂ©ratrices de surcroĂźt d’inĂ©galitĂ©s? (Bisson et al., chapitre 5, §32); “les modĂšles de politiques urbaines qui [dĂ©coulent des recommandations de R. Florida] sont-ils adaptĂ©s aux centre des villes moyennes? (§17) ou encore “Y a-t-il des forces politiques qui incarnent les valeurs de l’imaginaire mĂ©tropolitain?” (§13). Sur le thĂšme des services urbains et de leur provision par les acteurs publics, le chapitre 10 propose aussi de nombreuses interrogations et de pistes de recherche. Le chapitre 16 livre quant Ă  lui un travail prospectif Ă  propos de la circulation des modĂšles urbains.

Enfin, le chapitre 4 se distingue du reste de l’ouvrage par sa forme. PlutĂŽt qu’un exercice collectif d’Ă©criture sur un thĂšme donnĂ©, il rend compte de discussions ayant eu lieu lors d’une table ronde sur l’avenir de la recherche urbaine.

 

En termes de sujets abordĂ©s, il est intĂ©ressant de noter que trois fils rouges apparaissent dans la majoritĂ© des chapitres de l’ouvrage, que se soit comme objets, facteurs ou ressources de la recherche urbaine : la comparaison entre villes “du Nord” et villes “du Sud”, la problĂ©matique environnementale et la question du numĂ©rique. Ainsi, les villes du Sud sont Ă©voquĂ©es, non plus seulement en lien avec le dĂ©veloppement Ă©conomique, mais pour introduire l’importance des donnĂ©es massives dans la construction de politiques publiques de planification (Chapitre 2), pour insister sur les enjeux de mobilitĂ© durable dans les villes dont l’Ă©talement se poursuit (Chapitre 5), sur l’enjeux d’une notion floue comme celle de rĂ©silience sur les financements institutionnels dirigĂ©s vers les villes qui la promeuvent (Chapitre 9) ou encore Ă  propos des mobilisations citadines (Chapitre 12). Par ailleurs, les non-humains – animaux et vĂ©gĂ©taux – sont plutĂŽt bien reprĂ©sentĂ©s dans cet ouvrage, en ce qu’ils permettent d’envisager de nouvelles dĂ©finitions de la ville (Chapitre 6) ou de mieux comprendre son fonctionnement Ă©cologique (Chapitre 7). La dimension matĂ©rielle  de la ville est aussi mise Ă  l’honneur, notamment dans la deuxiĂšme partie du livre. Le chapitre 1 l’envisage comme un marqueur de certaines approches critiques, le chapitre 8 s’en empare pour dĂ©crire le mĂ©tabolisme urbain, le chapitre 9 s’en sert pour analyser les consĂ©quences des crises urbaines et le chapitre 13 pour rĂ©vĂ©ler les dispositifs sociotechniques de la production urbaine. Enfin, l’urban gĂ©nĂ©ralisĂ© et de la gestion des communs sont Ă©voquĂ©s Ă  plusieurs reprises mais plutĂŽt comme des thĂšmes problĂ©matiques ou non rĂ©solus de la recherche urbaine française.

En termes d’approches, l’ouvrage fait la part belle Ă  l’Ă©tude des acteurs (de la production et de la gestion urbaine [chapitres 13 et 14], des luttes [chapitre 12], du foncier [chapitre 15], de la transition Ă©cologique [chapitre 7], des services urbains [chapitre 10], de la circulation des modĂšles [chapitre 16], de la recherche [chapitre 4]), de leur trajectoire (notamment dans le chapitre 11 consacrĂ© Ă  la diversitĂ© ou dans le chapitre 12 consacrĂ© aux mobilisations) et de leur visibilitĂ© (mentionnĂ©es dans les chapitre 11 Ă  14 en particulier). La notion de visibilitĂ© est aussi mobilisĂ©e dans le chapitre 16 sur la circulation des modĂšles urbains : “Y a-t-il une concentration des Ă©tudes sur certains exemples emblĂ©matiques de logique entrepreneuriale (tels les mĂ©gaprojets, les waterfronts ou les business improvement districts) et une focalisation sur certains contextes gĂ©ographiques, notamment les grandes villes (du Nord et du Sud) au dĂ©triment d’initiatives moins visibles ou de certains contextes moins Ă©tudiĂ©s et moins mĂ©diatisĂ©s qui pourraient venir infirmer les hypothĂšses d’une hĂ©gĂ©monie des modĂšles nĂ©olibĂ©raux ?” (Lemaire et al., chapitre 16, §32). Les autres mĂ©thodologies abordĂ©es dans l’ouvrages sont diverses et complĂ©mentaires : des critical studies du chapitre 1 Ă  la mĂ©thode abductive pour analyses les donnĂ©es massives (chapitre 2) et Ă  l’expĂ©rimentation (chapitre 3).

En termes d’Ă©chelles gĂ©ographiques, la recherche urbaine passĂ©e, prĂ©sente et future est envisagĂ©e depuis l’Ă©chelon du bĂątiment (cf. les toits vĂ©gĂ©talisĂ©s dans le chapitre 7) Ă  celle du monde (cf., les marchĂ©s financiers globaux dans le chapitre 15), en passant par les quartiers (chapitres 11 et 16 par exemple), les municipalitĂ©s (chapitres 9, 13 et 15 par exemple) et les unitĂ©s fonctionnelles plus larges (chapitres 6 et 7 par exemple).

En termes de contexte institutionnel de la recherche urbaine, l’ouvrage insiste sur les effets nĂ©fastes des nouveaux modes de financement de la recherche urbaine sur les objets et terrains Ă©tudiĂ©s, notamment par les jeunes chercheurs (cf. chapitre 4). Ce sujet est convoquĂ© dĂšs l’introduction: “En premier lieu, nous souhaitons redire ici l’importance de s’attacher Ă  favoriser une plus grande pluralitĂ© des thĂ©matiques financĂ©es par les appels Ă  projets incitatifs. [
]. DeuxiĂšmement, et indissociablement du point prĂ©cĂ©dent, il convient de dĂ©velopper les financements non thĂ©matisĂ©s (appels Ă  projets blancs ou sur des thĂ©matiques larges) pour permettre aux Ă©quipes de sortir des sentiers battus et des sujets rebattus. TroisiĂšmement, une revalorisation importante des crĂ©dits de base des Ă©quipes et le dĂ©veloppement de formes de financement pluriannuelles, au-delĂ  du format typique (3-4 ans) des projets ANR, voire dĂ©barrassĂ©es de la logique compĂ©titive des appels Ă  projets, seraient plus cohĂ©rents avec le temps long de la recherche (surtout quand elle se veut interdisciplinaire) et des changements urbains.” (Adisson et al., introduction, §25). La collaboration interdisciplinaire avec les “sciences dures” (informatique, ingĂ©nierie, physique, biologie) est interrogĂ©e dans le chapitre 2, tandis que le chapitre 4 analyse l’importance de l’organisation de la recherche sur les production scientifiques. En particulier, “et c’est le […] paradoxe, les thĂ©matiques de la recherche urbaine sont foisonnantes et les Ă©vĂ©nements scientifiques sont nombreux, mais l’hyperspĂ©cialisation conduit Ă  un manque de dĂ©bats transversaux et thĂ©oriques ainsi que d’espaces et de temps pour les structurer.” (Adisson et al., chapitre 4, §37-8)

 

Cet ouvrage se rĂ©vĂšle comme un beau plaidoyer “pour la recherche urbaine” collective, plurielle, interdisciplinaire et critique. Il retravaille des questions trĂšs classiques sous des angles nouveaux (‘L’urbain par ses limites’ dans le chapitre 6 ou la sĂ©grĂ©gation par la diversitĂ© dans le chapitre 11) et propose des analyses de questions nouvellement classiques (comme celle des smart cities  dans le chapitre 2 ou celle des mobilisations citadines dans le chapitre 12). On pourrait  toutefois interroger le choix de mener une prospective de la recherche urbaine nationale sans questionner ou expliciter l’existence (ou non) d’une spĂ©cificitĂ© française de cette recherche.

Pour mon projet sur les inĂ©galitĂ©s urbaines, le chapitre 5 est venu conforter mon opinion que les inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques dans et entre villes mĂ©ritent une attention plus grande et que la recherche urbaine reste encore largement Ă  faire sur ce sujet. Je souscris donc tout Ă  fait Ă  l’appel de B. Bisson et al. :

“Quelle est la contribution exacte des villes Ă  ces inĂ©galitĂ©s ? Les villes permettent-elles de maximiser la richesse collective et donc les revenus Ă  distribuer comme le soutiennent les thĂšses sur la surproductivitĂ© des mĂ©tropoles ? Dans ce cas, le problĂšme des inĂ©galitĂ©s pourrait ĂȘtre corrigĂ© par des mĂ©canismes de redistribution. Mais une autre hypothĂšse peut ĂȘtre faite : les grandes concentrations urbaines ne seraient-elles pas la cause du problĂšme ? [
] Piketty a prolongĂ© ses analyses en soulignant une dynamique de concentration spatiale d’un capital devenu patrimonial. Il a notamment appelĂ© dans un rĂ©cent article des Annales Ă  approfondir « […] les dimensions gĂ©ographiques et spatiales du capital et les effets d’échelle » (Piketty 2015, p. 132). Cet appel, qui esquisse de nouveaux champs de recherche, mĂ©rite d’ĂȘtre entendu par les Ă©tudes urbaines pour approfondir les connaissances sur les mĂ©canismes de production des inĂ©galitĂ©s, notamment monĂ©taires, au sein des villes et de leurs relations pensĂ©es Ă  l’échelle des systĂšmes urbains.” (Bisson et al., chapitre 4, §36)

 


 

Je partage ici, le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

À ce jour, je n’ai pas connaissance d’autres comptes-rendus de cet ouvrage.

OĂč va l’argent des pauvres

Colombi D., 2020, OĂč va l’argent des pauvres, Payot & Rivages, 300p.

Cet ouvrage porte un titre trĂšs explicite et trĂšs rĂ©vĂ©lateur de son contenu. Il s’agit en effet d’un essai sur la relation entre l’argent et les pauvres, qui s’intĂ©resse Ă  la finalitĂ© de l’argent gagnĂ©, reçu et dĂ©pensĂ© par les membres les plus pauvres de la sociĂ©tĂ©. Denis Colombi pose la question de la dĂ©finition de la pauvretĂ© en termes monĂ©taires et non-monĂ©taires : est-ce uniquement la quantitĂ© d’argent dĂ©tenue par un individu qui le rend pauvre aux yeux de la sociĂ©tĂ©, ou bien une sorte d’identitĂ© seconde supposĂ©ment associĂ©e Ă  des comportements et Ă  une culture distincte ? L’auteur interroge la destination de l’argent en analysant les postes des budgets contraints gĂ©rĂ©s par les mĂ©nages les plus pauvres. Enfin, il explore la relation entre la pauvretĂ© des uns et l’aisance des autres dans les sociĂ©tĂ©s française et amĂ©ricaine, en suggĂ©rant qu’une partie de l’argent des pauvres finit souvent, et non par hasard, dans la poche des riches. Au terme de cet essai, le lecteur identifie deux messages trĂšs clairs que l’auteur fait passer. D’une part, la pauvretĂ© ne devrait ĂȘtre qu’une question d’argent, qui soit donc solvable en donnant de l’argent (ou au moins l’accĂšs Ă  des liquiditĂ©s) aux mĂ©nages qui en manquent, que ce soit par le travail, rĂ©munĂ©rĂ© Ă  sa juste valeur, ou par d’autres mĂ©canismes comme l’assistance sociale ou le revenu universel. D’autre part, la sociologie du XXIe siĂšcle doit ĂȘtre considĂ©rĂ©e une science descriptive plutĂŽt que comme un corpus de thĂ©ories concurrentes ; elle remplit sa fonction lorsque sont produites des connaissances qui servent la sociĂ©tĂ© qu’elle Ă©tudie.

Denis Colombi est sociologue et professeur de lycĂ©e. Il dĂ©veloppe la thĂ©matique de cet ouvrage depuis 2017 sur son blog et sur Twitter, oĂč j’ai dĂ©couvert ses travaux et rĂ©flexions. Son propos porte principalement sur la sociĂ©tĂ© française (bien que l’on trouve aussi de nombreuses rĂ©fĂ©rences amĂ©ricaines) et se nourrit d’actualitĂ©s rĂ©centes (les “Ă©meutes du Nutella” ou le steak en or de F. Riberi par exemple) et d’expĂ©riences personnelles comme professeur de lycĂ©e, de rĂ©fĂ©rences littĂ©raires mais aussi acadĂ©miques. Il est Ă  noter que la lecture en est trĂšs fluide, cet ouvrage se voulant accessible au plus grand nombre.

