Pour la recherche urbaine

Adisson F., Barles S., Blanc N., Coutard O., Frouillou L., Rassat F. (Eds.). (2020). Pour la recherche urbaine. CNRS Éditions via OpenEdition, 441p.

Pour la recherche urbaine est un ouvrage de prospective nationale de la recherche urbaine, initiĂ© par Sabine Barles, Nathalie Blanc et Olivier Coutard, sous l’Ă©gide du CNRS, dans le but de rĂ©flĂ©chir Ă  l’avenir de la recherche urbaine en France, au sein d’un collectif pluriel en termes d’approches, de points de vue, d’affiliations et d’anciennetĂ© de carriĂšre. BasĂ© sur les dĂ©bats de six journĂ©es d’Ă©tude et d’une Ă©cole thĂ©matique entre 2015 et 2016, cet ouvrage livre une synthĂšse riche de ce qui se fait actuellement dans la recherche française sur les villes, des questions nouvelles posĂ©es par les villes contemporaines et les processus qui s’y jouent, et enfin les directions  de recherche esquissĂ©es par les travaux et dĂ©bats rĂ©cents. La ville et la recherche urbaine y sont considĂ©rĂ©es dans leurs dimensions sociale, gĂ©ographique, Ă©conomique, matĂ©rielle, politique et environnementale. Cinquante-deux auteurs y ont pris part. CoordonnĂ© par les trois instigateurs ainsi que FĂ©lix Adisson, LeĂŻla Frouillou et Fanny Rassat, il a Ă©tĂ© publiĂ© cet Ă©tĂ© par CNRS Éditions et est accessible gratuitement en ligne. Il couvre en quatre grandes parties et seize chapitres les grands domaines de la recherche française sur les villes et propose des pistes de recherche, des questions et des propositions (thĂ©oriques, mĂ©thodologiques et organisationnelles) pour le futur de cette recherche. 

J’ai trouvĂ© la dĂ©marche de l’ouvrage trĂšs intĂ©ressante et sa lecture m’a beaucoup appris (autant sur les sujets qui me sont familiers que sur ceux qui ne le sont pas). Je trouve qu’il s’agit d’un outil indispensable pour les chercheurs francophones en Ă©tudes urbaines, jeunes ou plus confirmĂ©s, et en particulier lors de l’Ă©criture d’un projet de recherche. En effet, l’ouvrage permet, grĂące Ă  l’apport de regards complĂ©mentaires et collectifs sur questions urbaines, de fournir un Ă©tat de l’art de nombreuses questions scientifiques posĂ©es par les villes contemporaines, mais aussi de confronter son idĂ©e avec les perspectives de recherche Ă©bauchĂ©es dans les diffĂ©rents chapitres. Pour ces mĂȘmes raisons, la synthĂšse de cet ouvrage n’est pas aisĂ©e. Je vais donc tenter d’en livrer les principales lignes directrices plutĂŽt que de faire une revue chronologique des diffĂ©rents chapitres.

 


 

Tout d’abord, la richesse de l’ouvrage s’exprime par la diversitĂ© de nature des chapitres qui le composent.

Certains se prĂ©sentent principalement comme une revue thĂ©matique de la littĂ©rature. Ils offrent au lecteur un panorama de rĂ©fĂ©rences classiques et contemporaines sur un aspect de la recherche urbaine. C’est le cas selon moi du chapitre 1 sur les approches critiques, ou du chapitre 7 sur l’Ă©cologie urbaine (considĂ©rĂ©e ĂĄ la fois comme Ă©cologie dans la ville, et Ă©cologie de la ville).

