Géographie des Inégalités

George P., 1981, Géographie des inégalités, Paris, Que Sais-Je, Presses Universitaires de France, 127p.

Alors que je dĂ©marrais un projet Ă©ditorial sur le thĂšme de la gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, j’ai cherchĂ© les ouvrages existants (en français) sur le sujet et trouvĂ© en premiĂšre place ce petit volume de Pierre George datant de 1981. Je ne connaissais pas le travail du gĂ©ographe sur ce sujet, ayant plutĂŽt cĂŽtoyĂ© ses Ă©crits sur l’URSS, les villes et la gĂ©ographie Ă©conomique. Au moment oĂč je cherchais ce Que Sais-Je devenu rare (seuls 15% de l’ouvrage peuvent ĂȘtre lus sur Gallica), Denise Pumain en trouvait une copie dans une bibliothĂšque familiale et m’envoyait un scan de la conclusion, sans concertation mais Ă  point nommĂ©. J’ai depuis empruntĂ© le volume et lu ce texte datant de presque quarante ans. Il me conforte dans l’idĂ©e de renouveler l’exercice aujourd’hui, car certains faits et processus ont changĂ©, mais j’ai Ă©tĂ© aussi Ă©tonnĂ©e de son actualitĂ© et de la prĂ©sence dĂ©jĂ  ancienne de questions toujours non rĂ©solues dans la gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, et en premier lieu celle, sur laquelle je reviendrai, de l’importance de l’Ă©chelle gĂ©ographique dans la prĂ©sentation, la comprĂ©hension et la reprĂ©sentation des inĂ©galitĂ©s.

PubliĂ© chez PUF dans la collection Que Sais-Je, cet ouvrage est vu par P. George comme une actualisation de son opus GĂ©ographie de la Consommation dans la mĂȘme collection vingt ans plus tĂŽt, et qui abordait les diffĂ©rences nationales en termes de niveau de consommation, contrastant des espaces de sous-consommation et des espaces de sur-consommation. “Il a paru plus conforme aux circonstances de reprendre la question en amont et de proposer Ă  des recherches plus approfondies une prise en compte des facteurs de diffĂ©renciation des consommations Ă  l’Ă©chelle de la gĂ©ographie gĂ©nĂ©rale, mais aussi des espaces plus concrets de la vie quotidienne, Il en est issu l’idĂ©e d’une GĂ©ographie des InĂ©galitĂ©s.” (p.4). Cette approche des niveaux de vie par les conditions matĂ©rielles de leur rĂ©alisation est un point important de l’ouvrage et n’est pas Ă©tranger aux propositions d’A. Sen sur les capabilitĂ©s, mais il peut surprendre dans le contexte actuel oĂč la majoritĂ© des ouvrages sur les inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques prennent pour acquis l’usage des variables de revenus, de salaires et de patrimoine pour dĂ©crire les inĂ©galitĂ©s. Dans cet ouvrage, l’auteur aborde aussi bien les niveaux de production agricole que ceux de la consommation alimentaire pour dĂ©crire les inĂ©galitĂ©s entre groupes sociaux situĂ©s sur des espaces diffĂ©rents (diffĂ©renciation internationale, opposition urbain-rural) mais aussi les inĂ©galitĂ©s entre groupes sociaux d’un mĂȘme espace (les grandes villes notamment).

 


 

L’ouvrage se compose d’une introduction et d’une conclusion, sĂ©parĂ©es par trois chapitres : un premier chapitre est consacrĂ© au “pays industriels”, un second Ă  “la pauvretĂ©” et un dernier (“une nouvelle donne?”) au dĂ©veloppement Ă©conomique et ses consĂ©quences en termes de nouveaux Ă©quilibres mondiaux des inĂ©galitĂ©s.

