Les transclasses ou la non-reproduction

Jaquet C., 2014, Les transclasses, ou la non-reproduction. Presses universitaires de France, 238p.

Cet ouvrage traite de la reproduction sociale en interrogeant son contraire (la non-reproduction) par la figure des transclasses, c’est-Ă -dire les individus ayant changĂ© de position sociale au cours de leur  vie (le nĂ©ologisme de transclasse Ă©voquant le transfuge sans lui attacher sa connotation nĂ©gative). Chantal Jaquet, professeure de philosophie Ă  l’UniversitĂ© Paris 1, reprend dans ce livre les Ă©lĂ©ments d’un sĂ©minaire organisĂ© Ă  la Sorbonne entre 2010 et 2013 pour interroger la thĂ©orie de la reproduction sociale par ce qui lui Ă©chappe. Elle prĂ©sente un registre de causes possibles (qu’elles soient personnelles, familiales, institutionnelles ou sociales), pour expliquer les destins individuels de passage d’une classe Ă  l’autre mais aussi la complexion du transclasse, sa position philosophique vis-Ă -vis de la sociĂ©tĂ© et le regard portĂ© sur en retour sur lui/elle. Elle le fait au moyen de concepts scientifiques issus de la philosophie, de rĂ©fĂ©rences sociologiques mais aussi d’œuvres littĂ©raires (autobiographiques ou de fiction).

L’apport principal de l’ouvrage selon moi est de rĂ©concilier le modèle gĂ©nĂ©ral de la reproduction sociale avec les trajectoires individuelles singulières qui dĂ©vient du cas gĂ©nĂ©ral, non en les considĂ©rant comme (statistiquement) exceptionnelles voire accidentelles mais en les rĂ©intĂ©grant dans une nĂ©cessitĂ© et une fonction issue du modèle lui-mĂŞme afin de se maintenir. L’analyse des affects et de la complexion du transclasse invitent Ă  mieux comprendre les questions d’identitĂ© et de recherche de reconnaissance qui concernent l’ensemble des individus en sociĂ©tĂ©, de manière plus ou moins prononcĂ©e.

 


 

L’ouvrage se compose d’une introduction, de deux parties thĂ©matiques et d’une conclusion. La première partie vise Ă  balayer plusieurs registres d’explications avancĂ©es pour rendre compte du passage d’une classe sociale Ă  une autre par des individus dans un contexte gĂ©nĂ©ral de reproduction sociale, en scrutant leurs caractĂ©ristiques individuelles, les institutions qui orientent leur ambition et leur Ă©ducation, ainsi que les relations interpersonnelles qui affectent leurs dĂ©sirs et leurs choix de changer de milieu. La seconde partie s’intĂ©resse Ă  la “complexion du transclasse“, c’est-Ă -dire aux “traits mobiles de sa personnalitĂ©” plutĂ´t qu’Ă  son identitĂ© (un concept qui reprĂ©sente mal l’adaptation et le changement qui caractĂ©risent le transclasse).

L’introduction de l’ouvrage pose la question traitĂ©e (et Ă  laquelle la conclusion viendra rĂ©pondre clairement, c’est Ă  noter!), Ă  savoir: si la thĂ©orie de la reproduction sociale est juste, pourquoi certains individus Ă©chappent-ils Ă  cette reproduction et comment gèrent-ils la dissonance entre leur habitus d’origine et les codes de leur nouveau milieu social? Autrement dit, l’exception infirme-t-elle ou confirme-t-elle la règle? En termes Ă©pistĂ©mologiques, cette question en appelle d’autres sur le traitement des  cas gĂ©nĂ©raux, particuliers et singuliers: « comment la philosophie, qui entend penser par concepts, pourrait-elle saisir les cas singuliers et rendre raison de la particularitĂ© ? Le concept doit recueillir le divers et l’unifier en synthĂ©tisant ce qu’il a de commun avec les autres cas d’espèce, faute de quoi il s’éparpille dans la multiplicitĂ©. Est-il vraiment possible de spĂ©culer sur la non-reproduction sans se perdre dans les nuĂ©es de l’abstraction ou les marais de l’empirie ? Peut-on Ă©laborer un concept du singulier, de l’individuel dans ce qu’il a d’irrĂ©ductible, viser une essence intime, saisir une libertĂ© dans son incarnation individuelle ? » (p.14). Les modèles mĂ©thodologiques proposĂ©s par Chantal Jaquet pour tenter de rĂ©soudre ce paradoxe proviennent principalement de trois sources: la philosophie (Spinoza, Pascal), la sociologie (Norbert Elias, Pierre Bourdieu, Louis Althusser) et la littĂ©rature: « il conviendra de privilĂ©gier des rĂ©cits auto-socio-biographiques, comme ceux d’Annie Ernaux, de Didier Eribon, ou Richard Hoggart, qui visent Ă  penser la vie ou le destin d’un individu en relation avec leur milieu comme une production du social et non comme l’avènement d’un moi coupĂ© de toute dĂ©termination extĂ©rieure » (p.19).