 


 

La question “OĂč va l’argent des pauvres?” est dĂ©clinĂ©e en six chapitres, prĂ©cĂ©dĂ©s d’une introduction. Celle-ci a pour objet de justifier la lĂ©gitimitĂ© de la question posĂ©e. En effet, D. Colombi constate que le rapprochement des thĂšmes de l’argent et de la pauvretĂ© est peu frĂ©quent, que ce soit dans le discours public comme en sociologie. “Étonnamment, l’argent n’est pas forcĂ©ment la premiĂšre chose Ă  laquelle on pense lorsqu’il est question de pauvretĂ© : on prĂ©fĂšre au mieux se concentrer sur ce qui explique, pense-t-on, le manque d’argent que sur ce dernier proprement dit. Pourtant, comment veut-on comprendre quoi que ce soit si l’on ne commence pas par lĂ  ?” (p. 19-20). Il tient Ă  montrer d’emblĂ©e que les dĂ©fis posĂ©s aux mĂ©nages pauvres en termes de gestion de budgets sont incomparables avec ceux des mĂ©nages aisĂ©s ou de classe moyenne, car les revenus des mĂ©nages pauvres sont Ă  la fois faibles et incertains, tandis que leurs dĂ©penses sont rigides et contraintes. La charge mentale de ce dĂ©fi du quotidien est par ailleurs sous-estimĂ©e dans l’imaginaire collectif qui prĂ©fĂšre se rĂȘver riche plutĂŽt que de se mettre dans la peau des pauvres. Enfin, la parole publique sur les sujets Ă©conomiques est gĂ©nĂ©ralement monopolisĂ©e par les classes supĂ©rieures. Pourtant, “penser que ses propres façons de faire en matiĂšre d’Ă©conomie devraient ĂȘtre universalisĂ©es parce qu’elles seraient partout et toujours efficaces relĂšve de la pensĂ©e magique et non de l’argument rationnel” (p. 15).

Dans le premier chapitre “Les coupables idĂ©aux. Du bon et du mauvais pauvre“, D. Colombi explore la construction de la figure du pauvre par la sociĂ©tĂ©, d’un point de vue historique et sociologique. Il rappelle que les sociĂ©tĂ©s ont gĂ©nĂ©ralement alternĂ© entre deux postures face aux pauvres : la compassion et la culpabilisation, “la pitiĂ© et la potence“. À un extrĂȘme, les pauvres sont les victimes dĂ©shumanisĂ©es de la malchance et doivent recevoir la charitĂ© des plus aisĂ©s. À l’autre extrĂȘme, les pauvres sont responsables de leur sort, n’ayant pas fait les efforts nĂ©cessaires pour se sortir de leur situation. Dans tous les cas, les rapports habituels de la sociĂ©tĂ© Ă  ses membres les plus pauvres passent sous silence l’argent proprement dit, le caractĂšre collectif de certains phĂ©nomĂšnes sociaux comme le chĂŽmage ou la pauvretĂ©, et tendent plutĂŽt Ă  stigmatiser les pauvres en leur assignant un statut particulier (souvent disqualifiant ou dĂ©gradant). La pauvretĂ© monĂ©taire des individus est donc associĂ©e par la sociĂ©tĂ© Ă  une identitĂ© sociale. L’Ă©conomique et le social se mĂȘlent ainsi dans la dĂ©finition du groupe des pauvres. “Les pauvres ne forment pas une catĂ©gorie homogĂšne, mais plutĂŽt un ensemble de personnes et de familles inĂ©galement situĂ© dans un parcours oĂč s’accumulent Ă  la fois des difficultĂ©s matĂ©rielles (notamment l’Ă©loignement du marchĂ© du travail) et une perte de la reconnaissance de la part des autres” (p. 44). Ce stigmate social est rĂ©vĂ©lĂ© dans les cas extrĂȘmes oĂč les pauvres deviennent soudainement riches (Colombi prend l’exemple des footballeurs et des gagnants du loto). Dans ces cas-lĂ , les “nouveaux riches” se reconnaissent parce qu’ils ont conservĂ© un ensemble de pratiques, de goĂ»ts et de comportements mĂ©prisĂ©s par la sociĂ©tĂ©. La pauvretĂ© monĂ©taire s’accompagne en effet d’une pauvretĂ© en capital culturel et symbolique, qui permet aux classes supĂ©rieures d’afficher leur richesse (mĂȘme lorsqu’elle est hĂ©ritĂ©e, suspecte ou indĂ©cente) avec plus de “distinction”. Le chapitre se clĂŽt par l’analyse du droit de regard que la sociĂ©tĂ© impose lorsqu’il s’agit de la dĂ©pense des pauvres, surtout lorsque que cet argent provient de l’aide publique.

“Ce qui se passe avec les aides publiques, [
] ce n’est pas seulement que les pauvres ne peuvent pas faire de contre-don – ce qui rend, dans l’analyse de Mauss, la charitĂ© la plus classique humiliante. C’est aussi et surtout qu’on soumet le don Ă  des contreparties […] Lorsque l’on donne ainsi, afin de venir en aide Ă  quelqu’un, on s’estime gĂ©nĂ©ralement lĂ©gitime Ă  lui dire aussi comment utiliser ce don” (p. 76).

Dans le second chapitre (“De folles dĂ©penses? Du luxe Ă  la survie“), D. Colombi analyse les stratĂ©gies de gestion de leur budget par les mĂ©nages pauvres et trĂšs prĂ©caires. Il montre tout d’abord que la prescription sociale Ă  l’accumulation et Ă  l’Ă©pargne est absurde et irrationnelle dans les contextes de pĂ©nurie absolue dans lesquels se trouvent beaucoup de mĂ©nages pauvres. Dans ces cas-lĂ , les mĂ©nages adoptent des stratĂ©gies qui s’expliquent entiĂšrement par la raretĂ© de l’argent plutĂŽt que par un dĂ©faut de gestion. Une de ces stratĂ©gies consiste par exemple Ă  constituer des stocks alimentaires dĂšs le dĂ©but du mois, ce qui permet de prioriser la survie physique dĂšs la rĂ©ception des revenus (de peur qu’il ne reste pas assez en fin de mois) et d’optimiser les opportunitĂ©s irrĂ©guliĂšres (les promotions par exemple). D’autres stratĂ©gies paraissent moins Ă©videntes Ă  premiĂšre vue : il s’agit par exemple de certaines consommations considĂ©rĂ©es comme “luxueuses” par les classes moyennes et supĂ©rieures. L’auteur range par exemple les smartphones et le permis de conduire dans cette catĂ©gorie et montre que l’investissement est pourtant nĂ©cessaire pour les mĂ©nages les plus pauvres, car de ces dĂ©penses dĂ©pendent la possibilitĂ© de recettes futures (le permis pour trouver un emploi lorsque l’on habite en zone peu dense que l’on a peu d’autres qualifications Ă  ajouter sur son CV) mais aussi, dans le cas du smartphone, car il permet l’intĂ©gration sociale et institutionnelle (se connecter aux services publics dĂ©matĂ©rialisĂ©s par exemple). Enfin, certaines consommations apparemment ostentatoires ou de prestige, comme les “vraies” cigarettes ou les vĂȘtements de marque pour les enfants, dĂ©coulent directement du stigmate associĂ© Ă  la figure du pauvre dans la sociĂ©tĂ© et de la nĂ©cessitĂ© ressentie de s’en distinguer pour conserver son rĂŽle social. “L’attachement Ă  certaines consommations symboliques est d’autant plus fort que leur abandon signifierait un abandon de soi, de l’espoir de connaĂźtre des jours meilleurs, ainsi que l’endossement dĂ©finitif et sans doute irrĂ©mĂ©diable du rĂŽle de pauvre et de l’identitĂ© nĂ©gative qui constitue la derniĂšre Ă©tape de la disqualification sociale. Lutter contre la pauvretĂ©, cela peut vouloir parfois dire consommer, mĂȘme au risque de s’enfoncer encore plus dans les difficultĂ©s. C’est ce qui fait toute la tragĂ©die de la misĂšre” (p. 105). L’injonction Ă  un style de vie sain et austĂšre s’accompagne parfois de la rĂ©probation sociale concernant le nombre d’enfants des familles pauvres voire leur trop forte assignation genrĂ©e. D. Colombi montre Ă  quel point ces injonctions des classes moyennes et supĂ©rieures sont hypocrites et cruelles. Dans le premier cas par exemple, l’expĂ©rience d’avoir des enfants est, de maniĂšre partagĂ©e par tous les groupes sociaux, de plus en plus considĂ©rĂ©e comme un pilier de l’accomplissement personnel (surtout lorsque les perspectives professionnelles et culturelles sont moroses). “Dans ce contexte, comment penser que les pauvres pourraient dĂ©cider ‘rationnellement’ de s’en priver ?” (p. 124). La mise Ă  jour de cette hypocrisie rejoint l’analyse, pour de la sociĂ©tĂ© britannique, d’Owen Jones dans “Chavs”. Concernant la fĂ©minitĂ© et la masculinitĂ© :

“L’usage du genre Ă  des fins professionnelles n’est pas spĂ©cifique aux classes populaires. Du trader qui doit faire preuve d’une agressivitĂ© toute masculine Ă  la top-modĂšle qui capitalise sur sa maĂźtrise de la fĂ©minitĂ©, on peut trouver des exemples Ă  tous les niveaux de l’Ă©chelle sociale. Mais ce qui est spĂ©cifique aux pauvres, c’est que ces compĂ©tences particuliĂšres sont plus souvent qu’ailleurs les seules sur lesquelles ils peuvent s’appuyer, les seules cartes Ă  jouer sur le marchĂ© du travail.” (p. 207)

Le chapitre 3 (“GĂ©rer l’ingĂ©rable. Petits arrangements avec la misĂšre“) s’intĂ©resse au moneywork (c’est-Ă -dire l’Ă©norme de travail de planification, de suivi, de contrĂŽle et de gestion de l’argent lorsqu’il est Ă  la fois rare et incertain) induit par la pauvretĂ© et principalement supportĂ© par les femmes. L’analyse des ressources et des dĂ©penses contraintes des mĂ©nages (Ă  l’euro prĂšs Ă  partir des statistiques publiques) conduit l’auteur Ă  conclure que la marge d’expression des prĂ©fĂ©rences personnelles dans les choix de dĂ©penses des mĂ©nages pauvres est infime, contrairement aux discours culpabilisants leurs mauvais choix : “les 10% les plus pauvres disposent de seulement 80 euros [par mois] une fois dĂ©duites les ‘dĂ©penses contraintes et incontournables’ – 80 euros pour les loisirs, vacances, dĂ©penses d’habillement et d’Ă©quipement mĂ©nager, ou pour mettre de l’argent de cĂŽtĂ©. […] des sommes qui paraissent, vu du plus haut sur l’Ă©chelle sociale, dĂ©risoires – les 10% les plus riches disposent eux d’un reste Ă  vivre de 1474 euros [
] A partir de ces diffĂ©rentes donnĂ©es, on peut comprendre que les affaires de prĂ©fĂ©rences, de goĂ»ts, de styles de vie, de bonnes et mauvaises dĂ©cisions, de cultures ou autres soient, finalement, de faible importance lorsque l’on s’intĂ©resse aux pauvres. Pour que tous ces Ă©lĂ©ments s’expriment, encore faut-il qu’il y ait des moyens Ă  disposition” (p. 151-2). MalgrĂ© un travail Ă©puisant de gestion quotidienne leur budget incertain, les pauvres souffrent en plus de consĂ©quences disproportionnĂ©es en cas d’erreur, notamment de la part des banques et organismes de prĂȘts.

