OĂą va l’argent des pauvres

Colombi D., 2020, OĂą va l’argent des pauvres, Payot & Rivages, 300p.

Cet ouvrage porte un titre très explicite et très rĂ©vĂ©lateur de son contenu. Il s’agit en effet d’un essai sur la relation entre l’argent et les pauvres, qui s’intĂ©resse Ă  la finalitĂ© de l’argent gagnĂ©, reçu et dĂ©pensĂ© par les membres les plus pauvres de la sociĂ©tĂ©. Denis Colombi pose la question de la dĂ©finition de la pauvretĂ© en termes monĂ©taires et non-monĂ©taires : est-ce uniquement la quantitĂ© d’argent dĂ©tenue par un individu qui le rend pauvre aux yeux de la sociĂ©tĂ©, ou bien une sorte d’identitĂ© seconde supposĂ©ment associĂ©e Ă  des comportements et Ă  une culture distincte ? L’auteur interroge la destination de l’argent en analysant les postes des budgets contraints gĂ©rĂ©s par les mĂ©nages les plus pauvres. Enfin, il explore la relation entre la pauvretĂ© des uns et l’aisance des autres dans les sociĂ©tĂ©s française et amĂ©ricaine, en suggĂ©rant qu’une partie de l’argent des pauvres finit souvent, et non par hasard, dans la poche des riches. Au terme de cet essai, le lecteur identifie deux messages très clairs que l’auteur fait passer. D’une part, la pauvretĂ© ne devrait ĂŞtre qu’une question d’argent, qui soit donc solvable en donnant de l’argent (ou au moins l’accès Ă  des liquiditĂ©s) aux mĂ©nages qui en manquent, que ce soit par le travail, rĂ©munĂ©rĂ© Ă  sa juste valeur, ou par d’autres mĂ©canismes comme l’assistance sociale ou le revenu universel. D’autre part, la sociologie du XXIe siècle doit ĂŞtre considĂ©rĂ©e une science descriptive plutĂ´t que comme un corpus de thĂ©ories concurrentes ; elle remplit sa fonction lorsque sont produites des connaissances qui servent la sociĂ©tĂ© qu’elle Ă©tudie.

Denis Colombi est sociologue et professeur de lycĂ©e. Il dĂ©veloppe la thĂ©matique de cet ouvrage depuis 2017 sur son blog et sur Twitter, oĂą j’ai dĂ©couvert ses travaux et rĂ©flexions. Son propos porte principalement sur la sociĂ©tĂ© française (bien que l’on trouve aussi de nombreuses rĂ©fĂ©rences amĂ©ricaines) et se nourrit d’actualitĂ©s rĂ©centes (les “Ă©meutes du Nutella” ou le steak en or de F. Riberi par exemple) et d’expĂ©riences personnelles comme professeur de lycĂ©e, de rĂ©fĂ©rences littĂ©raires mais aussi acadĂ©miques. Il est Ă  noter que la lecture en est très fluide, cet ouvrage se voulant accessible au plus grand nombre.

 


 

La question “OĂą va l’argent des pauvres?” est dĂ©clinĂ©e en six chapitres, prĂ©cĂ©dĂ©s d’une introduction. Celle-ci a pour objet de justifier la lĂ©gitimitĂ© de la question posĂ©e. En effet, D. Colombi constate que le rapprochement des thèmes de l’argent et de la pauvretĂ© est peu frĂ©quent, que ce soit dans le discours public comme en sociologie. “Étonnamment, l’argent n’est pas forcĂ©ment la première chose Ă  laquelle on pense lorsqu’il est question de pauvretĂ© : on prĂ©fère au mieux se concentrer sur ce qui explique, pense-t-on, le manque d’argent que sur ce dernier proprement dit. Pourtant, comment veut-on comprendre quoi que ce soit si l’on ne commence pas par lĂ  ?” (p. 19-20). Il tient Ă  montrer d’emblĂ©e que les dĂ©fis posĂ©s aux mĂ©nages pauvres en termes de gestion de budgets sont incomparables avec ceux des mĂ©nages aisĂ©s ou de classe moyenne, car les revenus des mĂ©nages pauvres sont Ă  la fois faibles et incertains, tandis que leurs dĂ©penses sont rigides et contraintes. La charge mentale de ce dĂ©fi du quotidien est par ailleurs sous-estimĂ©e dans l’imaginaire collectif qui prĂ©fère se rĂŞver riche plutĂ´t que de se mettre dans la peau des pauvres. Enfin, la parole publique sur les sujets Ă©conomiques est gĂ©nĂ©ralement monopolisĂ©e par les classes supĂ©rieures. Pourtant, “penser que ses propres façons de faire en matière d’Ă©conomie devraient ĂŞtre universalisĂ©es parce qu’elles seraient partout et toujours efficaces relève de la pensĂ©e magique et non de l’argument rationnel” (p. 15).