D’autres chapitres proposent plutĂŽt une forme de position de recherche collective. C’est le cas par exemple du chapitre 3, dans lequel les autrices plaident pour l’usage de l’expĂ©rimentation comme mĂ©thode alternative de recherche urbaine, c’est-Ă -dire la prise en compte des citoyens, de leurs visions diverses de la ville, de leurs ressources vernaculaires et d’une forme d’improvisation dans la conduite des projets urbains. Le chapitre 9 prĂ©sente aussi certains aspects d’une position de recherche, en l’occurrence sur l’approche de la ville “par la rupture”. Les auteurs soutiennent que les crises (Ă©pidĂ©mies, attentats, sĂ©ismes) permettent de rĂ©vĂ©ler – et de donc de mieux comprendre – le fonctionnement et l’organisation des villes. “Aborder l’étude du risque par la crise pousse Ă  l’approcher Ă  partir des enjeux et de la fabrique de l’urbain. De ce fait, l’approche est plus dĂ©cloisonnĂ©e et interdisciplinaire, car aborder le risque par les alĂ©as tend Ă  disciplinariser l’étude, Ă  la segmenter en fonction de la nature de ces alĂ©as. [
] En effet, l’étude des risques urbains Ă  partir du phĂ©nomĂšne perturbateur transforme gĂ©nĂ©ralement celui-ci en principe actif, extĂ©rieur Ă  la sociĂ©tĂ© urbaine, faisant de cette derniĂšre un objet subissant. […] Envisager la crise en ville, […] C’est interroger l’urgence Ă  la fois comme condition de la gestion et comme Ă©preuve servant de justification des pratiques politiques et sociales nouvelles. […] C’est Ă©galement insister sur la rupture comme une accĂ©lĂ©ration du temps qui faire Ă©vĂ©nement et s’interroger sur le sens de cet Ă©vĂ©nement pour la ville“ (Sierra et al., chapitre 9, §2-4)

D’autres chapitres sont plus directement orientĂ©s vers une Ă©criture prospective. Ils identifient explicitement les angles morts et questions ouvertes de la recherche urbaine contemporaine. Dans le chapitre 5 sur les hiĂ©rarchies urbaines par exemple, les auteurs se demandent “jusqu’oĂč les grandes villes favorisent-elles la crĂ©ation d’une richesse qui peut ensuite ĂȘtre redistribuĂ©e? Jusqu’oĂč ne sont-elles pas au contraire gĂ©nĂ©ratrices de surcroĂźt d’inĂ©galitĂ©s? (Bisson et al., chapitre 5, §32); “les modĂšles de politiques urbaines qui [dĂ©coulent des recommandations de R. Florida] sont-ils adaptĂ©s aux centre des villes moyennes? (§17) ou encore “Y a-t-il des forces politiques qui incarnent les valeurs de l’imaginaire mĂ©tropolitain?” (§13). Sur le thĂšme des services urbains et de leur provision par les acteurs publics, le chapitre 10 propose aussi de nombreuses interrogations et de pistes de recherche. Le chapitre 16 livre quant Ă  lui un travail prospectif Ă  propos de la circulation des modĂšles urbains.

Enfin, le chapitre 4 se distingue du reste de l’ouvrage par sa forme. PlutĂŽt qu’un exercice collectif d’Ă©criture sur un thĂšme donnĂ©, il rend compte de discussions ayant eu lieu lors d’une table ronde sur l’avenir de la recherche urbaine.

 