Dans le chapitre 4 (“La pauvretĂ©, c’est la pauvretĂ©. De l’utilitĂ© publique du pauvre“), D. Colombi propose de renverser le sens de la causalitĂ© gĂ©nĂ©ralement admise entre pauvretĂ© et les comportements de dĂ©pense. Au lieu de supposer que les pauvres le sont en raison de dĂ©faut de jugement et de dĂ©penses outranciĂšres, l’auteur suggĂšre que c’est au contraire l‘expĂ©rience de la pauvretĂ©, avec son lot de stigmatisation et de disqualification sociale, qui conduit les pauvres Ă  modifier leurs comportements. “‘DĂ©s-altĂ©riser’ les pauvres, cesser de les voir comme un ensemble d’individus radicalement diffĂ©rent du reste de la sociĂ©tĂ©, voilĂ  l’enjeu. Leurs comportements ne sont pas le produit d’une culture ou sous-culture particuliĂšre, dont on ne pourrait que constater la distance avec celles des autres classes. Ils agissent en fait comme n’importe qui le ferait Ă  leur place” (p. 218). Ce changement de perspective permet Ă  la fois de rĂ©insĂ©rer les mĂ©nages pauvres dans la sociĂ©tĂ© comme membres rationnels Ă  part entiĂšre (si l’on en doutait) et non comme les reprĂ©sentants d’une sous-culture Ă  part. Il permet aussi de se dĂ©faire des deux attitudes habituelles vis-Ă -vis de la pauvretĂ© : la compassion et la culpabilisation. “Si l’on ne rĂ©duit pas ledit stigmate, aucune autre mesure en faveur des pauvres, aucune tentative un peu ambitieuse de redistribution ne sera ni possible ni pleinement libĂ©ratrice. Tant que l’usage de l’argent par les pauvres fera l’objet d’un soupçon infamant, tant que l’on cherchera Ă  le contrĂŽler et Ă  le contraindre, tant qu’on les traitera comme des pauvres, alors il sera impossible pour eux de sortir collectivement de la pauvretĂ©” (p.229).

L’avant dernier chapitre, comme son titre “MisĂšre des pauvres, opulence des riches. La pauvretĂ©, un business lucratif” l’indique, s’intĂ©resse Ă  la reproduction de la pauvretĂ© par la relation systĂ©mique entre riches et pauvres. Pour ce faire, D. Colombi s’appuie sur la notion d’exploitationpour dĂ©signer toute situation oĂč les inĂ©galitĂ©s ne sont pas seulement relatives […], mais oĂč la situation des plus favorisĂ©s implique, par une relation substantielle, le maintien dans la pauvretĂ© des moins favorisĂ©s” (p. 233). Une partie du chapitre d’attache Ă  lister certains biens et services effectivement payĂ©s plus chers par les mĂ©nages les plus pauvres. Il peut s’agit en effet du logement, de l’Ă©lectromĂ©nager ou des services bancaires. La raison peut en ĂȘtre que certains de ces produits sont vendus dans des marchĂ©s captifs spatialement (on pense aux dĂ©serts alimentaires mis en lumiĂšre aux États-Unis) ou socialement (lorsque le vendeur suspend ses jugements sur l’apparence et le choix des clients, avec un surcoĂ»t cependant). Dans le cas des services bancaires ou assurantiels par ailleurs nĂ©cessaires Ă  la vie professionnelle et personnelle, “les pauvres français payent plus cher pour leurs services bancaires parce que c’est seulement Ă  ce prix-lĂ  qu’on accepte de leur fournir. AmĂ©liorer l’accĂšs et la stabilitĂ© du logement des uns et les facilitĂ©s d’accĂšs Ă  la liquiditĂ© et aux emprunts des autres serait alors peut-ĂȘtre un moyen extrĂȘmement simple de rĂ©duire la pauvretĂ©â€ (p. 247). Dans la deuxiĂšme partie du chapitre, l’auteur explore les relations systĂ©miques encore plus directes entre riches et pauvres, c’est-Ă -dire oĂč les riches sont d’autant plus riches et libres que les pauvres sont pauvres et exploitĂ©s. Il s’agit par exemple des services Ă  la personnes (le care), sous-payĂ©s et stigmatisĂ©s, qui rendent possible le style de vie privilĂ©giĂ© des hommes et femmes de la classe supĂ©rieure ou moyenne supĂ©rieure, au prix de la misĂšre des femmes fragilisĂ©es par leur statut social et/ou migratoire. La pandĂ©mie de COVID-19 aura au moins eu le mĂ©rite de mettre au premier plan l’ampleur et les consĂ©quences de cette injustice flagrante. Un autre exemple pris par l’auteur est celui des travailleurs de plateformes numĂ©riques dont le travail mal rĂ©munĂ©rĂ© et peu protĂ©gĂ© est exploitĂ© pour organiser un future automatisĂ© qui les rendre obsolĂštes.

“En replaçant la question de l’exploitation au cƓur de l’analyse de la pauvretĂ©, on se donne les moyens de mieux la comprendre : si elle existe, si elle persiste, c’est d’abord parce que certains acteurs tirent profit de cette existence.” (p. 273)

Tout ça, c’est politique. Solution et volontĂ©” conclut l’ouvrage. Ce chapitre expose les solutions possibles pour rĂ©duire la pauvretĂ© de maniĂšre substantielle en France (oĂč elle touche prĂšs de 2 millions de personnes), ainsi que les verrous politiques, notamment le manque de volontĂ© et l’intĂ©rĂȘt des plus riches Ă  la reproduction de la pauvretĂ©. L’auteur rappelle qu’une rĂ©duction de la pauvretĂ© est possible, comme le montre l’histoire des XIXe et XXe siĂšcle et l’Ă©tablissement de l’État providence. La pauvretĂ© a alors drastiquement baissĂ©, notamment pour les personnes ĂągĂ©es. “Mais ce recul de la pauvretĂ© n’a pas Ă©tĂ© une pente naturelle de l’Ă©volution des sociĂ©tĂ©s, ni mĂȘme la simple consĂ©quence du dĂ©veloppement du capitalisme et de la croissance Ă©conomique. Il a bel et bien Ă©tĂ© le rĂ©sultat de politiques volontaristes et de dispositifs collectifs” (p. 276). La solution Ă©noncĂ©e par D. Colombi peut sembler dĂ©concertante de simplicitĂ© : il suffit de donner de l’argent aux pauvres, “ou, au moins, de leur donner accĂšs Ă  l’argent. Une source de revenus, un prĂȘt Ă  moindre taux, une facilitĂ© de caisse, autant de choses qui peuvent reprĂ©senter une bouffĂ©e d’air frais et une sortie de la misĂšre pour des mĂ©nages Ă©crasĂ©s par les difficultĂ©s Ă©conomiques” (p. 277). En discutant les maniĂšres possibles de faire cette distribution d’argent, l’auteur en vient Ă  discuter de l’intĂ©rĂȘt du revenu universel, c’est-Ă -dire de donner de l’argent Ă  tous pour accroĂźtre l’acceptabilitĂ© collective de la mesure.

C’est ce que l’on appelle le ‘paradoxe de la redistribution”. Si l’on veut aider les pauvres, il vaut mieux ne pas les viser spĂ©cifiquement. […] Il est vrai que si l’on veut, dans un tel systĂšme, avoir des personnes qui ramassent nos poubelles, il faudra envisager non seulement de les rĂ©munĂ©rer suffisamment, mais en outre arrĂȘter de les mĂ©priser. En fait, ce sera toute la valeur des emplois qui sera affectĂ©e : certaines activitĂ©s apparaissent aujourd’hui Ă  la fois trĂšs utiles et bien peu rĂ©munĂ©rĂ©es, parce que la menace de la misĂšre permet de trouver des gens disponibles pour les rĂ©aliser Ă  bas coĂ»t. Un revenu universel conduirait Ă  devoir repenser complĂštement la notion mĂȘme de valeur” (p. 293-303).

Le livre s’achĂšve sur ce constat dĂ©sarmant et crucial : “les pauvres sont comme tout le monde, et les plus fortunĂ©s seraient comme eux s’ils n’avaient pas d’argent” (p.311). Bien qu’Ă©vidente, l’inscription de cette formule au frontons des institutions sociales pourrait ĂȘtre recommandĂ©e par mesure prophylactique, pour Ă©viter la naturalisation de la pauvretĂ© et sa justification par les classes favorisĂ©es (on pense ici Ă  l’ouvrage “Ce que les riches pensent des pauvres” de S. Paugam, B. Cousin, C. Giorgetti et J. Naudet).

 

Au final, cet ouvrage confirme certaines de mes intuitions (sur le surcoĂ»t des biens et services vendus au pauvres par exemple) et ouvre de nouvelles perspectives (sur la monĂ©tisation de l’aide ou le caractĂšre genrĂ© du moneywork). Bien que certains sujets du livre effleurent la dimension spatiale des mĂ©canismes de maintien dans la pauvretĂ© (avec les marchĂ©s captifs notamment), on pourrait Ă©videmment regretter l’absence de discussion de l’effet des environnements gĂ©ographiques locaux sur les opportunitĂ©s et les contraintes accessibles aux mĂ©nages pauvres selon leur inscription territoriale (la question de l’Ă©cole et des soins y est fortement associĂ©e localement par exemple, celle de l’emploi Ă  une Ă©chelle plus large). Enfin, on peut dĂ©plorer la restriction gĂ©ographique des exemples aux cas français et amĂ©ricains. Qu’en est-il dans les sociĂ©tĂ©s oĂč la charitĂ© envers les pauvres est nĂ©cessaire Ă  l’ordre social et au salut des privilĂ©giĂ©s (comme dans le roman d’Aminata Sow Fall : “La grĂšve des bĂ ttu”) ? Qu’en est-il dans les collectivitĂ©s oĂč, pour des raisons spirituelles par exemple, la pauvretĂ© est cĂ©lĂ©brĂ©e plutĂŽt que stigmatisĂ©e ? Au final, ce livre constitue un essai original sur la pauvretĂ© dans les sociĂ©tĂ©s occidentales. Il met en lumiĂšre de nombreux mĂ©canismes sociaux de sa reproduction, dont certains sont parfois contre-intuitifs.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont Ă©tĂ© publiĂ©s Ă  ce jour, par exemple dans la revue Lectures ainsi que sur le blog de Mediapart.  

 

Enfances de classe. De l’inĂ©galitĂ© parmi les enfants.

Lahire B. (dir.), 2019, Enfances de classe. De l’inĂ©galitĂ© parmi les enfants, Paris, Seuil, 1232p.

(N.B. Ce compte-rendu a Ă©tĂ© publiĂ© par la revue Cybergeo, European Journal of Geography. La version blog ci-dessous inclut, en plus, une discussion de l’ouvrage en lien avec mon projet sur les inĂ©galitĂ©s urbaines, ainsi que le document compagnon contenant les citations que j’ai considĂ©rĂ©es importantes.)

La premiĂšre chose qui marque dans ce livre, c’est  probablement son poids! Avec 1232 pages, l’ouvrage dĂ©passe mĂȘme le record du nombre de pages pour un livre grand public consacrĂ© aux inĂ©galitĂ©s dĂ©tenu par Thomas Piketty. Toutefois, la lecture (et la revue) n’en sont pas dĂ©mesurĂ©ment longues, notamment car les deux tiers environ de l’ouvrage sont consacrĂ©s Ă  18 portraits d’enfants, qui prĂ©sentent leur biographie familiale, leur environnement quotidien ainsi que les descriptions et opinions de leurs parents, enseignants et proches sur diffĂ©rents thĂšmes relatifs Ă  leur socialisation (la lecture, le sport, les jeux, l’alimentation, l’autoritĂ©, etc.). C’est d’ailleurs l’aspect que j’ai trouvĂ© le plus intĂ©ressant dans cet ouvrage quant Ă  sa forme : contrairement Ă  beaucoup de recueils de rĂ©sultats consĂ©cutifs Ă  une enquĂȘte en sciences sociales menĂ©e par une Ă©quipe de chercheurs sur plusieurs annĂ©es, ce livre fournit Ă  la fois le contexte de la recherche, sa mĂ©thodologie, ses rĂ©sultats, mais aussi le matĂ©riau de l’enquĂȘte lui-mĂȘme, synthĂ©tisĂ© en monographies de 30 Ă  40 pages chacune. Les chapitres d’analyse concluant l’ouvrage en sont d’autant plus percutants que le lecteur ou la lectrice a dĂ©jĂ  pu gĂ©nĂ©raliser certaines conclusions lui ou elle-mĂȘme en lisant la sĂ©rie de monographies, dont la prĂ©sentation suit une trame plus ou moins standard, abordant tour Ă  tour les diffĂ©rentes questions de la socialisation de l’enfant, agrĂ©mentĂ©e d’extraits d’entretien.