Dans le premier chapitre “Les coupables idĂ©aux. Du bon et du mauvais pauvre“, D. Colombi explore la construction de la figure du pauvre par la sociĂ©tĂ©, d’un point de vue historique et sociologique. Il rappelle que les sociĂ©tĂ©s ont gĂ©nĂ©ralement alternĂ© entre deux postures face aux pauvres : la compassion et la culpabilisation, “la pitiĂ© et la potence“. Ă€ un extrĂŞme, les pauvres sont les victimes dĂ©shumanisĂ©es de la malchance et doivent recevoir la charitĂ© des plus aisĂ©s. Ă€ l’autre extrĂŞme, les pauvres sont responsables de leur sort, n’ayant pas fait les efforts nĂ©cessaires pour se sortir de leur situation. Dans tous les cas, les rapports habituels de la sociĂ©tĂ© Ă  ses membres les plus pauvres passent sous silence l’argent proprement dit, le caractère collectif de certains phĂ©nomènes sociaux comme le chĂ´mage ou la pauvretĂ©, et tendent plutĂ´t Ă  stigmatiser les pauvres en leur assignant un statut particulier (souvent disqualifiant ou dĂ©gradant). La pauvretĂ© monĂ©taire des individus est donc associĂ©e par la sociĂ©tĂ© Ă  une identitĂ© sociale. L’Ă©conomique et le social se mĂŞlent ainsi dans la dĂ©finition du groupe des pauvres. “Les pauvres ne forment pas une catĂ©gorie homogène, mais plutĂ´t un ensemble de personnes et de familles inĂ©galement situĂ© dans un parcours oĂą s’accumulent Ă  la fois des difficultĂ©s matĂ©rielles (notamment l’Ă©loignement du marchĂ© du travail) et une perte de la reconnaissance de la part des autres” (p. 44). Ce stigmate social est rĂ©vĂ©lĂ© dans les cas extrĂŞmes oĂą les pauvres deviennent soudainement riches (Colombi prend l’exemple des footballeurs et des gagnants du loto). Dans ces cas-lĂ , les “nouveaux riches” se reconnaissent parce qu’ils ont conservĂ© un ensemble de pratiques, de goĂ»ts et de comportements mĂ©prisĂ©s par la sociĂ©tĂ©. La pauvretĂ© monĂ©taire s’accompagne en effet d’une pauvretĂ© en capital culturel et symbolique, qui permet aux classes supĂ©rieures d’afficher leur richesse (mĂŞme lorsqu’elle est hĂ©ritĂ©e, suspecte ou indĂ©cente) avec plus de “distinction”. Le chapitre se clĂ´t par l’analyse du droit de regard que la sociĂ©tĂ© impose lorsqu’il s’agit de la dĂ©pense des pauvres, surtout lorsque que cet argent provient de l’aide publique.

“Ce qui se passe avec les aides publiques, […] ce n’est pas seulement que les pauvres ne peuvent pas faire de contre-don – ce qui rend, dans l’analyse de Mauss, la charitĂ© la plus classique humiliante. C’est aussi et surtout qu’on soumet le don Ă  des contreparties […] Lorsque l’on donne ainsi, afin de venir en aide Ă  quelqu’un, on s’estime gĂ©nĂ©ralement lĂ©gitime Ă  lui dire aussi comment utiliser ce don” (p. 76).

Dans le second chapitre (“De folles dĂ©penses? Du luxe Ă  la survie“), D. Colombi analyse les stratĂ©gies de gestion de leur budget par les mĂ©nages pauvres et très prĂ©caires. Il montre tout d’abord que la prescription sociale Ă  l’accumulation et Ă  l’Ă©pargne est absurde et irrationnelle dans les contextes de pĂ©nurie absolue dans lesquels se trouvent beaucoup de mĂ©nages pauvres. Dans ces cas-lĂ , les mĂ©nages adoptent des stratĂ©gies qui s’expliquent entièrement par la raretĂ© de l’argent plutĂ´t que par un dĂ©faut de gestion. Une de ces stratĂ©gies consiste par exemple Ă  constituer des stocks alimentaires dès le dĂ©but du mois, ce qui permet de prioriser la survie physique dès la rĂ©ception des revenus (de peur qu’il ne reste pas assez en fin de mois) et d’optimiser les opportunitĂ©s irrĂ©gulières (les promotions par exemple). D’autres stratĂ©gies paraissent moins Ă©videntes Ă  première vue : il s’agit par exemple de certaines consommations considĂ©rĂ©es comme “luxueuses” par les classes moyennes et supĂ©rieures. L’auteur range par exemple les smartphones et le permis de conduire dans cette catĂ©gorie et montre que l’investissement est pourtant nĂ©cessaire pour les mĂ©nages les plus pauvres, car de ces dĂ©penses dĂ©pendent la possibilitĂ© de recettes futures (le permis pour trouver un emploi lorsque l’on habite en zone peu dense que l’on a peu d’autres qualifications Ă  ajouter sur son CV) mais aussi, dans le cas du smartphone, car il permet l’intĂ©gration sociale et institutionnelle (se connecter aux services publics dĂ©matĂ©rialisĂ©s par exemple). Enfin, certaines consommations apparemment ostentatoires ou de prestige, comme les “vraies” cigarettes ou les vĂŞtements de marque pour les enfants, dĂ©coulent directement du stigmate associĂ© Ă  la figure du pauvre dans la sociĂ©tĂ© et de la nĂ©cessitĂ© ressentie de s’en distinguer pour conserver son rĂ´le social. “L’attachement Ă  certaines consommations symboliques est d’autant plus fort que leur abandon signifierait un abandon de soi, de l’espoir de connaĂ®tre des jours meilleurs, ainsi que l’endossement dĂ©finitif et sans doute irrĂ©mĂ©diable du rĂ´le de pauvre et de l’identitĂ© nĂ©gative qui constitue la dernière Ă©tape de la disqualification sociale. Lutter contre la pauvretĂ©, cela peut vouloir parfois dire consommer, mĂŞme au risque de s’enfoncer encore plus dans les difficultĂ©s. C’est ce qui fait toute la tragĂ©die de la misère” (p. 105). L’injonction Ă  un style de vie sain et austère s’accompagne parfois de la rĂ©probation sociale concernant le nombre d’enfants des familles pauvres voire leur trop forte assignation genrĂ©e. D. Colombi montre Ă  quel point ces injonctions des classes moyennes et supĂ©rieures sont hypocrites et cruelles. Dans le premier cas par exemple, l’expĂ©rience d’avoir des enfants est, de manière partagĂ©e par tous les groupes sociaux, de plus en plus considĂ©rĂ©e comme un pilier de l’accomplissement personnel (surtout lorsque les perspectives professionnelles et culturelles sont moroses). “Dans ce contexte, comment penser que les pauvres pourraient dĂ©cider ‘rationnellement’ de s’en priver ?” (p. 124). La mise Ă  jour de cette hypocrisie rejoint l’analyse, pour de la sociĂ©tĂ© britannique, d’Owen Jones dans “Chavs”. Concernant la fĂ©minitĂ© et la masculinitĂ© :