DiffĂ©rentes explications sont avancĂ©es pour rendre compte des causes de la non-reproduction dans la première partie de l’ouvrage. Bien que non-exclusives, ces explications sont prĂ©sentĂ©es par ordre apparemment dĂ©croissant de pertinence dans le propos de C. Jaquet. En premier lieu, et Ă  contre-courant des discours populaires sur la mĂ©ritocratie et les self made men, l’auteur Ă©voque mais rejette rapidement l’hypothèse de l’ambition comme “reine de la non-reproduction“. En effet, selon C. Jaquet l’ambition est la consĂ©quence plutĂ´t que la cause de la non-reproduction, puisqu’elle prĂ©suppose la connaissance, la reprĂ©sentation et le dĂ©sir d’un modèle diffĂ©rent de celui auquel la reproduction social promet l’individu. L’individu qui “se fait lui-mĂŞme” serait donc dĂ©jĂ  lui-mĂŞme diffĂ©rent lorsqu’il entreprend sa transition, puisqu’il dĂ©tient dĂ©jĂ  la combinaison d’une “dĂ©termination cognitive, l’idĂ©e d’un modèle, fĂ»t-elle confuse, et une dĂ©termination affective, le dĂ©sir de l’accomplir” (p.31), ce que n’ont pas forcĂ©ment les autres membres de son milieu d’origine. Pour expliquer l’Ă©mergence de modèles alternatifs chez les enfants devenus transclasses, l’auteur Ă©voque le rĂ´le de la famille et de l’Ă©cole. Ainsi, chez les enfants d’agriculteurs ou d’ouvriers, la prĂ©sence dans la famille de personnes ayant poursuivi leurs Ă©tudes avec succès amĂ©liorerait la perception des chances de rĂ©ussite par rapport aux statistiques globales. De mĂŞme, la rencontre d’instituteurs, de professeurs ou de camarades d’autres classes sociales par l’Ă©cole fournissent des modèles alternatifs aux enfants. Toutefois, C. Jaquet rappelle qu’il “serait illusoire de croire que la non-reproduction serait entièrement liĂ©e Ă  l’existence de clercs et de modèles scolaires imitĂ©s par les individus qui s’identifient Ă  eux par une sorte de phĂ©nomène transfĂ©rentiel et qui suivent leur exemple pour se frayer leur propre voie. Elle repose en effet sur des conditions Ă©conomiques et politiques, et en particulier sur la mise en place d’un programme d’instruction pour tous au sein d’écoles gratuites, laĂŻques et obligatoires, faute de quoi les Ă©tudes sont rĂ©servĂ©es aux seuls hĂ©ritiers. » (p.53). L’influence potentielle des institutions est toutefois mĂ©diĂ©e, selon l’auteur, par l’ensemble des rencontres et relations interpersonnelles qui orientent et magnifient le dĂ©sir d’un enfant de suivre l’un ou l’autre des modèles qui lui sont proposĂ©s. Le concept d’affect chez Spinoza permet ici Ă  la philosophe de traduire l’action des forces complexes qui font surgir dĂ©sirs et choix au cours de la trajectoire du transclasse. Enfin, l’auteur propose de voir dans la non-reproduction un stratagème du milieu pour se reproduire lui-mĂŞme:

L’ordre social est prĂ©servĂ© par l’expulsion d’un Ă©lĂ©ment qui le menace, qui introduit le dĂ©sordre, car il n’est pas conforme au modèle ambiant. […] La non-reproduction est [aussi] la forme singulière que peut prendre un refus collectif de la reproduction. En l’absence de rĂ©volte ouverte ou de rĂ©volution collective, c’est un cri sourd de protestation du corps familial dont un individu se fait l’écho et qu’il prend en charge parce que c’est la place qui lui a Ă©tĂ© assignĂ©e dans la fratrie. L’un des moteurs de la non-reproduction, c’est donc la volontĂ© de justice, enracinĂ©e dans l’humiliation subie et le dĂ©sir de la venger, volontĂ© de ne pas rĂ©pĂ©ter la mĂŞme vie de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. » p.78-84.

Au terme de cet inventaire de causes possibles, Chantal Jacquet plaide pour une conception relationnelle des transclasses avec leur milieu d’origine autant que de destination, mais aussi pour une conception intĂ©grĂ©e de la non-reproduction dans la thĂ©orie de la reproduction en concluant: “Il n’est d’exception que dans un environnement qui le permet, de sorte qu’un parcours atypique ne constitue pas une dĂ©viation ; il s’opère avec le concours du milieu, Ă  la croisĂ©e de ses impulsions et de ses rĂ©pulsions. Il n’est pas le fruit d’un dĂ©règlement, mais d’une combinaison de règles autres que celles qui prĂ©valent gĂ©nĂ©ralement. Le transclasse est moins un hĂ©ros solitaire qu’un hĂ©raut porteur d’aspirations personnelles et collectives, que ce soient celles de la famille, du village ou du quartier, de la race ou de la classe, du sexe ou du genre » (p.95). L’intĂ©gration des causes fait ici le pendant Ă  l’intĂ©gration du singulier dans le gĂ©nĂ©ral au niveau du processus analysĂ© dans l’ouvrage, ainsi qu’Ă  l’intĂ©gration des milieux dans la complexion du transclasse, qui fait l’objet de la seconde partie.

La complexion du transclasse est abordĂ©e sous deux angles opposĂ©s vis-Ă -vis de l’identitĂ©: elle traduit une perte avec la dĂ©sidentification autant qu’un excès dans l’entre-deux. Dans la sous-partie consacrĂ©e Ă  l’identification, C. Jaquet rappelle que le transclasse Ă©tant dĂ©fini par sa mutation et sa mobilitĂ©; il est donc malaisĂ© de lui reconnaĂ®tre un moi fixe et figĂ©, et donc une identitĂ© personnelle et sociale. En effet, reprenant la pensĂ©e de Pascal, l’auteur montre que les qualitĂ©s du transclasse Ă  un moment donnĂ© ne peuvent ĂŞtre et apparaĂ®tre que comme “empruntĂ©es”, voire fictionnelles. « Plus que tout autre, le transclasse Ă©prouve le sentiment de n’avoir pas d’identitĂ© fixe et figĂ©e, mais d’être d’une complexion flottante et flexible. […] Le passage d’une classe Ă  l’autre ne se rĂ©sume donc pas Ă  une simple assimilation thĂ©orique des us et des habitus, il requiert leur incorporation dans la pratique, ce que Bourdieu nomme l’apprentissage par corps » (p.124-32). L’emprunt du concept de passing Ă  la culture Ă©tasunienne – dans laquelle il dĂ©signe le processus par lequel un individu mĂ©tis se disposait Ă  se “faire passer” pour Blanc pour Ă©chapper Ă  la sĂ©grĂ©gation – permet de faire l’analogie avec les transclasses qui, dans leur nouveau milieu social, font l’expĂ©rience d’un passage par lequel ils adoptent et s’approprient de nouvelles habitudes, codes et signes, tout en adaptant et se dĂ©sadaptant des habitudes, codes et signes de leur milieu d’origine. Ce passage provoque Ă  la fois une perte d’identitĂ© et la crĂ©ation d’un rĂ©fĂ©rentiel double: « A la croisĂ©e des deux mondes, ils font l’épreuve d’une double distance, par rapport au milieu d’origine et par rapport au milieu d’arrivĂ©e » (p.140). L’introduction par la sociĂ©tĂ© de jugements de valeur entre ces deux points de repère induit le transclasse Ă  pouvoir ressentir honte ou fiertĂ©, selon que le milieu d’origine qu’il quitte est dominĂ© ou dominant, et selon la composition des affects auquel il est soumis. La rĂ©solution du conflit inhĂ©rent Ă  la complexion du transclasse passe, pour C. Jaquet, par la rĂ©appropriation de son passĂ©. “Cette rĂ©appropriation implique l’acceptation de ses origines et leur reconfiguration pour qu’elles apparaissent non plus comme une marque indĂ©lĂ©bile d’infamie, mais comme un moment historique de constitution de soi. La tentative d’unifier sa complexion passe donc par la transformation du dĂ©chirement en intĂ©gration, au double sens du terme, intĂ©gration dans le milieu d’évolution, intĂ©gration de l’origine dans la trajectoire d’arrivĂ©e » (p.196). Cette unification peut passer par la reconnaissance des dĂ©terminations qui prĂ©sident Ă  la sĂ©lection du transclasse, Ă  son orientation vers un autre monde et au passage lui-mĂŞme. En prime, l’unification de la complexion du transclasse ouvre des possibilitĂ©s crĂ©atives (Ă  la manière de Bourdieu dans sa sĂ©lection “d‘objet et d’approches inĂ©dites“) et dĂ©montre la plasticitĂ© du modèle de reproduction sociale.