L’ambition de l’ouvrage est annoncĂ©e par Bernard Lahire dĂšs la page 13 : il s’agit de montrer “la plus extrĂȘme pauvretĂ© comme la plus grande richesse et permet[tre] de faire sentir, autant que de faire comprendre, que ces enfants, qui sont tous en grande section Ă  l’école maternelle, au mĂȘme moment, dans la mĂȘme sociĂ©tĂ©, ne vivent pas du tout les mĂȘmes rĂ©alitĂ©s. Saisir les inĂ©galitĂ©s dĂšs l’enfance est une maniĂšre d’apprĂ©hender l’enfance des inĂ©galitĂ©s, au sens de leur genĂšse dans la fabrication sociale des individus ». Contrairement aux enquĂȘtes quantitatives menĂ©es sur un Ă©chantillon trĂšs large d’enfants (l’enquĂȘte ELFE de l’Ined par exemple compte plus de 18000 individus en 2011), le parti-pris de l’Ă©quipe de sociologues rĂ©unis autour de B. Lahire est de sĂ©lectionner un nombre rĂ©duit d’enfants d’une mĂȘme cohorte (35 en l’occurrence), et d’analyser le plus finement possible la façon dont leur inscription sociale, familiale et scolaire influence leur vie au quotidien, de la maniĂšre la plus concrĂšte possible. Ainsi, les enquĂȘteurs ont demandĂ© aux familles combien de livres possĂ©dait l’enfant, quelles Ă©taient ses habitudes vis-Ă -vis des Ă©crans, s’il ou elle recevait ou non de l’argent de poche et selon quelles modalitĂ©s, etc. En lien avec la visĂ©e politique qui traverse l’introduction et surtout la conclusion de l’ouvrage, “la variĂ©tĂ©, la richesse et la densitĂ© des informations produites sur chaque cas permettent d’incarner la rĂ©alitĂ© de l’ordre inĂ©gal des choses et de rendre plus difficile le dĂ©tournement du regard ou l’indiffĂ©rence. » (Lahire, p.15).


“Enfances de classe” se compose donc de trois parties. La premiĂšre (“Etudier les inĂ©galitĂ©s Ă  l’échelle des enfants”) est entiĂšrement rĂ©digĂ©e par B. Lahire. Elle dresse tout d’abord le contexte de l’Ă©tude – Ă  savoir les travaux et dĂ©bats scientifiques existant sur l’identification des inĂ©galitĂ©s entre enfants et leur significativitĂ© -, son importance en raison du poids des inĂ©galitĂ©s et enfin sa mĂ©thodologie. La deuxiĂšme partie consiste en 18 Ă©tudes de cas, signĂ©es chaque fois du ou des enquĂȘteurs impliquĂ©s. La derniĂšre partie (“Les inĂ©galitĂ©s dans tous leurs Ă©tats”) prĂ©sente la synthĂšse des rĂ©sultats issus des diffĂ©rents cas et leur gĂ©nĂ©ralisation selon une dizaine de dimensions. Les diffĂ©rents chapitres sont signĂ©s par diffĂ©rents groupes de chercheurs, tandis que la conclusion gĂ©nĂ©rale revient Ă  B. Lahire.

Le premier chapitre (“Une enfance socialisĂ©e”) de la partie introductive correspond Ă  la posture thĂ©orique et Ă©pistĂ©mologique de l’ouvrage. L’auteur situe explicitement l’ouvrage dans le champ des Ă©tudes de socialisation, en opposition aux childhood studies. Il critique notamment l’importance donnĂ©e par ce courant Ă  l’agency (i.e. la capacitĂ© de choix de l’enfant dans le dĂ©roulĂ© de son dĂ©veloppement et de son Ă©ducation) en raison du poids des normes sociales et de la socialisation familiale dans le type de choix offerts Ă  l’enfant et leur existence mĂȘme. Il renvoie aussi l’action des pairs Ă  un effet de la position des familles dans l’espace social (et gĂ©ographique) plutĂŽt qu’Ă  un facteur indĂ©pendant de l’Ă©volution sociale et scolaire de l’enfant: « Le capital Ă©conomique et culturel des parents (et notamment le volume et la nature du capital scolaire qu’ils possĂšdent) ont des effets sur le type de parcours scolaire rĂ©alisĂ© par l’enfant, sur le type de quartier habitĂ©, le type d’école frĂ©quentĂ©e et, du mĂȘme coup, le type d’amis que les enfants peuvent se faire, une grande partie des pairs potentiels se recrutant dans le voisinage immĂ©diat et parmi les camarades de classe. [
] Les enfants ne sont pas passifs, mais ils sont particuliĂšrement dĂ©pendants des adultes avec qui ils sont liĂ©s et qui structurent leurs champs d’actions et de rĂ©actions depuis leur naissance » (p.23). L’importance primordiale de la famille dans la socialisation prĂ©coce de l’enfant est ce qui fonde les prĂ©mices de cette enquĂȘte menĂ©e sur des enfants suffisamment ĂągĂ©s pour pouvoir s’exprimer par le langage et frĂ©quenter l’Ă©cole depuis plusieurs annĂ©es, mais suffisamment jeunes pour ĂȘtre encore principalement dĂ©pendants de leur famille en termes de ressources, d’habitudes et de dispositions. Le programme scientifique de l’enquĂȘte est donc d’identifier les multiples ressorts concrets par lesquels des enfants de mĂȘme Ăąge et scolarisĂ©s au mĂȘme niveau Ă  l’Ă©cole maternelle dans un mĂȘme pays prĂ©sentent des comportements et des caractĂ©ristiques aussi diverses, en analysant dans chaque famille enquĂȘtĂ©e comment “elle dĂ©termine l’environnement social de l’enfant par le choix du mode de garde et du lieu de rĂ©sidence ; elle exerce un contrĂŽle plus ou moins Ă©troit en matiĂšre de ‘frĂ©quentations’ [
], de choix de l’école [
] elle joue un rĂŽle de filtre par rapport aux usages des programmes tĂ©lĂ©visĂ©s, des imprimĂ©s lus ou des jouets achetĂ©s, par rapport aussi aux diffĂ©rents types d’activitĂ©s culturelles ou sportives pratiquĂ©es par les enfants ; elle effectue, enfin, plus gĂ©nĂ©ralement, un travail, insensible mais permanent, d’interprĂ©tation et de jugement sur tous les domaines de la vie sociale » (p.31-3).

Dans “Le poids des inĂ©galitĂ©s”, l’auteur donne sa dĂ©finition des inĂ©galitĂ©s et rĂ©affirme sa posture critique. Il distingue ainsi les inĂ©galitĂ©s des diffĂ©rences sociales par la diffĂ©rence de valeur et de dĂ©sirabilitĂ© entre les diffĂ©rents Ă©tats et ressources des individus : “Etre riche, instruit et en bonne santĂ© n’est pas une option qu’on aurait Ă  choisir parmi d’autres possibles. C’est bien parce que la richesse est plus enviable que la pauvretĂ©, que l’instruction et les savoirs sont mieux considĂ©rĂ©s que l’absence d’instruction et l’ignorance, et que la bonne santĂ© est prĂ©fĂ©rable Ă  la mauvaise santĂ© qu’il n’est pas seulement question de diffĂ©rences sociales entre riches et pauvres, instruits et non-instruits, personnes en bonne santĂ© ou personnes souffrantes ou diminuĂ©es, mais bien d’inĂ©galitĂ©s » (p.39). Le devoir du sociologue (critique) est donc, selon lui, de donner Ă  voir les asymĂ©tries prĂ©sentes au sein de la sociĂ©tĂ© Ă  un moment donnĂ©, ainsi que les rapports de domination par lesquels les diffĂ©rences sont transformĂ©es en inĂ©galitĂ©s et les inĂ©galitĂ©s reproduites au cours du temps et des gĂ©nĂ©rations. Ce programme fait donc la diffĂ©rence entre inĂ©galitĂ©s vĂ©cues et reprĂ©sentations subjectives en interrogeant les conditions d’accĂšs et les usages sociaux d’un grand nombre de biens matĂ©riels et symboliques valorisĂ©s par une sociĂ©tĂ© donnĂ©e (par exemple l’instruction, la santĂ©, l’espace, le confort, le leadership, le temps, la culture, etc.).

Dans le chapitre consacrĂ© au “dispositif de recherche inĂ©dit”, l’auteur rĂ©affirme le parti-pris original d’aborder les inĂ©galitĂ©s par l’Ă©tude des « conditions et modalitĂ©s concrĂštes de la socialisation, envisagĂ©es Ă  l’échelle des cas individuels et dans leurs effets conjuguĂ©s » (p. 54). En l’occurrence, 35 enfants ont Ă©tĂ© enquĂȘtĂ©s, Ă  raison de trois entretiens par famille, plus un entretien avec l’enseignante ou l’enseignant, un entretien avec un proche de l’enfant, une journĂ©e d’observation en classe et quatre exercices langagiers. Les familles ont Ă©tĂ© “recrutĂ©es” Ă  partir des rĂ©seaux personnels et professionnels des chercheurs, en veillant Ă  tenir compte du niveau et de la composition du capital culturel et Ă©conomique des parents, de leur situation professionnelle et de leur capital scolaire. PlutĂŽt que d’Ă©chantillonner les familles de façon Ă  reproduire la composition exacte de la sociĂ©tĂ© française (dans laquelle les classes populaires et moyennes sont plus nombreuses que les classes supĂ©rieures), le choix a Ă©tĂ© fait de reprĂ©senter ces trois catĂ©gories Ă  part Ă©gale, en explorant plutĂŽt les diffĂ©rences entre “fractions de classes”. « L’enquĂȘte devait permettre d’objectiver deux grands types de ‘ressources’ inĂ©galement rĂ©parties parmi les familles : d’une part, des ressources socialement objectivĂ©es (niveau de revenu, niveaux de diplĂŽmes, carriĂšres et positions professionnelles, types de logements, rĂ©sidences secondaires, recours Ă  des femmes de mĂ©nages ou des domestiques, etc.) et, d’autre part, des ressources incorporĂ©es (dispositions et compĂ©tences), qui engendrent des effets en matiĂšre de types d’interactions avec l’enfant, de pratiques adultes qui font exemple pour les enfants, d’organisation de la vie familiale, de choix de pratiques ou d’activitĂ©s pour les enfants, etc. Les ressources incorporĂ©es des enfants ont Ă©tĂ© saisies Ă  travers les multiples descriptions et jugements de leurs comportements et attitudes de la part des adultes (parents, enseignant et autre adulte de rĂ©fĂ©rence)  » (p.65).

Dans la seconde partie, on trouve ainsi dix-huit des trente-cinq portraits d’enfants rĂ©alisĂ©s par la quinzaine de chercheurs impliquĂ©s dans l’enquĂȘte, regroupĂ©s en trois classes sociales (populaires, moyennes, supĂ©rieures) selon le niveau de capital et de ressources scolaires des parents. Chaque portrait est associĂ© Ă  un prĂ©nom (anonymisĂ© mais socialement proche de l’original) et Ă  un titre (par exemple “Thibault : grandir Ă  la ferme” ou “Balkis : dormir dans une voiture devant l’Ă©cole”). Il signĂ© par le, la ou les deux chercheurs qui ont enquĂȘtĂ© auprĂšs de l’enfant et de sa famille. Il est Ă  noter que certains portraits sont bien situĂ©s gĂ©ographiquement (on sait par exemple que Valentine habite le VIIe arrondissement, Ilyes une “banlieue populaire de Lyon” et Lucie une maison de ville Ă  Besançon) tandis que d’autres sont plus flous ou moins bien renseignĂ©s.

La derniĂšre partie synthĂ©tise l’analyse des 35 cas d’Ă©tudes en dix dimensions transversales des inĂ©galitĂ©s chez les enfants enquĂȘtĂ©s, Ă  savoir le lieu de vie (FrĂ©dĂ©rique Giraud, Julien Bertrand, Martine Court, Sarah Nicaise), la stabilitĂ© professionnelle et la disponibilitĂ© parentale (GĂ©raldine Bois, Sophie Denave et AurĂ©lien Raynaud), le rapport Ă  l’argent (Martine Court, Sophie Denave, FrĂ©dĂ©rique Giraud, Marianne Woollven), l’Ă©cole et les jeux (Fanny Renard, Charlotte Moquet, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, FrĂ©dĂ©rique Giraud), l’autoritĂ© et l’esprit critique (GĂ©raldine Bois, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, AurĂ©lien Raynaud), le langage (Marianne Woollven, Olivier VanhĂ©e, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, Fanny Renard, Bernard Lahire), la lecture et l’expression orale (Marianne Woollven, Olivier VanhĂ©e, GaĂ«le Henri-PanabiĂšre, Fanny Renard, Bernard Lahire), les loisirs (JoĂ«l Laillier, Olivier VanhĂ©e, Christine Mennesson, Emmanuelle Zolesio), le sport (Christine Mennesson, Julien Bertrand, Sarah Nicaise) et le corps (Sarah Nicaise , Martine Court, Christine Mennesson, Emmanuelle Zolesio). Il n’est pas possible de reprendre ici l’ensemble des conclusions apportĂ©es dans ces dix chapitres. J’en propose donc deux Ă  propos des effets du lieu de vie, qui feront Ă©chos aux travaux de gĂ©ographie sur le sujet, et deux conclusions plus gĂ©nĂ©rales croisant plusieurs dimensions (par ailleurs, on trouvera dans le document compagnon de cette recension les citations relatives Ă  l’ensemble des chapitres traitĂ©s ici).