“L’usage du genre Ă  des fins professionnelles n’est pas spĂ©cifique aux classes populaires. Du trader qui doit faire preuve d’une agressivitĂ© toute masculine Ă  la top-modèle qui capitalise sur sa maĂ®trise de la fĂ©minitĂ©, on peut trouver des exemples Ă  tous les niveaux de l’Ă©chelle sociale. Mais ce qui est spĂ©cifique aux pauvres, c’est que ces compĂ©tences particulières sont plus souvent qu’ailleurs les seules sur lesquelles ils peuvent s’appuyer, les seules cartes Ă  jouer sur le marchĂ© du travail.” (p. 207)

Le chapitre 3 (“GĂ©rer l’ingĂ©rable. Petits arrangements avec la misère“) s’intĂ©resse au moneywork (c’est-Ă -dire l’Ă©norme de travail de planification, de suivi, de contrĂ´le et de gestion de l’argent lorsqu’il est Ă  la fois rare et incertain) induit par la pauvretĂ© et principalement supportĂ© par les femmes. L’analyse des ressources et des dĂ©penses contraintes des mĂ©nages (Ă  l’euro près Ă  partir des statistiques publiques) conduit l’auteur Ă  conclure que la marge d’expression des prĂ©fĂ©rences personnelles dans les choix de dĂ©penses des mĂ©nages pauvres est infime, contrairement aux discours culpabilisants leurs mauvais choix : “les 10% les plus pauvres disposent de seulement 80 euros [par mois] une fois dĂ©duites les ‘dĂ©penses contraintes et incontournables’ – 80 euros pour les loisirs, vacances, dĂ©penses d’habillement et d’Ă©quipement mĂ©nager, ou pour mettre de l’argent de cĂ´tĂ©. […] des sommes qui paraissent, vu du plus haut sur l’Ă©chelle sociale, dĂ©risoires – les 10% les plus riches disposent eux d’un reste Ă  vivre de 1474 euros […] A partir de ces diffĂ©rentes donnĂ©es, on peut comprendre que les affaires de prĂ©fĂ©rences, de goĂ»ts, de styles de vie, de bonnes et mauvaises dĂ©cisions, de cultures ou autres soient, finalement, de faible importance lorsque l’on s’intĂ©resse aux pauvres. Pour que tous ces Ă©lĂ©ments s’expriment, encore faut-il qu’il y ait des moyens Ă  disposition” (p. 151-2). MalgrĂ© un travail Ă©puisant de gestion quotidienne leur budget incertain, les pauvres souffrent en plus de consĂ©quences disproportionnĂ©es en cas d’erreur, notamment de la part des banques et organismes de prĂŞts.