DĂšs l’introduction, la question des Ă©chelles gĂ©ographiques dans la perception, la comprĂ©hension et l’analyse des inĂ©galitĂ©s apparaĂźt comme centrale. Selon P. George, “l’espace est fait d’unitĂ©s prĂ©sentant certains caractĂšres d’homogĂ©nĂ©itĂ©, emboĂźtĂ©es les unes dans les autres. A l’intĂ©rieur de chacune d’elles se diffĂ©rencient des secteurs d’inĂ©galitĂ©s. Une gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, comme toute gĂ©ographie, s’articule donc suivant diverses Ă©chelles. Il y a autant de nĂ©cessitĂ© Ă  prendre en compte dans une ville ou dans une rĂ©gion les diffĂ©renciations sociales de l’occupation et de la maĂźtrise de l’espace qu’Ă  mesurer les Ă©carts entre de grands ensembles continentaux.” (p.8). La dĂ©finition des inĂ©galitĂ©s est ici rendue par l’idĂ©e de diffĂ©renciation entre zones homogĂšnes. Le parti est pris dĂšs le dĂ©but de l’ouvrage de s’intĂ©resser avant tout aux inĂ©galitĂ©s (et donc aux diffĂ©renciations) de niveau de vie Ă©conomique: “Quel que soit le caractĂšre choquant des discriminations liĂ©es Ă  la naissance ou Ă  l’appartenance Ă  une collectivitĂ© ethno-culturelle, les grands contrastes de conditions de vie et mĂȘme, Ă  la base, de chances de survie, reposent sur la rĂ©partition des moyens d’existence. [
] ConcrĂštement, les clivages les plus perceptibles des inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques et sociales se projettent sur l’utilisation de l’espace.” (p.7). L’objectif de cette gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s est donc de prĂ©senter les inĂ©galitĂ©s Ă©conomiques mondiales Ă  travers la lecture des diffĂ©renciations spatiales produites par les sociĂ©tĂ©s Ă  diffĂ©rentes Ă©chelles.

Le premier chapitre brosse une gĂ©ographie de la richesse et des inĂ©galitĂ©s des pays industriels – c’est-Ă -dire principalement de l’Europe, du Japon, de l’AmĂ©rique du Nord et du bloc socialiste de l’Ă©poque – en deux Ă©tapes. La premiĂšre partie du chapitre dĂ©crit le niveau de richesse absolu des Etats concernĂ©s, en se rĂ©fĂ©rant Ă  leur niveau de vie et de consommation, mais aussi Ă  la structure sociale de la sociĂ©tĂ©, qualifiĂ©e “de classes moyennes”. L’ouvrage a cette qualitĂ© de ramener systĂ©matiquement la distribution des richesses Ă  leur projection dans l’espace. Par exemple:

“En France, l’Ă©cart officiel est de l’ordre de 1 Ă  7 entre le salaire minimum garanti et les Ă©moluments d’un cadre supĂ©rieur. La hiĂ©rarchie des revenus rĂ©els et sa rĂ©partition sont en fait toutes diffĂ©rentes – autant du fait des inexactitudes Ă  la base que des sous-Ă©valuations au sommet – et se projette sur une Ă©chelle beaucoup plus Ă©tirĂ©e et gĂ©nĂ©ralement dĂ©calĂ©e dans l’ensemble vers le haut. En premier lieu, les conditions d’une famille peuvent varier sensiblement suivant qu’il est possible ou non dans un mĂȘme lieu de rĂ©unir plusieurs salaires par mĂ©nages. Les rĂ©gions ou les villes qui n’offrent qu’un type d’activitĂ©, et notamment que des activitĂ©s masculines, sont pĂ©nalisĂ©es par rapport Ă  celles oĂč tous les Ă©lĂ©ments d’Ăąge actif d’une famille peuvent exercer un emploi rĂ©munĂ©rĂ©. C’est notamment le cas des pays miniers ou des rĂ©gions d’activitĂ©s industrielles Ă  forte majoritĂ© d’emplois masculins (sidĂ©rurgie en particulier).” (p.24)