– La premiĂšre conclusion du chapitre sur l’influence du lieu de vie (entendu Ă  la fois comme espace domestique et comme localisation gĂ©ographique de la rĂ©sidence) sur les inĂ©galitĂ©s enfantines est que ce lieu, loin d’ĂȘtre une variable quelconque, est Ă  la fois le rĂ©sultat des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques de la gĂ©nĂ©ration des parents et l’un des facteurs majeurs de la production des inĂ©galitĂ©s entre enfants. En effet, le capital parental (et grand-parental) dĂ©termine quelles conditions d’existence sont accessibles aux familles et oĂč se situe l’environnement quotidien des enfants. En retour, l’espace, le confort et l’environnement social de rĂ©sidence agissent sur le dĂ©veloppement des enfants de maniĂšre inĂ©gale : « Les classes supĂ©rieures bĂ©nĂ©ficient de conditions matĂ©rielles d’existence sans commune mesure avec celles des classes populaires et de classes moyennes. Leurs logements sont Ă  la fois spacieux et confortables [
] Ces chambres individuelles leur permettent de possĂ©der un espace, des objets et des jouets Ă  eux, de s’isoler pour se livrer Ă  des activitĂ©s calmes ou encore d’inviter leurs copains. Elles permettent Ă©galement aux parents de sĂ©parer les enfants lors de disputes ou d’énervements. [
] Nombre de ces logements se situent en outre dans des quartiers oĂč se concentre une population socialement favorisĂ©e : en centre-ville, dans des arrondissements ou dans des banlieues prisĂ©es garantissant l’entre-soi des classes dominantes et le placement futur des enfants dans des Ă©coles ayant ‘bonne rĂ©putation’ » (p.944-5). Les gĂ©ographes des inĂ©galitĂ©s retrouveront donc ici l’idĂ©e familiĂšre que le logement et sa localisation font partie intĂ©grante des stratĂ©gies des mĂ©nages, et surtout de ceux qui ont les moyens de choisir (la proximitĂ© de telle ou telle amĂ©nitĂ©, la rĂ©putation de tel quartier) autant que d’Ă©viter (telle Ă©cole ou tel secteur).

– La seconde conclusion relative au lieux de vie concerne l’effet des ressources rĂ©sidentielles et immobiliĂšres sur les reprĂ©sentations des enfants et de leur importance : « L’accĂšs Ă  la propriĂ©tĂ© individuelle, redoublĂ©e parfois par l’achat d’une rĂ©sidence secondaire, consacre le sentiment d’appartenir aux classes favorisĂ©es – les ressources rĂ©sidentielles et Ă©conomiques des autres membres de la famille facilitant cette consĂ©cration matĂ©rielle ou attĂ©nuant les difficultĂ©s de logement passagĂšres » (p.947). A l’inverse, « la dĂ©possession d’espaces et les conditions prĂ©caires d’habitat peuvent gĂ©nĂ©rer l’isolement et la stigmatisation par les autres enfants. Les inĂ©galitĂ©s spatiales et matĂ©rielles se rĂ©percutent donc sur l’ordre enfantin qui maintient les hiĂ©rarchies et rĂ©tablit les places de chacun en leur sein. » (p. 935-6).

– Da maniĂšre plus gĂ©nĂ©rale, l’enquĂȘte montre que malgrĂ© la distinction de la population en trois classes sociales, les discontinuitĂ©s sociales Ă  l’origine des inĂ©galitĂ©s les plus fortes rĂ©side entre les familles trĂšs pauvres et prĂ©caires sur de nombreux plans (insĂ©curitĂ© Ă©conomique, rĂ©sidentielle et lĂ©gale notamment) et les autres. En effet, bien que la vie des enfants de “fractions stabilisĂ©es des classes populaires” ait peu en commun avec celle des enfants des familles les plus privilĂ©giĂ©es, les effets de ces conditions inĂ©gales de ressources sur leur comportement (notamment scolaire), leur santĂ© et leur stabilitĂ© Ă©motionnelle sont moins immĂ©diats qu’entre eux et les enfants des familles les plus prĂ©caires. Ce constat suggĂšre une action urgente, ciblĂ©e et intense pour venir en aide Ă  ces familles.

– Enfin, il ressort des analyses transversales et des entretiens avec les parents une impression de relation positive entre d’une part la position de la famille au centre d’une classe sociale donnĂ©e et d’autre part sa dĂ©contraction affichĂ©e vis-Ă -vis de l’Ă©ducation des enfants, tandis que les familles “entre-deux” groupes sociaux ou en transition apparaissent comme les plus anxieuses et conscientes d’appliquer des principes Ă©ducatifs distinctifs et intransigeants (pas d’Ă©cran, pas de football, aucun vĂȘtement franchisĂ©, de la nourriture biologique uniquement, etc.).

La conclusion gĂ©nĂ©rale de l’ouvrage s’ouvre sur le dĂ©veloppement de l’humain comme espĂšce ainsi que sur le progrĂšs des civilisations et se referme sur une critique des gouvernements qui, au lieu de permettre au plus grand nombre d’accĂ©der aux progrĂšs de l’outillage et du savoir, contribuent Ă  privatiser les communs et Ă  aggraver les inĂ©galitĂ©s. Entre les deux, on trouve un rappel intĂ©ressant des effets de la domination historique masculine sur la libĂ©ration du temps et de la crĂ©ativitĂ© des hommes. « Inversement, nous l’avons vu dans ce livre, pour celles et ceux qui cumulent les ‘handicaps’ et les manques de ressources, c’est toute la vie qui se restreint. Le temps de vie qui se raccourcit, l’espace qui se rĂ©duit, le confort qui diminue, l’horizon mental et sensible qui se referme, et finalement la maĂźtrise du monde et d’autrui qui s’affaiblit ou disparaĂźt » (p. 1169). B. Lahire en appelle donc aux gouvernements de ne pas dĂ©tourner les yeux du constat parfois cruel qu’apporte son livre Ă  propos d’enfants de 5 ans vivant dans la mĂȘme sociĂ©tĂ© au mĂȘme moment, et de “mettre en Ɠuvre pour rĂ©duire ces inĂ©galitĂ©s” (p. 1176).


Cet ouvrage relĂšve assurĂ©ment le dĂ©fi de fournir un instantanĂ© trĂšs complet et trĂšs lisible des inĂ©galitĂ©s de conditions matĂ©rielles et symboliques entre enfants aujourd’hui en France. Il tĂ©moigne de l’ampleur et de la qualitĂ© d’orchestration d’un collectif oĂč chaque chercheur est impliquĂ© Ă  la fois dans la constitution de plusieurs monographies et dans la rĂ©daction d’une ou plusieurs synthĂšses thĂ©matiques dont il est spĂ©cialiste, mais qui requiert la connaissance des autres monographies. Ce dispositif implique de plus le lecteur qui, ayant accĂšs au matĂ©riau de l’enquĂȘte par le biais des 18 portraits publiĂ©s, participe en temps rĂ©el Ă  la gĂ©nĂ©ralisation des rĂ©sultats prĂ©sentĂ©s en derniĂšre partie d’ouvrage. Ainsi, de l’aveu mĂȘme du coordinateur de la recherche, « en plus de sa volontĂ© assumĂ©e de forcer les responsables politiques Ă  regarder en face la rĂ©alitĂ© des inĂ©galitĂ©s, cet ouvrage revĂȘt une autre dimension politique : celle des pratiques scientifiques mĂȘmes qui l’ont rendu possible. Car ce livre est le fruit d’une recherche collective inĂ©dite, conçue comme une opĂ©ration de recherche cohĂ©rente, et non comme une simple juxtaposition de contributions, ce qui est trop frĂ©quemment le cas » (p.85).

On peut toutefois relever quelques faiblesses Ă  l’ouvrage. D’une part, il m’a semblĂ© que l’angle d’analyse des inĂ©galitĂ©s entre enfants rĂ©sultant de leur socialisation dans des familles issues de diffĂ©rentes positions dans l’espace social Ă©tait biaisĂ© en faveur de la “rentabilitĂ© scolaire” des comportements enfantins. L’importance de cet angle se comprend assez facilement au vu du profil de B. Lahire, spĂ©cialiste de la sociologie scolaire, et en particulier de la rĂ©ussite et de l’Ă©chec scolaire. Ainsi, le fait que les parents valorisent chez leurs enfants la disposition au calme, Ă  l’esprit critique, au leadership ou Ă  la lecture est analysĂ© comme un atout pour l’entrĂ©e dans le “mĂ©tier d’Ă©lĂšve”. Inversement, la tendance Ă  la non-verbalisation des Ă©motions ou l’Ă©vitement de la compĂ©tition sont interprĂ©tĂ©s comme de possibles handicaps dans la poursuite scolaire de l’Ă©lĂšve. Si les dispositions transmises par les familles les plus favorisĂ©es ont tendance Ă  ĂȘtre plus rentables scolairement (et c’est ce que montre les rĂ©sultats de l’enquĂȘte), certaines semblent pouvoir ĂȘtre interprĂ©tĂ©es comme nĂ©gatives voire dommageables dans d’autres domaines de la future vie des enfants, comme par exemple l’attention trĂšs marquĂ©e des mĂšres favorisĂ©es au poids de leurs petites filles ou l’encouragement des petits garçons et des petites filles de classes supĂ©rieures Ă  jouer systĂ©matiquement le rĂŽle de meneur auprĂšs de leurs pairs. Une discussion plus nuancĂ©e de ces questions aurait pu enrichir cet ouvrage et Ă©tendre son application au-delĂ  des effets purement scolaires des inĂ©galitĂ©s. De mĂȘme, une rĂ©flexion sur la particularitĂ© nationale des conclusions prĂ©sentĂ©es aurait pu ĂȘtre intĂ©ressante, par rapport Ă  d’autres systĂšmes scolaires par exemple (oĂč la scolarisation commence plus tard qu’en France, oĂč il n’existe pas de modĂšle dominant d’Ă©cole rĂ©publicaine, etc.). Enfin, bien qu’un Ă©chantillonnage social et gĂ©ographique Ă©quilibrĂ© ne puisse ĂȘtre envisagĂ© pour un nombre d’Ă©tudes de cas si petit, il m’a paru surprenant de constater que toutes les familles prĂ©caires vivaient la mĂȘme mĂ©tropole (Lille) et frĂ©quentaient deux Ă©coles dont le militantisme des parents et du personnel enseignant paraĂźt plus important que la moyenne. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, bien qu’une attention particuliĂšre soit portĂ©e dans les rĂ©sultats Ă  distinguer les conditions de vie rurale, pĂ©riurbaine et urbaine, le lecteur gĂ©ographe ne sait pas jusqu’Ă  quel point ni comment ces critĂšres ont jouĂ© de maniĂšre formelle dans le recrutement et la sĂ©lection des familles.

Dans le cadre de mon projet de recherche sur les inĂ©galitĂ©s urbaines, je retiens de cette lecture l’importance de la socialisation familiale et scolaire prĂ©coce sur la reproduction des inĂ©galitĂ©s sociales, ainsi que l’idĂ©e d’une temporalitĂ© longue au cours de laquelle se construisent les inĂ©galitĂ©s de situations matĂ©rielles, d’attitudes scolaires et de comportements sociaux, depuis la plus petite enfance jusqu’Ă  l’Ăąge adulte. Les  biographiques familiales, bien qu’elles montrent des trajectoires sociales ascendantes et descendantes (notamment en termes de diplĂŽmes) mettent toutefois bien en valeur l’importance des hĂ©ritages multiples (immobilier, culturel, Ă©ducatif, informationnel, etc.) dont bĂ©nĂ©ficient les classes supĂ©rieures et qui les ancrent durablement dans le haut de l’espace social.


Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

A ce jour, je n’ai pas connaissance d’autres comptes-rendus de cet ouvrage publiĂ©s dans des revues scientifiques. Toutefois, une recension-prĂ©sentation de l’ouvrage par Sonya Faure et Simon Blin existe dans LibĂ©ration, ainsi qu’un compte-rendu par François Jarraud pour le cafĂ© pĂ©dagogique.

Les transclasses ou la non-reproduction

Jaquet C., 2014, Les transclasses, ou la non-reproduction. Presses universitaires de France, 238p.

Cet ouvrage traite de la reproduction sociale en interrogeant son contraire (la non-reproduction) par la figure des transclasses, c’est-Ă -dire les individus ayant changĂ© de position sociale au cours de leur  vie (le nĂ©ologisme de transclasse Ă©voquant le transfuge sans lui attacher sa connotation nĂ©gative). Chantal Jaquet, professeure de philosophie Ă  l’UniversitĂ© Paris 1, reprend dans ce livre les Ă©lĂ©ments d’un sĂ©minaire organisĂ© Ă  la Sorbonne entre 2010 et 2013 pour interroger la thĂ©orie de la reproduction sociale par ce qui lui Ă©chappe. Elle prĂ©sente un registre de causes possibles (qu’elles soient personnelles, familiales, institutionnelles ou sociales), pour expliquer les destins individuels de passage d’une classe Ă  l’autre mais aussi la complexion du transclasse, sa position philosophique vis-Ă -vis de la sociĂ©tĂ© et le regard portĂ© sur en retour sur lui/elle. Elle le fait au moyen de concepts scientifiques issus de la philosophie, de rĂ©fĂ©rences sociologiques mais aussi d’Ɠuvres littĂ©raires (autobiographiques ou de fiction).

L’apport principal de l’ouvrage selon moi est de rĂ©concilier le modĂšle gĂ©nĂ©ral de la reproduction sociale avec les trajectoires individuelles singuliĂšres qui dĂ©vient du cas gĂ©nĂ©ral, non en les considĂ©rant comme (statistiquement) exceptionnelles voire accidentelles mais en les rĂ©intĂ©grant dans une nĂ©cessitĂ© et une fonction issue du modĂšle lui-mĂȘme afin de se maintenir. L’analyse des affects et de la complexion du transclasse invitent Ă  mieux comprendre les questions d’identitĂ© et de recherche de reconnaissance qui concernent l’ensemble des individus en sociĂ©tĂ©, de maniĂšre plus ou moins prononcĂ©e.

 


 

L’ouvrage se compose d’une introduction, de deux parties thĂ©matiques et d’une conclusion. La premiĂšre partie vise Ă  balayer plusieurs registres d’explications avancĂ©es pour rendre compte du passage d’une classe sociale Ă  une autre par des individus dans un contexte gĂ©nĂ©ral de reproduction sociale, en scrutant leurs caractĂ©ristiques individuelles, les institutions qui orientent leur ambition et leur Ă©ducation, ainsi que les relations interpersonnelles qui affectent leurs dĂ©sirs et leurs choix de changer de milieu. La seconde partie s’intĂ©resse Ă  la “complexion du transclasse“, c’est-Ă -dire aux “traits mobiles de sa personnalitĂ©” plutĂŽt qu’Ă  son identitĂ© (un concept qui reprĂ©sente mal l’adaptation et le changement qui caractĂ©risent le transclasse).

L’introduction de l’ouvrage pose la question traitĂ©e (et Ă  laquelle la conclusion viendra rĂ©pondre clairement, c’est Ă  noter!), Ă  savoir: si la thĂ©orie de la reproduction sociale est juste, pourquoi certains individus Ă©chappent-ils Ă  cette reproduction et comment gĂšrent-ils la dissonance entre leur habitus d’origine et les codes de leur nouveau milieu social? Autrement dit, l’exception infirme-t-elle ou confirme-t-elle la rĂšgle? En termes Ă©pistĂ©mologiques, cette question en appelle d’autres sur le traitement des  cas gĂ©nĂ©raux, particuliers et singuliers: « comment la philosophie, qui entend penser par concepts, pourrait-elle saisir les cas singuliers et rendre raison de la particularitĂ© ? Le concept doit recueillir le divers et l’unifier en synthĂ©tisant ce qu’il a de commun avec les autres cas d’espĂšce, faute de quoi il s’éparpille dans la multiplicitĂ©. Est-il vraiment possible de spĂ©culer sur la non-reproduction sans se perdre dans les nuĂ©es de l’abstraction ou les marais de l’empirie ? Peut-on Ă©laborer un concept du singulier, de l’individuel dans ce qu’il a d’irrĂ©ductible, viser une essence intime, saisir une libertĂ© dans son incarnation individuelle ? » (p.14). Les modĂšles mĂ©thodologiques proposĂ©s par Chantal Jaquet pour tenter de rĂ©soudre ce paradoxe proviennent principalement de trois sources: la philosophie (Spinoza, Pascal), la sociologie (Norbert Elias, Pierre Bourdieu, Louis Althusser) et la littĂ©rature: « il conviendra de privilĂ©gier des rĂ©cits auto-socio-biographiques, comme ceux d’Annie Ernaux, de Didier Eribon, ou Richard Hoggart, qui visent Ă  penser la vie ou le destin d’un individu en relation avec leur milieu comme une production du social et non comme l’avĂšnement d’un moi coupĂ© de toute dĂ©termination extĂ©rieure » (p.19).

DiffĂ©rentes explications sont avancĂ©es pour rendre compte des causes de la non-reproduction dans la premiĂšre partie de l’ouvrage. Bien que non-exclusives, ces explications sont prĂ©sentĂ©es par ordre apparemment dĂ©croissant de pertinence dans le propos de C. Jaquet. En premier lieu, et Ă  contre-courant des discours populaires sur la mĂ©ritocratie et les self made men, l’auteur Ă©voque mais rejette rapidement l’hypothĂšse de l’ambition comme “reine de la non-reproduction“. En effet, selon C. Jaquet l’ambition est la consĂ©quence plutĂŽt que la cause de la non-reproduction, puisqu’elle prĂ©suppose la connaissance, la reprĂ©sentation et le dĂ©sir d’un modĂšle diffĂ©rent de celui auquel la reproduction social promet l’individu. L’individu qui “se fait lui-mĂȘme” serait donc dĂ©jĂ  lui-mĂȘme diffĂ©rent lorsqu’il entreprend sa transition, puisqu’il dĂ©tient dĂ©jĂ  la combinaison d’une “dĂ©termination cognitive, l’idĂ©e d’un modĂšle, fĂ»t-elle confuse, et une dĂ©termination affective, le dĂ©sir de l’accomplir” (p.31), ce que n’ont pas forcĂ©ment les autres membres de son milieu d’origine. Pour expliquer l’Ă©mergence de modĂšles alternatifs chez les enfants devenus transclasses, l’auteur Ă©voque le rĂŽle de la famille et de l’Ă©cole. Ainsi, chez les enfants d’agriculteurs ou d’ouvriers, la prĂ©sence dans la famille de personnes ayant poursuivi leurs Ă©tudes avec succĂšs amĂ©liorerait la perception des chances de rĂ©ussite par rapport aux statistiques globales. De mĂȘme, la rencontre d’instituteurs, de professeurs ou de camarades d’autres classes sociales par l’Ă©cole fournissent des modĂšles alternatifs aux enfants. Toutefois, C. Jaquet rappelle qu’il “serait illusoire de croire que la non-reproduction serait entiĂšrement liĂ©e Ă  l’existence de clercs et de modĂšles scolaires imitĂ©s par les individus qui s’identifient Ă  eux par une sorte de phĂ©nomĂšne transfĂ©rentiel et qui suivent leur exemple pour se frayer leur propre voie. Elle repose en effet sur des conditions Ă©conomiques et politiques, et en particulier sur la mise en place d’un programme d’instruction pour tous au sein d’écoles gratuites, laĂŻques et obligatoires, faute de quoi les Ă©tudes sont rĂ©servĂ©es aux seuls hĂ©ritiers. » (p.53). L’influence potentielle des institutions est toutefois mĂ©diĂ©e, selon l’auteur, par l’ensemble des rencontres et relations interpersonnelles qui orientent et magnifient le dĂ©sir d’un enfant de suivre l’un ou l’autre des modĂšles qui lui sont proposĂ©s. Le concept d’affect chez Spinoza permet ici Ă  la philosophe de traduire l’action des forces complexes qui font surgir dĂ©sirs et choix au cours de la trajectoire du transclasse. Enfin, l’auteur propose de voir dans la non-reproduction un stratagĂšme du milieu pour se reproduire lui-mĂȘme:

L’ordre social est prĂ©servĂ© par l’expulsion d’un Ă©lĂ©ment qui le menace, qui introduit le dĂ©sordre, car il n’est pas conforme au modĂšle ambiant. […] La non-reproduction est [aussi] la forme singuliĂšre que peut prendre un refus collectif de la reproduction. En l’absence de rĂ©volte ouverte ou de rĂ©volution collective, c’est un cri sourd de protestation du corps familial dont un individu se fait l’écho et qu’il prend en charge parce que c’est la place qui lui a Ă©tĂ© assignĂ©e dans la fratrie. L’un des moteurs de la non-reproduction, c’est donc la volontĂ© de justice, enracinĂ©e dans l’humiliation subie et le dĂ©sir de la venger, volontĂ© de ne pas rĂ©pĂ©ter la mĂȘme vie de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. » p.78-84.

Au terme de cet inventaire de causes possibles, Chantal Jacquet plaide pour une conception relationnelle des transclasses avec leur milieu d’origine autant que de destination, mais aussi pour une conception intĂ©grĂ©e de la non-reproduction dans la thĂ©orie de la reproduction en concluant: “Il n’est d’exception que dans un environnement qui le permet, de sorte qu’un parcours atypique ne constitue pas une dĂ©viation ; il s’opĂšre avec le concours du milieu, Ă  la croisĂ©e de ses impulsions et de ses rĂ©pulsions. Il n’est pas le fruit d’un dĂ©rĂšglement, mais d’une combinaison de rĂšgles autres que celles qui prĂ©valent gĂ©nĂ©ralement. Le transclasse est moins un hĂ©ros solitaire qu’un hĂ©raut porteur d’aspirations personnelles et collectives, que ce soient celles de la famille, du village ou du quartier, de la race ou de la classe, du sexe ou du genre » (p.95). L’intĂ©gration des causes fait ici le pendant Ă  l’intĂ©gration du singulier dans le gĂ©nĂ©ral au niveau du processus analysĂ© dans l’ouvrage, ainsi qu’Ă  l’intĂ©gration des milieux dans la complexion du transclasse, qui fait l’objet de la seconde partie.