Dans le chapitre 4 (“La pauvretĂ©, c’est la pauvretĂ©. De l’utilitĂ© publique du pauvre“), D. Colombi propose de renverser le sens de la causalitĂ© gĂ©nĂ©ralement admise entre pauvretĂ© et les comportements de dĂ©pense. Au lieu de supposer que les pauvres le sont en raison de dĂ©faut de jugement et de dĂ©penses outrancières, l’auteur suggère que c’est au contraire l‘expĂ©rience de la pauvretĂ©, avec son lot de stigmatisation et de disqualification sociale, qui conduit les pauvres Ă  modifier leurs comportements. “‘DĂ©s-altĂ©riser’ les pauvres, cesser de les voir comme un ensemble d’individus radicalement diffĂ©rent du reste de la sociĂ©tĂ©, voilĂ  l’enjeu. Leurs comportements ne sont pas le produit d’une culture ou sous-culture particulière, dont on ne pourrait que constater la distance avec celles des autres classes. Ils agissent en fait comme n’importe qui le ferait Ă  leur place” (p. 218). Ce changement de perspective permet Ă  la fois de rĂ©insĂ©rer les mĂ©nages pauvres dans la sociĂ©tĂ© comme membres rationnels Ă  part entière (si l’on en doutait) et non comme les reprĂ©sentants d’une sous-culture Ă  part. Il permet aussi de se dĂ©faire des deux attitudes habituelles vis-Ă -vis de la pauvretĂ© : la compassion et la culpabilisation. “Si l’on ne rĂ©duit pas ledit stigmate, aucune autre mesure en faveur des pauvres, aucune tentative un peu ambitieuse de redistribution ne sera ni possible ni pleinement libĂ©ratrice. Tant que l’usage de l’argent par les pauvres fera l’objet d’un soupçon infamant, tant que l’on cherchera Ă  le contrĂ´ler et Ă  le contraindre, tant qu’on les traitera comme des pauvres, alors il sera impossible pour eux de sortir collectivement de la pauvretĂ©” (p.229).

L’avant dernier chapitre, comme son titre “Misère des pauvres, opulence des riches. La pauvretĂ©, un business lucratif” l’indique, s’intĂ©resse Ă  la reproduction de la pauvretĂ© par la relation systĂ©mique entre riches et pauvres. Pour ce faire, D. Colombi s’appuie sur la notion d’exploitationpour dĂ©signer toute situation oĂą les inĂ©galitĂ©s ne sont pas seulement relatives […], mais oĂą la situation des plus favorisĂ©s implique, par une relation substantielle, le maintien dans la pauvretĂ© des moins favorisĂ©s” (p. 233). Une partie du chapitre d’attache Ă  lister certains biens et services effectivement payĂ©s plus chers par les mĂ©nages les plus pauvres. Il peut s’agit en effet du logement, de l’Ă©lectromĂ©nager ou des services bancaires. La raison peut en ĂŞtre que certains de ces produits sont vendus dans des marchĂ©s captifs spatialement (on pense aux dĂ©serts alimentaires mis en lumière aux États-Unis) ou socialement (lorsque le vendeur suspend ses jugements sur l’apparence et le choix des clients, avec un surcoĂ»t cependant). Dans le cas des services bancaires ou assurantiels par ailleurs nĂ©cessaires Ă  la vie professionnelle et personnelle, “les pauvres français payent plus cher pour leurs services bancaires parce que c’est seulement Ă  ce prix-lĂ  qu’on accepte de leur fournir. AmĂ©liorer l’accès et la stabilitĂ© du logement des uns et les facilitĂ©s d’accès Ă  la liquiditĂ© et aux emprunts des autres serait alors peut-ĂŞtre un moyen extrĂŞmement simple de rĂ©duire la pauvreté” (p. 247). Dans la deuxième partie du chapitre, l’auteur explore les relations systĂ©miques encore plus directes entre riches et pauvres, c’est-Ă -dire oĂą les riches sont d’autant plus riches et libres que les pauvres sont pauvres et exploitĂ©s. Il s’agit par exemple des services Ă  la personnes (le care), sous-payĂ©s et stigmatisĂ©s, qui rendent possible le style de vie privilĂ©giĂ© des hommes et femmes de la classe supĂ©rieure ou moyenne supĂ©rieure, au prix de la misère des femmes fragilisĂ©es par leur statut social et/ou migratoire. La pandĂ©mie de COVID-19 aura au moins eu le mĂ©rite de mettre au premier plan l’ampleur et les consĂ©quences de cette injustice flagrante. Un autre exemple pris par l’auteur est celui des travailleurs de plateformes numĂ©riques dont le travail mal rĂ©munĂ©rĂ© et peu protĂ©gĂ© est exploitĂ© pour organiser un future automatisĂ© qui les rendre obsolètes.

“En replaçant la question de l’exploitation au cĹ“ur de l’analyse de la pauvretĂ©, on se donne les moyens de mieux la comprendre : si elle existe, si elle persiste, c’est d’abord parce que certains acteurs tirent profit de cette existence.” (p. 273)

Tout ça, c’est politique. Solution et volontĂ©” conclut l’ouvrage. Ce chapitre expose les solutions possibles pour rĂ©duire la pauvretĂ© de manière substantielle en France (oĂą elle touche près de 2 millions de personnes), ainsi que les verrous politiques, notamment le manque de volontĂ© et l’intĂ©rĂŞt des plus riches Ă  la reproduction de la pauvretĂ©. L’auteur rappelle qu’une rĂ©duction de la pauvretĂ© est possible, comme le montre l’histoire des XIXe et XXe siècle et l’Ă©tablissement de l’État providence. La pauvretĂ© a alors drastiquement baissĂ©, notamment pour les personnes âgĂ©es. “Mais ce recul de la pauvretĂ© n’a pas Ă©tĂ© une pente naturelle de l’Ă©volution des sociĂ©tĂ©s, ni mĂŞme la simple consĂ©quence du dĂ©veloppement du capitalisme et de la croissance Ă©conomique. Il a bel et bien Ă©tĂ© le rĂ©sultat de politiques volontaristes et de dispositifs collectifs” (p. 276). La solution Ă©noncĂ©e par D. Colombi peut sembler dĂ©concertante de simplicitĂ© : il suffit de donner de l’argent aux pauvres, “ou, au moins, de leur donner accès Ă  l’argent. Une source de revenus, un prĂŞt Ă  moindre taux, une facilitĂ© de caisse, autant de choses qui peuvent reprĂ©senter une bouffĂ©e d’air frais et une sortie de la misère pour des mĂ©nages Ă©crasĂ©s par les difficultĂ©s Ă©conomiques” (p. 277). En discutant les manières possibles de faire cette distribution d’argent, l’auteur en vient Ă  discuter de l’intĂ©rĂŞt du revenu universel, c’est-Ă -dire de donner de l’argent Ă  tous pour accroĂ®tre l’acceptabilitĂ© collective de la mesure.