La conclusion du livre de Chantal Jaquet insiste sur “l’interconnexion des causes” et l’interconnexion des individus qui Ă©voluent s’influençant les uns les autres. Elle rĂ©concilie ainsi la règle avec ses exceptions, qui la contrarient plutĂ´t qu’il ne la contredisent.

C’est pourquoi l’analyse de la complexion n’implique pas la récusation des habitus sociaux, mais leur inclusion dans une logique combinatoire plus vaste et plus complexe où l’enfance, l’histoire familiale, la place dans la fratrie, l’orientation sexuelle, la vie affective, les relations amicales et amoureuses, sont intégrées dans l’examen de la trajectoire. Le changement de classe sociale ne se résume ni à un transfert des habitus d’une classe dans l’autre ni à leur troc ou leur transplantation, car les dispositions premières sont parfois mises en sommeil ou restent au contraire au travail, sont modifiées et refondues au contact du milieu d’évolution » (p.220). 

 

J’ai particulièrement apprĂ©ciĂ© la logique combinatoire de la pensĂ©e exprimĂ©e dans cet ouvrage, pour qui les causes de la singularitĂ© de certaines trajectoires ne sont pas uniques et exclusives mais plutĂ´t le reflet unique d’une combinaison particulière de facteurs explicatifs. Ainsi, l’auteur suggère une voie entre la thĂ©orie gĂ©nĂ©ralisante et l’ethnographie singularisante pour reprĂ©senter les diffĂ©rences de trajectoires sociales. Le transfert de cette voie Ă  la modĂ©lisation des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques et urbaines me semble particulièrement prometteur tant la multiplicitĂ© des causes et de leur combinaison s’applique. En revanche, un aspect de l’ouvrage qui me semble nĂ©gligĂ© est celui de la non-symmĂ©trie des passages entre classes sociales. En effet, bien que le parti-pris annoncĂ© de l’auteur soit celui de traiter les trajectoires sociales “ascendantes” autant que “descendantes”, les exemples dĂ©veloppĂ©s dans l’ouvrage sont exclusivement ceux de transclasses socialement ascendants, ce qui amoindrit lĂ©gèrement la gĂ©nĂ©ralitĂ© du propos sur le passing comme processus symĂ©trique. En effet, les causes et mĂ©canismes dĂ©crits pour expliquer les affects des transclasses (la honte sociale issue de processus de domination par exemple) ne fonctionnent pas de manière symĂ©trique.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont Ă©tĂ© publiĂ©s, dans La Nouvelle Revue du Travail et le blog La philosophie au sens large.