La complexion du transclasse est abordĂ©e sous deux angles opposĂ©s vis-Ă -vis de l’identitĂ©: elle traduit une perte avec la dĂ©sidentification autant qu’un excĂšs dans l’entre-deux. Dans la sous-partie consacrĂ©e Ă  l’identification, C. Jaquet rappelle que le transclasse Ă©tant dĂ©fini par sa mutation et sa mobilitĂ©; il est donc malaisĂ© de lui reconnaĂźtre un moi fixe et figĂ©, et donc une identitĂ© personnelle et sociale. En effet, reprenant la pensĂ©e de Pascal, l’auteur montre que les qualitĂ©s du transclasse Ă  un moment donnĂ© ne peuvent ĂȘtre et apparaĂźtre que comme “empruntĂ©es”, voire fictionnelles. « Plus que tout autre, le transclasse Ă©prouve le sentiment de n’avoir pas d’identitĂ© fixe et figĂ©e, mais d’ĂȘtre d’une complexion flottante et flexible. [
] Le passage d’une classe Ă  l’autre ne se rĂ©sume donc pas Ă  une simple assimilation thĂ©orique des us et des habitus, il requiert leur incorporation dans la pratique, ce que Bourdieu nomme l’apprentissage par corps » (p.124-32). L’emprunt du concept de passing Ă  la culture Ă©tasunienne – dans laquelle il dĂ©signe le processus par lequel un individu mĂ©tis se disposait Ă  se “faire passer” pour Blanc pour Ă©chapper Ă  la sĂ©grĂ©gation – permet de faire l’analogie avec les transclasses qui, dans leur nouveau milieu social, font l’expĂ©rience d’un passage par lequel ils adoptent et s’approprient de nouvelles habitudes, codes et signes, tout en adaptant et se dĂ©sadaptant des habitudes, codes et signes de leur milieu d’origine. Ce passage provoque Ă  la fois une perte d’identitĂ© et la crĂ©ation d’un rĂ©fĂ©rentiel double: « A la croisĂ©e des deux mondes, ils font l’épreuve d’une double distance, par rapport au milieu d’origine et par rapport au milieu d’arrivĂ©e » (p.140). L’introduction par la sociĂ©tĂ© de jugements de valeur entre ces deux points de repĂšre induit le transclasse Ă  pouvoir ressentir honte ou fiertĂ©, selon que le milieu d’origine qu’il quitte est dominĂ© ou dominant, et selon la composition des affects auquel il est soumis. La rĂ©solution du conflit inhĂ©rent Ă  la complexion du transclasse passe, pour C. Jaquet, par la rĂ©appropriation de son passĂ©. “Cette rĂ©appropriation implique l’acceptation de ses origines et leur reconfiguration pour qu’elles apparaissent non plus comme une marque indĂ©lĂ©bile d’infamie, mais comme un moment historique de constitution de soi. La tentative d’unifier sa complexion passe donc par la transformation du dĂ©chirement en intĂ©gration, au double sens du terme, intĂ©gration dans le milieu d’évolution, intĂ©gration de l’origine dans la trajectoire d’arrivĂ©e » (p.196). Cette unification peut passer par la reconnaissance des dĂ©terminations qui prĂ©sident Ă  la sĂ©lection du transclasse, Ă  son orientation vers un autre monde et au passage lui-mĂȘme. En prime, l’unification de la complexion du transclasse ouvre des possibilitĂ©s crĂ©atives (Ă  la maniĂšre de Bourdieu dans sa sĂ©lection “d‘objet et d’approches inĂ©dites“) et dĂ©montre la plasticitĂ© du modĂšle de reproduction sociale.

La conclusion du livre de Chantal Jaquet insiste sur “l’interconnexion des causes” et l’interconnexion des individus qui Ă©voluent s’influençant les uns les autres. Elle rĂ©concilie ainsi la rĂšgle avec ses exceptions, qui la contrarient plutĂŽt qu’il ne la contredisent.

C’est pourquoi l’analyse de la complexion n’implique pas la rĂ©cusation des habitus sociaux, mais leur inclusion dans une logique combinatoire plus vaste et plus complexe oĂč l’enfance, l’histoire familiale, la place dans la fratrie, l’orientation sexuelle, la vie affective, les relations amicales et amoureuses, sont intĂ©grĂ©es dans l’examen de la trajectoire. Le changement de classe sociale ne se rĂ©sume ni Ă  un transfert des habitus d’une classe dans l’autre ni Ă  leur troc ou leur transplantation, car les dispositions premiĂšres sont parfois mises en sommeil ou restent au contraire au travail, sont modifiĂ©es et refondues au contact du milieu d’évolution » (p.220). 

 

J’ai particuliĂšrement apprĂ©ciĂ© la logique combinatoire de la pensĂ©e exprimĂ©e dans cet ouvrage, pour qui les causes de la singularitĂ© de certaines trajectoires ne sont pas uniques et exclusives mais plutĂŽt le reflet unique d’une combinaison particuliĂšre de facteurs explicatifs. Ainsi, l’auteur suggĂšre une voie entre la thĂ©orie gĂ©nĂ©ralisante et l’ethnographie singularisante pour reprĂ©senter les diffĂ©rences de trajectoires sociales. Le transfert de cette voie Ă  la modĂ©lisation des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques et urbaines me semble particuliĂšrement prometteur tant la multiplicitĂ© des causes et de leur combinaison s’applique. En revanche, un aspect de l’ouvrage qui me semble nĂ©gligĂ© est celui de la non-symmĂ©trie des passages entre classes sociales. En effet, bien que le parti-pris annoncĂ© de l’auteur soit celui de traiter les trajectoires sociales “ascendantes” autant que “descendantes”, les exemples dĂ©veloppĂ©s dans l’ouvrage sont exclusivement ceux de transclasses socialement ascendants, ce qui amoindrit lĂ©gĂšrement la gĂ©nĂ©ralitĂ© du propos sur le passing comme processus symĂ©trique. En effet, les causes et mĂ©canismes dĂ©crits pour expliquer les affects des transclasses (la honte sociale issue de processus de domination par exemple) ne fonctionnent pas de maniĂšre symĂ©trique.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont Ă©tĂ© publiĂ©s, dans La Nouvelle Revue du Travail et le blog La philosophie au sens large. 

 

Géographie des Inégalités

George P., 1981, Géographie des inégalités, Paris, Que Sais-Je, Presses Universitaires de France, 127p.

Alors que je dĂ©marrais un projet Ă©ditorial sur le thĂšme de la gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, j’ai cherchĂ© les ouvrages existants (en français) sur le sujet et trouvĂ© en premiĂšre place ce petit volume de Pierre George datant de 1981. Je ne connaissais pas le travail du gĂ©ographe sur ce sujet, ayant plutĂŽt cĂŽtoyĂ© ses Ă©crits sur l’URSS, les villes et la gĂ©ographie Ă©conomique. Au moment oĂč je cherchais ce Que Sais-Je devenu rare (seuls 15% de l’ouvrage peuvent ĂȘtre lus sur Gallica), Denise Pumain en trouvait une copie dans une bibliothĂšque familiale et m’envoyait un scan de la conclusion, sans concertation mais Ă  point nommĂ©. J’ai depuis empruntĂ© le volume et lu ce texte datant de presque quarante ans. Il me conforte dans l’idĂ©e de renouveler l’exercice aujourd’hui, car certains faits et processus ont changĂ©, mais j’ai Ă©tĂ© aussi Ă©tonnĂ©e de son actualitĂ© et de la prĂ©sence dĂ©jĂ  ancienne de questions toujours non rĂ©solues dans la gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, et en premier lieu celle, sur laquelle je reviendrai, de l’importance de l’Ă©chelle gĂ©ographique dans la prĂ©sentation, la comprĂ©hension et la reprĂ©sentation des inĂ©galitĂ©s.

PubliĂ© chez PUF dans la collection Que Sais-Je, cet ouvrage est vu par P. George comme une actualisation de son opus GĂ©ographie de la Consommation dans la mĂȘme collection vingt ans plus tĂŽt, et qui abordait les diffĂ©rences nationales en termes de niveau de consommation, contrastant des espaces de sous-consommation et des espaces de sur-consommation. “Il a paru plus conforme aux circonstances de reprendre la question en amont et de proposer Ă  des recherches plus approfondies une prise en compte des facteurs de diffĂ©renciation des consommations Ă  l’Ă©chelle de la gĂ©ographie gĂ©nĂ©rale, mais aussi des espaces plus concrets de la vie quotidienne, Il en est issu l’idĂ©e d’une GĂ©ographie des InĂ©galitĂ©s.” (p.4). Cette approche des niveaux de vie par les conditions matĂ©rielles de leur rĂ©alisation est un point important de l’ouvrage et n’est pas Ă©tranger aux propositions d’A. Sen sur les capabilitĂ©s, mais il peut surprendre dans le contexte actuel oĂč la majoritĂ© des ouvrages sur les inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques prennent pour acquis l’usage des variables de revenus, de salaires et de patrimoine pour dĂ©crire les inĂ©galitĂ©s. Dans cet ouvrage, l’auteur aborde aussi bien les niveaux de production agricole que ceux de la consommation alimentaire pour dĂ©crire les inĂ©galitĂ©s entre groupes sociaux situĂ©s sur des espaces diffĂ©rents (diffĂ©renciation internationale, opposition urbain-rural) mais aussi les inĂ©galitĂ©s entre groupes sociaux d’un mĂȘme espace (les grandes villes notamment).

 


 

L’ouvrage se compose d’une introduction et d’une conclusion, sĂ©parĂ©es par trois chapitres : un premier chapitre est consacrĂ© au “pays industriels”, un second Ă  “la pauvretĂ©” et un dernier (“une nouvelle donne?”) au dĂ©veloppement Ă©conomique et ses consĂ©quences en termes de nouveaux Ă©quilibres mondiaux des inĂ©galitĂ©s.

DĂšs l’introduction, la question des Ă©chelles gĂ©ographiques dans la perception, la comprĂ©hension et l’analyse des inĂ©galitĂ©s apparaĂźt comme centrale. Selon P. George, “l’espace est fait d’unitĂ©s prĂ©sentant certains caractĂšres d’homogĂ©nĂ©itĂ©, emboĂźtĂ©es les unes dans les autres. A l’intĂ©rieur de chacune d’elles se diffĂ©rencient des secteurs d’inĂ©galitĂ©s. Une gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, comme toute gĂ©ographie, s’articule donc suivant diverses Ă©chelles. Il y a autant de nĂ©cessitĂ© Ă  prendre en compte dans une ville ou dans une rĂ©gion les diffĂ©renciations sociales de l’occupation et de la maĂźtrise de l’espace qu’Ă  mesurer les Ă©carts entre de grands ensembles continentaux.” (p.8). La dĂ©finition des inĂ©galitĂ©s est ici rendue par l’idĂ©e de diffĂ©renciation entre zones homogĂšnes. Le parti est pris dĂšs le dĂ©but de l’ouvrage de s’intĂ©resser avant tout aux inĂ©galitĂ©s (et donc aux diffĂ©renciations) de niveau de vie Ă©conomique: “Quel que soit le caractĂšre choquant des discriminations liĂ©es Ă  la naissance ou Ă  l’appartenance Ă  une collectivitĂ© ethno-culturelle, les grands contrastes de conditions de vie et mĂȘme, Ă  la base, de chances de survie, reposent sur la rĂ©partition des moyens d’existence. [
] ConcrĂštement, les clivages les plus perceptibles des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques et sociales se projettent sur l’utilisation de l’espace.” (p.7). L’objectif de cette gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s est donc de prĂ©senter les inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques mondiales Ă  travers la lecture des diffĂ©renciations spatiales produites par les sociĂ©tĂ©s Ă  diffĂ©rentes Ă©chelles.

Le premier chapitre brosse une gĂ©ographie de la richesse et des inĂ©galitĂ©s des pays industriels – c’est-Ă -dire principalement de l’Europe, du Japon, de l’AmĂ©rique du Nord et du bloc socialiste de l’Ă©poque – en deux Ă©tapes. La premiĂšre partie du chapitre dĂ©crit le niveau de richesse absolu des Etats concernĂ©s, en se rĂ©fĂ©rant Ă  leur niveau de vie et de consommation, mais aussi Ă  la structure sociale de la sociĂ©tĂ©, qualifiĂ©e “de classes moyennes”. L’ouvrage a cette qualitĂ© de ramener systĂ©matiquement la distribution des richesses Ă  leur projection dans l’espace. Par exemple:

“En France, l’Ă©cart officiel est de l’ordre de 1 Ă  7 entre le salaire minimum garanti et les Ă©moluments d’un cadre supĂ©rieur. La hiĂ©rarchie des revenus rĂ©els et sa rĂ©partition sont en fait toutes diffĂ©rentes – autant du fait des inexactitudes Ă  la base que des sous-Ă©valuations au sommet – et se projette sur une Ă©chelle beaucoup plus Ă©tirĂ©e et gĂ©nĂ©ralement dĂ©calĂ©e dans l’ensemble vers le haut. En premier lieu, les conditions d’une famille peuvent varier sensiblement suivant qu’il est possible ou non dans un mĂȘme lieu de rĂ©unir plusieurs salaires par mĂ©nages. Les rĂ©gions ou les villes qui n’offrent qu’un type d’activitĂ©, et notamment que des activitĂ©s masculines, sont pĂ©nalisĂ©es par rapport Ă  celles oĂč tous les Ă©lĂ©ments d’Ăąge actif d’une famille peuvent exercer un emploi rĂ©munĂ©rĂ©. C’est notamment le cas des pays miniers ou des rĂ©gions d’activitĂ©s industrielles Ă  forte majoritĂ© d’emplois masculins (sidĂ©rurgie en particulier).” (p.24)

L’auteur opĂšre ensuite une dĂ©clinaison scalaire de ces niveaux de vie au sein des pays industriels. “On doit prendre en compte toute une hiĂ©rarchie de situations qui se projette dans l’espace Ă  des Ă©chelles diffĂ©rentes: inĂ©galitĂ©s entre villes et campagnes qui engendrent l’exode rural, inĂ©galitĂ©s entre petites villes et grandes villes, inĂ©galitĂ©s entre rĂ©gions rurales Ă  forte productivitĂ© (et Ă  population relativement nombreuse) et rĂ©gions rurales Ă  basse productivitĂ©, inĂ©galitĂ©s entre rĂ©gions Ă  intĂ©gration industrielle multiforme assurant diversitĂ© et relĂšve d’emplois et rĂ©gions mono-industrielles exposĂ©es aux crises conjoncturelles et techniques” (p.34-5). La seconde partie du chapitre Ă©voque les dĂ©fis de ces Etats pourtant privilĂ©giĂ©s relativement Ă  l’Ă©chelle mondiale, au travers de l’injonction Ă  la croissance illimitĂ©e et des crises successives. Une mention est faite aux pays socialistes, qui ne sont pas pour autant fondamentalement distinguĂ©s des pays industriels dans cette gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s. “Le principe organique de la sociĂ©tĂ© [socialiste] est une rĂ©partition Ă©galitaire des revenus sectoriels modulĂ©e en fonction de la qualitĂ© de l’activitĂ© exercĂ©e. Dans la pratique, des avantages non comptabilisĂ©s privilĂ©gient la ‘classe politique et administrative’, communĂ©ment appelĂ©e la Nomenklatura, mais ils ne se transposent pas dans le paysage comme les diffĂ©rences sociales des pays d’économie libĂ©rale. Les structures urbaines sont uniformes, et discret l’impact gĂ©ographique des privilĂšges de fonction – dans les zones de ‘datchas’ ou les aires rĂ©servĂ©es aux loisirs des hauts fonctionnaires et des responsables politiques.” (p.43).