C’est ce que l’on appelle le ‘paradoxe de la redistribution”. Si l’on veut aider les pauvres, il vaut mieux ne pas les viser spĂ©cifiquement. […] Il est vrai que si l’on veut, dans un tel système, avoir des personnes qui ramassent nos poubelles, il faudra envisager non seulement de les rĂ©munĂ©rer suffisamment, mais en outre arrĂŞter de les mĂ©priser. En fait, ce sera toute la valeur des emplois qui sera affectĂ©e : certaines activitĂ©s apparaissent aujourd’hui Ă  la fois très utiles et bien peu rĂ©munĂ©rĂ©es, parce que la menace de la misère permet de trouver des gens disponibles pour les rĂ©aliser Ă  bas coĂ»t. Un revenu universel conduirait Ă  devoir repenser complètement la notion mĂŞme de valeur” (p. 293-303).

Le livre s’achève sur ce constat dĂ©sarmant et crucial : “les pauvres sont comme tout le monde, et les plus fortunĂ©s seraient comme eux s’ils n’avaient pas d’argent” (p.311). Bien qu’Ă©vidente, l’inscription de cette formule au frontons des institutions sociales pourrait ĂŞtre recommandĂ©e par mesure prophylactique, pour Ă©viter la naturalisation de la pauvretĂ© et sa justification par les classes favorisĂ©es (on pense ici Ă  l’ouvrage “Ce que les riches pensent des pauvres” de S. Paugam, B. Cousin, C. Giorgetti et J. Naudet).

 

Au final, cet ouvrage confirme certaines de mes intuitions (sur le surcoĂ»t des biens et services vendus au pauvres par exemple) et ouvre de nouvelles perspectives (sur la monĂ©tisation de l’aide ou le caractère genrĂ© du moneywork). Bien que certains sujets du livre effleurent la dimension spatiale des mĂ©canismes de maintien dans la pauvretĂ© (avec les marchĂ©s captifs notamment), on pourrait Ă©videmment regretter l’absence de discussion de l’effet des environnements gĂ©ographiques locaux sur les opportunitĂ©s et les contraintes accessibles aux mĂ©nages pauvres selon leur inscription territoriale (la question de l’Ă©cole et des soins y est fortement associĂ©e localement par exemple, celle de l’emploi Ă  une Ă©chelle plus large). Enfin, on peut dĂ©plorer la restriction gĂ©ographique des exemples aux cas français et amĂ©ricains. Qu’en est-il dans les sociĂ©tĂ©s oĂą la charitĂ© envers les pauvres est nĂ©cessaire Ă  l’ordre social et au salut des privilĂ©giĂ©s (comme dans le roman d’Aminata Sow Fall : “La grève des bĂ ttu”) ? Qu’en est-il dans les collectivitĂ©s oĂą, pour des raisons spirituelles par exemple, la pauvretĂ© est cĂ©lĂ©brĂ©e plutĂ´t que stigmatisĂ©e ? Au final, ce livre constitue un essai original sur la pauvretĂ© dans les sociĂ©tĂ©s occidentales. Il met en lumière de nombreux mĂ©canismes sociaux de sa reproduction, dont certains sont parfois contre-intuitifs.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont Ă©tĂ© publiĂ©s Ă  ce jour, par exemple dans la revue Lectures ainsi que sur le blog de Mediapart.  

 

Les transclasses ou la non-reproduction

Jaquet C., 2014, Les transclasses, ou la non-reproduction. Presses universitaires de France, 238p.

Cet ouvrage traite de la reproduction sociale en interrogeant son contraire (la non-reproduction) par la figure des transclasses, c’est-Ă -dire les individus ayant changĂ© de position sociale au cours de leur  vie (le nĂ©ologisme de transclasse Ă©voquant le transfuge sans lui attacher sa connotation nĂ©gative). Chantal Jaquet, professeure de philosophie Ă  l’UniversitĂ© Paris 1, reprend dans ce livre les Ă©lĂ©ments d’un sĂ©minaire organisĂ© Ă  la Sorbonne entre 2010 et 2013 pour interroger la thĂ©orie de la reproduction sociale par ce qui lui Ă©chappe. Elle prĂ©sente un registre de causes possibles (qu’elles soient personnelles, familiales, institutionnelles ou sociales), pour expliquer les destins individuels de passage d’une classe Ă  l’autre mais aussi la complexion du transclasse, sa position philosophique vis-Ă -vis de la sociĂ©tĂ© et le regard portĂ© sur en retour sur lui/elle. Elle le fait au moyen de concepts scientifiques issus de la philosophie, de rĂ©fĂ©rences sociologiques mais aussi d’œuvres littĂ©raires (autobiographiques ou de fiction).