L’auteur opĂšre ensuite une dĂ©clinaison scalaire de ces niveaux de vie au sein des pays industriels. “On doit prendre en compte toute une hiĂ©rarchie de situations qui se projette dans l’espace Ă  des Ă©chelles diffĂ©rentes: inĂ©galitĂ©s entre villes et campagnes qui engendrent l’exode rural, inĂ©galitĂ©s entre petites villes et grandes villes, inĂ©galitĂ©s entre rĂ©gions rurales Ă  forte productivitĂ© (et Ă  population relativement nombreuse) et rĂ©gions rurales Ă  basse productivitĂ©, inĂ©galitĂ©s entre rĂ©gions Ă  intĂ©gration industrielle multiforme assurant diversitĂ© et relĂšve d’emplois et rĂ©gions mono-industrielles exposĂ©es aux crises conjoncturelles et techniques” (p.34-5). La seconde partie du chapitre Ă©voque les dĂ©fis de ces Etats pourtant privilĂ©giĂ©s relativement Ă  l’Ă©chelle mondiale, au travers de l’injonction Ă  la croissance illimitĂ©e et des crises successives. Une mention est faite aux pays socialistes, qui ne sont pas pour autant fondamentalement distinguĂ©s des pays industriels dans cette gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s. “Le principe organique de la sociĂ©tĂ© [socialiste] est une rĂ©partition Ă©galitaire des revenus sectoriels modulĂ©e en fonction de la qualitĂ© de l’activitĂ© exercĂ©e. Dans la pratique, des avantages non comptabilisĂ©s privilĂ©gient la ‘classe politique et administrative’, communĂ©ment appelĂ©e la Nomenklatura, mais ils ne se transposent pas dans le paysage comme les diffĂ©rences sociales des pays d’économie libĂ©rale. Les structures urbaines sont uniformes, et discret l’impact gĂ©ographique des privilĂšges de fonction – dans les zones de ‘datchas’ ou les aires rĂ©servĂ©es aux loisirs des hauts fonctionnaires et des responsables politiques.” (p.43).

Le second chapitre est dĂ©diĂ© Ă  la pauvretĂ©, que P. George aborde par sa mesure, discutant tout d’abord les indicateurs les plus appropriĂ©s, notamment aux Ă©conomies agricoles d’auto-subsistance. L’auteur distingue ainsi les indicateurs (PNB par exemple) des rĂ©vĂ©lateurs (espĂ©rance de vie, Ă©tat de santĂ© et d’Ă©ducation notamment). “Dans la mesure du possible, il est souhaitable de dĂ©passer [la] premiĂšre approximation [du quotient de PNB] en Ă©valuant des revenus rĂ©els Ă  partir d’enquĂȘtes locales. La difficultĂ© majeure est que cette Ă©valuation ne peut se faire en signes monĂ©taires que pour des populations urbaines qui ne reprĂ©sentent que des minoritĂ©s, et dont une partie au moins est dans une situation relativement favorable par rapport Ă  la masse de la population qui est une population rurale. Or, la transposition de quantitĂ©s de produits agricoles en valeurs monĂ©taires, quand il est question de produits qui ne sont pas commercialisĂ©s, n’a guĂšre de sens.” (p.55-6). La seconde partie du chapitre met en relation les succĂšs apparents du dĂ©veloppement avec les preuves du maintien de la pauvretĂ©, notamment dans les pays de forte croissance dĂ©mographique. Cette discussion introduit l’importance de considĂ©rer les inĂ©galitĂ©s intra-nationales, par exemple dans le domaine de l’alimentation: “Ces donnĂ©es d’ordre gĂ©nĂ©ral ne fournissent qu’une image imparfaite des insuffisances alimentaires, en ce sens qu’elles ne font pas apparaĂźtre les privations affectant particuliĂšrement certaines catĂ©gories et certaines classes d’ñge de la population, et confondent dans une mĂȘme moyenne, mĂȘme gravement insuffisante, la succession de pĂ©riodes au cours desquelles elles sont susceptibles de varier dans des proportions importantes. Une grande partie des disponibilitĂ©s alimentaires est absorbĂ©e par les minoritĂ©s privilĂ©giĂ©es rĂ©sidant en ville et consommant les nourritures les plus riches souvent fournies par l’importation. Les moyennes recouvrent de sensibles diffĂ©rences d’un lieu Ă  l’autre.” (p.57-9).