En termes de sujets abordĂ©s, il est intĂ©ressant de noter que trois fils rouges apparaissent dans la majoritĂ© des chapitres de l’ouvrage, que se soit comme objets, facteurs ou ressources de la recherche urbaine : la comparaison entre villes “du Nord” et villes “du Sud”, la problĂ©matique environnementale et la question du numĂ©rique. Ainsi, les villes du Sud sont Ă©voquĂ©es, non plus seulement en lien avec le dĂ©veloppement Ă©conomique, mais pour introduire l’importance des donnĂ©es massives dans la construction de politiques publiques de planification (Chapitre 2), pour insister sur les enjeux de mobilitĂ© durable dans les villes dont l’Ă©talement se poursuit (Chapitre 5), sur l’enjeux d’une notion floue comme celle de rĂ©silience sur les financements institutionnels dirigĂ©s vers les villes qui la promeuvent (Chapitre 9) ou encore Ă  propos des mobilisations citadines (Chapitre 12). Par ailleurs, les non-humains – animaux et vĂ©gĂ©taux – sont plutĂŽt bien reprĂ©sentĂ©s dans cet ouvrage, en ce qu’ils permettent d’envisager de nouvelles dĂ©finitions de la ville (Chapitre 6) ou de mieux comprendre son fonctionnement Ă©cologique (Chapitre 7). La dimension matĂ©rielle  de la ville est aussi mise Ă  l’honneur, notamment dans la deuxiĂšme partie du livre. Le chapitre 1 l’envisage comme un marqueur de certaines approches critiques, le chapitre 8 s’en empare pour dĂ©crire le mĂ©tabolisme urbain, le chapitre 9 s’en sert pour analyser les consĂ©quences des crises urbaines et le chapitre 13 pour rĂ©vĂ©ler les dispositifs sociotechniques de la production urbaine. Enfin, l’urban gĂ©nĂ©ralisĂ© et de la gestion des communs sont Ă©voquĂ©s Ă  plusieurs reprises mais plutĂŽt comme des thĂšmes problĂ©matiques ou non rĂ©solus de la recherche urbaine française.

En termes d’approches, l’ouvrage fait la part belle Ă  l’Ă©tude des acteurs (de la production et de la gestion urbaine [chapitres 13 et 14], des luttes [chapitre 12], du foncier [chapitre 15], de la transition Ă©cologique [chapitre 7], des services urbains [chapitre 10], de la circulation des modĂšles [chapitre 16], de la recherche [chapitre 4]), de leur trajectoire (notamment dans le chapitre 11 consacrĂ© Ă  la diversitĂ© ou dans le chapitre 12 consacrĂ© aux mobilisations) et de leur visibilitĂ© (mentionnĂ©es dans les chapitre 11 Ă  14 en particulier). La notion de visibilitĂ© est aussi mobilisĂ©e dans le chapitre 16 sur la circulation des modĂšles urbains : “Y a-t-il une concentration des Ă©tudes sur certains exemples emblĂ©matiques de logique entrepreneuriale (tels les mĂ©gaprojets, les waterfronts ou les business improvement districts) et une focalisation sur certains contextes gĂ©ographiques, notamment les grandes villes (du Nord et du Sud) au dĂ©triment d’initiatives moins visibles ou de certains contextes moins Ă©tudiĂ©s et moins mĂ©diatisĂ©s qui pourraient venir infirmer les hypothĂšses d’une hĂ©gĂ©monie des modĂšles nĂ©olibĂ©raux ?” (Lemaire et al., chapitre 16, §32). Les autres mĂ©thodologies abordĂ©es dans l’ouvrages sont diverses et complĂ©mentaires : des critical studies du chapitre 1 Ă  la mĂ©thode abductive pour analyses les donnĂ©es massives (chapitre 2) et Ă  l’expĂ©rimentation (chapitre 3).

En termes d’Ă©chelles gĂ©ographiques, la recherche urbaine passĂ©e, prĂ©sente et future est envisagĂ©e depuis l’Ă©chelon du bĂątiment (cf. les toits vĂ©gĂ©talisĂ©s dans le chapitre 7) Ă  celle du monde (cf., les marchĂ©s financiers globaux dans le chapitre 15), en passant par les quartiers (chapitres 11 et 16 par exemple), les municipalitĂ©s (chapitres 9, 13 et 15 par exemple) et les unitĂ©s fonctionnelles plus larges (chapitres 6 et 7 par exemple).