L’apport principal de l’ouvrage selon moi est de rĂ©concilier le modèle gĂ©nĂ©ral de la reproduction sociale avec les trajectoires individuelles singulières qui dĂ©vient du cas gĂ©nĂ©ral, non en les considĂ©rant comme (statistiquement) exceptionnelles voire accidentelles mais en les rĂ©intĂ©grant dans une nĂ©cessitĂ© et une fonction issue du modèle lui-mĂŞme afin de se maintenir. L’analyse des affects et de la complexion du transclasse invitent Ă  mieux comprendre les questions d’identitĂ© et de recherche de reconnaissance qui concernent l’ensemble des individus en sociĂ©tĂ©, de manière plus ou moins prononcĂ©e.

 


 

L’ouvrage se compose d’une introduction, de deux parties thĂ©matiques et d’une conclusion. La première partie vise Ă  balayer plusieurs registres d’explications avancĂ©es pour rendre compte du passage d’une classe sociale Ă  une autre par des individus dans un contexte gĂ©nĂ©ral de reproduction sociale, en scrutant leurs caractĂ©ristiques individuelles, les institutions qui orientent leur ambition et leur Ă©ducation, ainsi que les relations interpersonnelles qui affectent leurs dĂ©sirs et leurs choix de changer de milieu. La seconde partie s’intĂ©resse Ă  la “complexion du transclasse“, c’est-Ă -dire aux “traits mobiles de sa personnalitĂ©” plutĂ´t qu’Ă  son identitĂ© (un concept qui reprĂ©sente mal l’adaptation et le changement qui caractĂ©risent le transclasse).

L’introduction de l’ouvrage pose la question traitĂ©e (et Ă  laquelle la conclusion viendra rĂ©pondre clairement, c’est Ă  noter!), Ă  savoir: si la thĂ©orie de la reproduction sociale est juste, pourquoi certains individus Ă©chappent-ils Ă  cette reproduction et comment gèrent-ils la dissonance entre leur habitus d’origine et les codes de leur nouveau milieu social? Autrement dit, l’exception infirme-t-elle ou confirme-t-elle la règle? En termes Ă©pistĂ©mologiques, cette question en appelle d’autres sur le traitement des  cas gĂ©nĂ©raux, particuliers et singuliers: « comment la philosophie, qui entend penser par concepts, pourrait-elle saisir les cas singuliers et rendre raison de la particularitĂ© ? Le concept doit recueillir le divers et l’unifier en synthĂ©tisant ce qu’il a de commun avec les autres cas d’espèce, faute de quoi il s’éparpille dans la multiplicitĂ©. Est-il vraiment possible de spĂ©culer sur la non-reproduction sans se perdre dans les nuĂ©es de l’abstraction ou les marais de l’empirie ? Peut-on Ă©laborer un concept du singulier, de l’individuel dans ce qu’il a d’irrĂ©ductible, viser une essence intime, saisir une libertĂ© dans son incarnation individuelle ? » (p.14). Les modèles mĂ©thodologiques proposĂ©s par Chantal Jaquet pour tenter de rĂ©soudre ce paradoxe proviennent principalement de trois sources: la philosophie (Spinoza, Pascal), la sociologie (Norbert Elias, Pierre Bourdieu, Louis Althusser) et la littĂ©rature: « il conviendra de privilĂ©gier des rĂ©cits auto-socio-biographiques, comme ceux d’Annie Ernaux, de Didier Eribon, ou Richard Hoggart, qui visent Ă  penser la vie ou le destin d’un individu en relation avec leur milieu comme une production du social et non comme l’avènement d’un moi coupĂ© de toute dĂ©termination extĂ©rieure » (p.19).