Le troisiĂšme chapitre enfin Ă©voque la situation des Etats intermĂ©diaires. Ces Etats incluent les pays pĂ©troliers (“la fortune sans richesse”) ainsi que ceux que l’on qualifie aujourd’hui d’Ă©mergents (Chine, BrĂ©sil, Mexique par exemple). A propos des sociĂ©tĂ©s des pays pays pĂ©troliers et de leurs disparitĂ©s sociales et spatiales, P. George note que “le contraste est probablement un des plus forts qu’on puisse observer dans le monde” (p.88). A propos des pays Ă©mergents, caractĂ©risĂ©s par la vitesse de leur dĂ©collage tout autant que par leur niveau de vie intermĂ©diaire, l’auteur tente d’identifier les conditions gĂ©ographiques et historiques communes qui les diffĂ©rencient des Etats restĂ©s pauvres ou en dĂ©veloppement. Selon lui, et sans dĂ©terminisme, “les Ă©lĂ©ments principaux peuvent ĂȘtre ramenĂ©s dans une approche prĂ©liminaire au nombre de quatre : la dimension, les facteurs naturels de production, la maĂźtrise de la dynamique dĂ©mographique, les structures de production. […] Les conditions gĂ©ographiques et historiques favorisent, sinon imposent, certains choix. Ceux-ci incombent Ă  la classe politique gĂ©rant les affaires d’Etat et qui se confond, sous des formes variĂ©es dans la structure et l’idĂ©ologie retenues, avec la classe Ă©conomique. Il en rĂ©sulte des clivages dĂ©cisifs Ă  l’intĂ©rieur de la sociĂ©tĂ©, dont il sera fait Ă©tat au titre des inĂ©galitĂ©s dans le dĂ©veloppement.” (p.93-8). Si la situation moyenne des Etats dĂ©crits ici est intermĂ©diaire Ă  l’Ă©chelle mondiale, P. George consacre la fin de ce chapitre Ă  montrer Ă  quel point cette moyenne masque les inĂ©galitĂ©s les plus extrĂȘmes entre classes aisĂ©es et dĂ©munies, entre quartiers riches et quartiers pauvres, entre capitales nationales et villes secondaires notamment. Loin d’ĂȘtre un effet secondaire, ces inĂ©galitĂ©s font partie selon lui du processus mĂȘme de dĂ©veloppement de ces pays. « Les grandes Ă©conomies libĂ©rales en voie de dĂ©veloppement rapide sont les plus inĂ©galitaires du monde. Les inĂ©galitĂ©s se projettent sur deux plans, celui de l’échelle sociale globale et celui de l’espace gĂ©ographique dĂ©multipliĂ© Ă  son tour en unitĂ©s rĂ©gionales et en subdivisions locales. Le fondement de l’inĂ©galitĂ© est l’armature mĂȘme du dĂ©veloppement. » (p.105-6).

Dans la conclusion, P. George retourne Ă  son argument de l’imbrication des Ă©chelles gĂ©ographiques dans la lecture des inĂ©galitĂ©s au travers des diffĂ©renciations spatiales: “les ‘disparitĂ©s rĂ©gionales’, l’inĂ©gal dĂ©veloppement des Ă©conomies urbaines et des Ă©conomies rurales, la hiĂ©rarchie des villes, les sĂ©grĂ©gations intra-urbaines sont les thĂšmes gĂ©ographiques de l’inĂ©galitĂ© Ă  l’échelle des Etats, des rĂ©gions, des agglomĂ©rations. » (p. 122-3). Il met en relation les sociĂ©tĂ©s mondiales analysĂ©es sĂ©parĂ©ment durant l’ouvrage, en notant par exemple que les inĂ©galitĂ©s des pays en dĂ©veloppement au moment de l’Ă©criture sont incomparablement plus Ă©levĂ©es que celles qu’ont connu les pays industrialisĂ©s, sur lesquels sont pourtant fondĂ©s les figures typiques de la sĂ©grĂ©gation en gĂ©ographie (l’opposition ‘beaux quartiers’ / ‘quartiers ouvriers’ dans les villes par exemple). Le rĂŽle des indicateurs statistiques, utilisĂ©s tout au long du livre pour prĂ©senter les ordres de grandeur de la richesse et de la pauvretĂ© des pays, rĂ©gions, villes et quartiers, est relativisĂ© par l’auteur qui  les traite de “moules vides” et recommande de leur adjoindre des Ă©lĂ©ments d’explication issus de l’observation et du dialogue. Enfin, il plaide pour une gĂ©ographie “utile” qui dĂ©crit les inĂ©galitĂ©s pour dĂ©noncer leurs consĂ©quences nĂ©gatives et contribuer Ă  “la prise de conscience de la nĂ©cessitĂ© d’une certaine forme d’action rĂ©paratrice” (p. 123).