En termes de contexte institutionnel de la recherche urbaine, l’ouvrage insiste sur les effets nĂ©fastes des nouveaux modes de financement de la recherche urbaine sur les objets et terrains Ă©tudiĂ©s, notamment par les jeunes chercheurs (cf. chapitre 4). Ce sujet est convoquĂ© dĂšs l’introduction: “En premier lieu, nous souhaitons redire ici l’importance de s’attacher Ă  favoriser une plus grande pluralitĂ© des thĂ©matiques financĂ©es par les appels Ă  projets incitatifs. [
]. DeuxiĂšmement, et indissociablement du point prĂ©cĂ©dent, il convient de dĂ©velopper les financements non thĂ©matisĂ©s (appels Ă  projets blancs ou sur des thĂ©matiques larges) pour permettre aux Ă©quipes de sortir des sentiers battus et des sujets rebattus. TroisiĂšmement, une revalorisation importante des crĂ©dits de base des Ă©quipes et le dĂ©veloppement de formes de financement pluriannuelles, au-delĂ  du format typique (3-4 ans) des projets ANR, voire dĂ©barrassĂ©es de la logique compĂ©titive des appels Ă  projets, seraient plus cohĂ©rents avec le temps long de la recherche (surtout quand elle se veut interdisciplinaire) et des changements urbains.” (Adisson et al., introduction, §25). La collaboration interdisciplinaire avec les “sciences dures” (informatique, ingĂ©nierie, physique, biologie) est interrogĂ©e dans le chapitre 2, tandis que le chapitre 4 analyse l’importance de l’organisation de la recherche sur les production scientifiques. En particulier, “et c’est le […] paradoxe, les thĂ©matiques de la recherche urbaine sont foisonnantes et les Ă©vĂ©nements scientifiques sont nombreux, mais l’hyperspĂ©cialisation conduit Ă  un manque de dĂ©bats transversaux et thĂ©oriques ainsi que d’espaces et de temps pour les structurer.” (Adisson et al., chapitre 4, §37-8)

 

Cet ouvrage se rĂ©vĂšle comme un beau plaidoyer “pour la recherche urbaine” collective, plurielle, interdisciplinaire et critique. Il retravaille des questions trĂšs classiques sous des angles nouveaux (‘L’urbain par ses limites’ dans le chapitre 6 ou la sĂ©grĂ©gation par la diversitĂ© dans le chapitre 11) et propose des analyses de questions nouvellement classiques (comme celle des smart cities  dans le chapitre 2 ou celle des mobilisations citadines dans le chapitre 12). On pourrait  toutefois interroger le choix de mener une prospective de la recherche urbaine nationale sans questionner ou expliciter l’existence (ou non) d’une spĂ©cificitĂ© française de cette recherche.

Pour mon projet sur les inĂ©galitĂ©s urbaines, le chapitre 5 est venu conforter mon opinion que les inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques dans et entre villes mĂ©ritent une attention plus grande et que la recherche urbaine reste encore largement Ă  faire sur ce sujet. Je souscris donc tout Ă  fait Ă  l’appel de B. Bisson et al. :

“Quelle est la contribution exacte des villes Ă  ces inĂ©galitĂ©s ? Les villes permettent-elles de maximiser la richesse collective et donc les revenus Ă  distribuer comme le soutiennent les thĂšses sur la surproductivitĂ© des mĂ©tropoles ? Dans ce cas, le problĂšme des inĂ©galitĂ©s pourrait ĂȘtre corrigĂ© par des mĂ©canismes de redistribution. Mais une autre hypothĂšse peut ĂȘtre faite : les grandes concentrations urbaines ne seraient-elles pas la cause du problĂšme ? [
] Piketty a prolongĂ© ses analyses en soulignant une dynamique de concentration spatiale d’un capital devenu patrimonial. Il a notamment appelĂ© dans un rĂ©cent article des Annales Ă  approfondir « […] les dimensions gĂ©ographiques et spatiales du capital et les effets d’échelle » (Piketty 2015, p. 132). Cet appel, qui esquisse de nouveaux champs de recherche, mĂ©rite d’ĂȘtre entendu par les Ă©tudes urbaines pour approfondir les connaissances sur les mĂ©canismes de production des inĂ©galitĂ©s, notamment monĂ©taires, au sein des villes et de leurs relations pensĂ©es Ă  l’échelle des systĂšmes urbains.” (Bisson et al., chapitre 4, §36)

 


 

Je partage ici, le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

À ce jour, je n’ai pas connaissance d’autres comptes-rendus de cet ouvrage.