DiffĂ©rentes explications sont avancĂ©es pour rendre compte des causes de la non-reproduction dans la première partie de l’ouvrage. Bien que non-exclusives, ces explications sont prĂ©sentĂ©es par ordre apparemment dĂ©croissant de pertinence dans le propos de C. Jaquet. En premier lieu, et Ă  contre-courant des discours populaires sur la mĂ©ritocratie et les self made men, l’auteur Ă©voque mais rejette rapidement l’hypothèse de l’ambition comme “reine de la non-reproduction“. En effet, selon C. Jaquet l’ambition est la consĂ©quence plutĂ´t que la cause de la non-reproduction, puisqu’elle prĂ©suppose la connaissance, la reprĂ©sentation et le dĂ©sir d’un modèle diffĂ©rent de celui auquel la reproduction social promet l’individu. L’individu qui “se fait lui-mĂŞme” serait donc dĂ©jĂ  lui-mĂŞme diffĂ©rent lorsqu’il entreprend sa transition, puisqu’il dĂ©tient dĂ©jĂ  la combinaison d’une “dĂ©termination cognitive, l’idĂ©e d’un modèle, fĂ»t-elle confuse, et une dĂ©termination affective, le dĂ©sir de l’accomplir” (p.31), ce que n’ont pas forcĂ©ment les autres membres de son milieu d’origine. Pour expliquer l’Ă©mergence de modèles alternatifs chez les enfants devenus transclasses, l’auteur Ă©voque le rĂ´le de la famille et de l’Ă©cole. Ainsi, chez les enfants d’agriculteurs ou d’ouvriers, la prĂ©sence dans la famille de personnes ayant poursuivi leurs Ă©tudes avec succès amĂ©liorerait la perception des chances de rĂ©ussite par rapport aux statistiques globales. De mĂŞme, la rencontre d’instituteurs, de professeurs ou de camarades d’autres classes sociales par l’Ă©cole fournissent des modèles alternatifs aux enfants. Toutefois, C. Jaquet rappelle qu’il “serait illusoire de croire que la non-reproduction serait entièrement liĂ©e Ă  l’existence de clercs et de modèles scolaires imitĂ©s par les individus qui s’identifient Ă  eux par une sorte de phĂ©nomène transfĂ©rentiel et qui suivent leur exemple pour se frayer leur propre voie. Elle repose en effet sur des conditions Ă©conomiques et politiques, et en particulier sur la mise en place d’un programme d’instruction pour tous au sein d’écoles gratuites, laĂŻques et obligatoires, faute de quoi les Ă©tudes sont rĂ©servĂ©es aux seuls hĂ©ritiers. » (p.53). L’influence potentielle des institutions est toutefois mĂ©diĂ©e, selon l’auteur, par l’ensemble des rencontres et relations interpersonnelles qui orientent et magnifient le dĂ©sir d’un enfant de suivre l’un ou l’autre des modèles qui lui sont proposĂ©s. Le concept d’affect chez Spinoza permet ici Ă  la philosophe de traduire l’action des forces complexes qui font surgir dĂ©sirs et choix au cours de la trajectoire du transclasse. Enfin, l’auteur propose de voir dans la non-reproduction un stratagème du milieu pour se reproduire lui-mĂŞme:

L’ordre social est prĂ©servĂ© par l’expulsion d’un Ă©lĂ©ment qui le menace, qui introduit le dĂ©sordre, car il n’est pas conforme au modèle ambiant. […] La non-reproduction est [aussi] la forme singulière que peut prendre un refus collectif de la reproduction. En l’absence de rĂ©volte ouverte ou de rĂ©volution collective, c’est un cri sourd de protestation du corps familial dont un individu se fait l’écho et qu’il prend en charge parce que c’est la place qui lui a Ă©tĂ© assignĂ©e dans la fratrie. L’un des moteurs de la non-reproduction, c’est donc la volontĂ© de justice, enracinĂ©e dans l’humiliation subie et le dĂ©sir de la venger, volontĂ© de ne pas rĂ©pĂ©ter la mĂŞme vie de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. » p.78-84.

Au terme de cet inventaire de causes possibles, Chantal Jacquet plaide pour une conception relationnelle des transclasses avec leur milieu d’origine autant que de destination, mais aussi pour une conception intĂ©grĂ©e de la non-reproduction dans la thĂ©orie de la reproduction en concluant: “Il n’est d’exception que dans un environnement qui le permet, de sorte qu’un parcours atypique ne constitue pas une dĂ©viation ; il s’opère avec le concours du milieu, Ă  la croisĂ©e de ses impulsions et de ses rĂ©pulsions. Il n’est pas le fruit d’un dĂ©règlement, mais d’une combinaison de règles autres que celles qui prĂ©valent gĂ©nĂ©ralement. Le transclasse est moins un hĂ©ros solitaire qu’un hĂ©raut porteur d’aspirations personnelles et collectives, que ce soient celles de la famille, du village ou du quartier, de la race ou de la classe, du sexe ou du genre » (p.95). L’intĂ©gration des causes fait ici le pendant Ă  l’intĂ©gration du singulier dans le gĂ©nĂ©ral au niveau du processus analysĂ© dans l’ouvrage, ainsi qu’Ă  l’intĂ©gration des milieux dans la complexion du transclasse, qui fait l’objet de la seconde partie.