 


 

L’analyse critique de cet ouvrage trente huit ans aprĂšs sa publication a la tache impossible de distinguer les incongruitĂ©s dus aux parti-pris de l’auteur de celles rĂ©vĂ©lĂ©es a posteriori par les changements advenus dans le monde en gĂ©nĂ©ral depuis 1981 et dans celui de la gĂ©ographie en particulier. Notons donc simplement quelques faiblesses de l’ouvrage pour le lecteur contemporain, notamment liĂ©es Ă  la prĂ©-Ă©minence de l’Ă©chelle des Etats, malgrĂ© les efforts importants de l’auteur pour offrir une analyse multiscalaire. Ainsi, les Etats Ă©tant l’Ă©chelon premier qui divisent le monde dans cette gĂ©ographie des inĂ©galitĂ©s, il n’est fait usage nulle part (ou trĂšs peu) des ensembles territoriaux plus larges (tels que l’Union EuropĂ©enne, l’URSS ou l’ALENA) qui non seulement permettrait une classification plus homogĂšne des espaces au regard des inĂ©galitĂ©s (au lieu de la dichotomie pays industriels / pays en dĂ©veloppement) mais aussi constituent pour certains des espaces de redistribution de la richesse (le Fond EuropĂ©en pour la Politique RĂ©gionale par exemple, crĂ©Ă© en 1975, qui existait donc dĂ©jĂ  au moment de l’Ă©criture de l’ouvrage). Cette absence de considĂ©ration pour les institutions supra- ou sub-nationales s’accompagne d’une faible attention portĂ©e aux politiques de rĂ©duction des inĂ©galitĂ©s en gĂ©nĂ©ral. Enfin, la description des niveaux de vie par pays et de leurs disparitĂ©s gĂ©ographiques telle qu’elle est mise en oeuvre dans le livre de P. George masque un aspect important des inĂ©galitĂ©s et de leur dynamique, Ă  savoir les interactions entre espaces (par le commerce, la finance ou les investissements, mais aussi les relations politiques et militaires dans un contexte post-colonial).

La prioritĂ© donnĂ©e aux Etats et au processus de dĂ©veloppement face aux relations internationales reflĂšte peut-ĂȘtre l’anachronisme d’une lecture biaisĂ©e par l’idĂ©e actuelle de mondialisation, mais suggĂšre que l’actualisation de ce travail doit dĂ©sormais incorporer cette dimension. Ce petit Que Sais-Je mĂ©rite toutefois d’ĂȘtre lu aujourd’hui, ne serait-ce pour son attention au caractĂšre multi-scalaire des inĂ©galitĂ©s et pour sa projection systĂ©matique des diffĂ©renciations sociales dans l’espace gĂ©ographique.

 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyĂ© mon compte rendu. Il est constituĂ© d’un recueil de passages du livre que j’ai considĂ©rĂ©s comme importants. Chaque citation est accompagnĂ©e d’un ou plusieurs mots clĂ©s (ou tags), prĂ©cĂ©dĂ©s d’un # afin d’effectuer des recherches thĂ©matiques dans le document. Les passages en gras ne le sont pas nĂ©cessairement dans la version originale.