Le second chapitre est dĂ©diĂ© Ă  la pauvretĂ©, que P. George aborde par sa mesure, discutant tout d’abord les indicateurs les plus appropriĂ©s, notamment aux Ă©conomies agricoles d’auto-subsistance. L’auteur distingue ainsi les indicateurs (PNB par exemple) des rĂ©vĂ©lateurs (espĂ©rance de vie, Ă©tat de santĂ© et d’Ă©ducation notamment). “Dans la mesure du possible, il est souhaitable de dĂ©passer [la] premiĂšre approximation [du quotient de PNB] en Ă©valuant des revenus rĂ©els Ă  partir d’enquĂȘtes locales. La difficultĂ© majeure est que cette Ă©valuation ne peut se faire en signes monĂ©taires que pour des populations urbaines qui ne reprĂ©sentent que des minoritĂ©s, et dont une partie au moins est dans une situation relativement favorable par rapport Ă  la masse de la population qui est une population rurale. Or, la transposition de quantitĂ©s de produits agricoles en valeurs monĂ©taires, quand il est question de produits qui ne sont pas commercialisĂ©s, n’a guĂšre de sens.” (p.55-6). La seconde partie du chapitre met en relation les succĂšs apparents du dĂ©veloppement avec les preuves du maintien de la pauvretĂ©, notamment dans les pays de forte croissance dĂ©mographique. Cette discussion introduit l’importance de considĂ©rer les inĂ©galitĂ©s intra-nationales, par exemple dans le domaine de l’alimentation: “Ces donnĂ©es d’ordre gĂ©nĂ©ral ne fournissent qu’une image imparfaite des insuffisances alimentaires, en ce sens qu’elles ne font pas apparaĂźtre les privations affectant particuliĂšrement certaines catĂ©gories et certaines classes d’ñge de la population, et confondent dans une mĂȘme moyenne, mĂȘme gravement insuffisante, la succession de pĂ©riodes au cours desquelles elles sont susceptibles de varier dans des proportions importantes. Une grande partie des disponibilitĂ©s alimentaires est absorbĂ©e par les minoritĂ©s privilĂ©giĂ©es rĂ©sidant en ville et consommant les nourritures les plus riches souvent fournies par l’importation. Les moyennes recouvrent de sensibles diffĂ©rences d’un lieu Ă  l’autre.” (p.57-9).

Le troisiĂšme chapitre enfin Ă©voque la situation des Etats intermĂ©diaires. Ces Etats incluent les pays pĂ©troliers (“la fortune sans richesse”) ainsi que ceux que l’on qualifie aujourd’hui d’Ă©mergents (Chine, BrĂ©sil, Mexique par exemple). A propos des sociĂ©tĂ©s des pays pays pĂ©troliers et de leurs disparitĂ©s sociales et spatiales, P. George note que “le contraste est probablement un des plus forts qu’on puisse observer dans le monde” (p.88). A propos des pays Ă©mergents, caractĂ©risĂ©s par la vitesse de leur dĂ©collage tout autant que par leur niveau de vie intermĂ©diaire, l’auteur tente d’identifier les conditions gĂ©ographiques et historiques communes qui les diffĂ©rencient des Etats restĂ©s pauvres ou en dĂ©veloppement. Selon lui, et sans dĂ©terminisme, “les Ă©lĂ©ments principaux peuvent ĂȘtre ramenĂ©s dans une approche prĂ©liminaire au nombre de quatre : la dimension, les facteurs naturels de production, la maĂźtrise de la dynamique dĂ©mographique, les structures de production. […] Les conditions gĂ©ographiques et historiques favorisent, sinon imposent, certains choix. Ceux-ci incombent Ă  la classe politique gĂ©rant les affaires d’Etat et qui se confond, sous des formes variĂ©es dans la structure et l’idĂ©ologie retenues, avec la classe Ă©conomique. Il en rĂ©sulte des clivages dĂ©cisifs Ă  l’intĂ©rieur de la sociĂ©tĂ©, dont il sera fait Ă©tat au titre des inĂ©galitĂ©s dans le dĂ©veloppement.” (p.93-8). Si la situation moyenne des Etats dĂ©crits ici est intermĂ©diaire Ă  l’Ă©chelle mondiale, P. George consacre la fin de ce chapitre Ă  montrer Ă  quel point cette moyenne masque les inĂ©galitĂ©s les plus extrĂȘmes entre classes aisĂ©es et dĂ©munies, entre quartiers riches et quartiers pauvres, entre capitales nationales et villes secondaires notamment. Loin d’ĂȘtre un effet secondaire, ces inĂ©galitĂ©s font partie selon lui du processus mĂȘme de dĂ©veloppement de ces pays. « Les grandes Ă©conomies libĂ©rales en voie de dĂ©veloppement rapide sont les plus inĂ©galitaires du monde. Les inĂ©galitĂ©s se projettent sur deux plans, celui de l’échelle sociale globale et celui de l’espace gĂ©ographique dĂ©multipliĂ© Ă  son tour en unitĂ©s rĂ©gionales et en subdivisions locales. Le fondement de l’inĂ©galitĂ© est l’armature mĂȘme du dĂ©veloppement. » (p.105-6).

Dans la conclusion, P. George retourne Ă  son argument de l’imbrication des Ă©chelles gĂ©ographiques dans la lecture des inĂ©galitĂ©s au travers des diffĂ©renciations spatiales: “les ‘disparitĂ©s rĂ©gionales’, l’inĂ©gal dĂ©veloppement des Ă©conomies urbaines et des Ă©conomies rurales, la hiĂ©rarchie des villes, les sĂ©grĂ©gations intra-urbaines sont les thĂšmes gĂ©ographiques de l’inĂ©galitĂ© Ă  l’échelle des Etats, des rĂ©gions, des agglomĂ©rations. » (p. 122-3). Il met en relation les sociĂ©tĂ©s mondiales analysĂ©es sĂ©parĂ©ment durant l’ouvrage, en notant par exemple que les inĂ©galitĂ©s des pays en dĂ©veloppement au moment de l’Ă©criture sont incomparablement plus Ă©levĂ©es que celles qu’ont connu les pays industrialisĂ©s, sur lesquels sont pourtant fondĂ©s les figures typiques de la sĂ©grĂ©gation en gĂ©ographie (l’opposition ‘beaux quartiers’ / ‘quartiers ouvriers’ dans les villes par exemple). Le rĂŽle des indicateurs statistiques, utilisĂ©s tout au long du livre pour prĂ©senter les ordres de grandeur de la richesse et de la pauvretĂ© des pays, rĂ©gions, villes et quartiers, est relativisĂ© par l’auteur qui  les traite de “moules vides” et recommande de leur adjoindre des Ă©lĂ©ments d’explication issus de l’observation et du dialogue. Enfin, il plaide pour une gĂ©ographie “utile” qui dĂ©crit les inĂ©galitĂ©s pour dĂ©noncer leurs consĂ©quences nĂ©gatives et contribuer Ă  “la prise de conscience de la nĂ©cessitĂ© d’une certaine forme d’action rĂ©paratrice” (p. 123).

 


 

L’analyse critique de cet ouvrage trente huit ans aprĂšs sa publication a la tache impossible de distinguer les incongruitĂ©s dus aux parti-pris de l’auteur de celles rĂ©vĂ©lĂ©es a posteriori par les changements advenus dans le monde en gĂ©nĂ©ral depuis 1981 et dans celui de la gĂ©ographie en particulier. Notons donc simplement quelques faiblesses de l’ouvrage pour le lecteur contemporain, notamment liĂ©es Ă  la prĂ©-Ă©minence de l’Ă©chelle des Etats, malgrĂ© les efforts importants de l’auteur pour offrir une analyse multiscalaire. Ainsi, les Etats Ă©tant l’Ă©chelon premier qui divisent le monde dans cette gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, il n’est fait usage nulle part (ou trĂšs peu) des ensembles territoriaux plus larges (tels que l’Union EuropĂ©enne, l’URSS ou l’ALENA) qui non seulement permettrait une classification plus homogĂšne des espaces au regard des inĂ©galitĂ©s (au lieu de la dichotomie pays industriels / pays en dĂ©veloppement) mais aussi constituent pour certains des espaces de redistribution de la richesse (le Fond EuropĂ©en pour la Politique RĂ©gionale par exemple, crĂ©Ă© en 1975, qui existait donc dĂ©jĂ  au moment de l’Ă©criture de l’ouvrage). Cette absence de considĂ©ration pour les institutions supra- ou sub-nationales s’accompagne d’une faible attention portĂ©e aux politiques de rĂ©duction des inĂ©galitĂ©s en gĂ©nĂ©ral. Enfin, la description des niveaux de vie par pays et de leurs disparitĂ©s gĂ©ographiques telle qu’elle est mise en oeuvre dans le livre de P. George masque un aspect important des inĂ©galitĂ©s et de leur dynamique, Ă  savoir les interactions entre espaces (par le commerce, la finance ou les investissements, mais aussi les relations politiques et militaires dans un contexte post-colonial).

La prioritĂ© donnĂ©e aux Etats et au processus de dĂ©veloppement face aux relations internationales reflĂšte peut-ĂȘtre l’anachronisme d’une lecture biaisĂ©e par l’idĂ©e actuelle de mondialisation, mais suggĂšre que l’actualisation de ce travail doit dĂ©sormais incorporer cette dimension. Ce petit Que Sais-Je mĂ©rite toutefois d’ĂȘtre lu aujourd’hui, ne serait-ce pour son attention au caractĂšre multi-scalaire des inĂ©galitĂ©s et pour sa projection systĂ©matique des diffĂ©renciations sociales dans l’espace gĂ©ographique.

 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants. Chaque citation est accompagnĂ©e d’un ou plusieurs mots clĂ©s (ou tags), prĂ©cĂ©dĂ©s d’un # afin d’effectuer des recherches thĂ©matiques dans le document. Les passages en gras ne le sont pas nĂ©cessairement dans la version originale.

Le capital au XXIe siĂšcle

 Mon incursion dans l’Ă©tude des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques a commencĂ© avec la lecture de l’ouvrage de T. Piketty, Le capital au XXIe siĂšcle, paru en français au Seuil en 2013 puis traduit et publiĂ© en anglais par Havard University Press en 2014 avant de connaĂźtre un succĂšs mondial.

Ma lecture de l’ouvrage a donnĂ© lieu Ă  un compte-rendu “de gĂ©ographe” publiĂ© par la revue Cybergeo en 2014.

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

Chaque citation est accompagnĂ©e d’un ou plusieurs mots clĂ©s (ou tags), prĂ©cĂ©dĂ©s d’un # afin d’effectuer des recherches thĂ©matiques dans le document. Les passages en gras ne le sont pas nĂ©cessairement dans la version originale.