La complexion du transclasse est abordĂ©e sous deux angles opposĂ©s vis-Ă -vis de l’identitĂ©: elle traduit une perte avec la dĂ©sidentification autant qu’un excès dans l’entre-deux. Dans la sous-partie consacrĂ©e Ă  l’identification, C. Jaquet rappelle que le transclasse Ă©tant dĂ©fini par sa mutation et sa mobilitĂ©; il est donc malaisĂ© de lui reconnaĂ®tre un moi fixe et figĂ©, et donc une identitĂ© personnelle et sociale. En effet, reprenant la pensĂ©e de Pascal, l’auteur montre que les qualitĂ©s du transclasse Ă  un moment donnĂ© ne peuvent ĂŞtre et apparaĂ®tre que comme “empruntĂ©es”, voire fictionnelles. « Plus que tout autre, le transclasse Ă©prouve le sentiment de n’avoir pas d’identitĂ© fixe et figĂ©e, mais d’être d’une complexion flottante et flexible. […] Le passage d’une classe Ă  l’autre ne se rĂ©sume donc pas Ă  une simple assimilation thĂ©orique des us et des habitus, il requiert leur incorporation dans la pratique, ce que Bourdieu nomme l’apprentissage par corps » (p.124-32). L’emprunt du concept de passing Ă  la culture Ă©tasunienne – dans laquelle il dĂ©signe le processus par lequel un individu mĂ©tis se disposait Ă  se “faire passer” pour Blanc pour Ă©chapper Ă  la sĂ©grĂ©gation – permet de faire l’analogie avec les transclasses qui, dans leur nouveau milieu social, font l’expĂ©rience d’un passage par lequel ils adoptent et s’approprient de nouvelles habitudes, codes et signes, tout en adaptant et se dĂ©sadaptant des habitudes, codes et signes de leur milieu d’origine. Ce passage provoque Ă  la fois une perte d’identitĂ© et la crĂ©ation d’un rĂ©fĂ©rentiel double: « A la croisĂ©e des deux mondes, ils font l’épreuve d’une double distance, par rapport au milieu d’origine et par rapport au milieu d’arrivĂ©e » (p.140). L’introduction par la sociĂ©tĂ© de jugements de valeur entre ces deux points de repère induit le transclasse Ă  pouvoir ressentir honte ou fiertĂ©, selon que le milieu d’origine qu’il quitte est dominĂ© ou dominant, et selon la composition des affects auquel il est soumis. La rĂ©solution du conflit inhĂ©rent Ă  la complexion du transclasse passe, pour C. Jaquet, par la rĂ©appropriation de son passĂ©. “Cette rĂ©appropriation implique l’acceptation de ses origines et leur reconfiguration pour qu’elles apparaissent non plus comme une marque indĂ©lĂ©bile d’infamie, mais comme un moment historique de constitution de soi. La tentative d’unifier sa complexion passe donc par la transformation du dĂ©chirement en intĂ©gration, au double sens du terme, intĂ©gration dans le milieu d’évolution, intĂ©gration de l’origine dans la trajectoire d’arrivĂ©e » (p.196). Cette unification peut passer par la reconnaissance des dĂ©terminations qui prĂ©sident Ă  la sĂ©lection du transclasse, Ă  son orientation vers un autre monde et au passage lui-mĂŞme. En prime, l’unification de la complexion du transclasse ouvre des possibilitĂ©s crĂ©atives (Ă  la manière de Bourdieu dans sa sĂ©lection “d‘objet et d’approches inĂ©dites“) et dĂ©montre la plasticitĂ© du modèle de reproduction sociale.

La conclusion du livre de Chantal Jaquet insiste sur “l’interconnexion des causes” et l’interconnexion des individus qui Ă©voluent s’influençant les uns les autres. Elle rĂ©concilie ainsi la règle avec ses exceptions, qui la contrarient plutĂ´t qu’il ne la contredisent.

C’est pourquoi l’analyse de la complexion n’implique pas la récusation des habitus sociaux, mais leur inclusion dans une logique combinatoire plus vaste et plus complexe où l’enfance, l’histoire familiale, la place dans la fratrie, l’orientation sexuelle, la vie affective, les relations amicales et amoureuses, sont intégrées dans l’examen de la trajectoire. Le changement de classe sociale ne se résume ni à un transfert des habitus d’une classe dans l’autre ni à leur troc ou leur transplantation, car les dispositions premières sont parfois mises en sommeil ou restent au contraire au travail, sont modifiées et refondues au contact du milieu d’évolution » (p.220). 

 

J’ai particulièrement apprĂ©ciĂ© la logique combinatoire de la pensĂ©e exprimĂ©e dans cet ouvrage, pour qui les causes de la singularitĂ© de certaines trajectoires ne sont pas uniques et exclusives mais plutĂ´t le reflet unique d’une combinaison particulière de facteurs explicatifs. Ainsi, l’auteur suggère une voie entre la thĂ©orie gĂ©nĂ©ralisante et l’ethnographie singularisante pour reprĂ©senter les diffĂ©rences de trajectoires sociales. Le transfert de cette voie Ă  la modĂ©lisation des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques et urbaines me semble particulièrement prometteur tant la multiplicitĂ© des causes et de leur combinaison s’applique. En revanche, un aspect de l’ouvrage qui me semble nĂ©gligĂ© est celui de la non-symmĂ©trie des passages entre classes sociales. En effet, bien que le parti-pris annoncĂ© de l’auteur soit celui de traiter les trajectoires sociales “ascendantes” autant que “descendantes”, les exemples dĂ©veloppĂ©s dans l’ouvrage sont exclusivement ceux de transclasses socialement ascendants, ce qui amoindrit lĂ©gèrement la gĂ©nĂ©ralitĂ© du propos sur le passing comme processus symĂ©trique. En effet, les causes et mĂ©canismes dĂ©crits pour expliquer les affects des transclasses (la honte sociale issue de processus de domination par exemple) ne fonctionnent pas de manière symĂ©trique.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont Ă©tĂ© publiĂ©s, dans La Nouvelle Revue du Travail et le blog La philosophie au sens large.