Où va l’argent des pauvres

Colombi D., 2020, Où va l’argent des pauvres, Payot & Rivages, 300p.

Cet ouvrage porte un titre très explicite et très révélateur de son contenu. Il s’agit en effet d’un essai sur la relation entre l’argent et les pauvres, qui s’intéresse à la finalité de l’argent gagné, reçu et dépensé par les membres les plus pauvres de la société. Denis Colombi pose la question de la définition de la pauvreté en termes monétaires et non-monétaires : est-ce uniquement la quantité d’argent détenue par un individu qui le rend pauvre aux yeux de la société, ou bien une sorte d’identité seconde supposément associée à des comportements et à une culture distincte ? L’auteur interroge la destination de l’argent en analysant les postes des budgets contraints gérés par les ménages les plus pauvres. Enfin, il explore la relation entre la pauvreté des uns et l’aisance des autres dans les sociétés française et américaine, en suggérant qu’une partie de l’argent des pauvres finit souvent, et non par hasard, dans la poche des riches. Au terme de cet essai, le lecteur identifie deux messages très clairs que l’auteur fait passer. D’une part, la pauvreté ne devrait être qu’une question d’argent, qui soit donc solvable en donnant de l’argent (ou au moins l’accès à des liquidités) aux ménages qui en manquent, que ce soit par le travail, rémunéré à sa juste valeur, ou par d’autres mécanismes comme l’assistance sociale ou le revenu universel. D’autre part, la sociologie du XXIe siècle doit être considérée une science descriptive plutôt que comme un corpus de théories concurrentes ; elle remplit sa fonction lorsque sont produites des connaissances qui servent la société qu’elle étudie.

Denis Colombi est sociologue et professeur de lycée. Il développe la thématique de cet ouvrage depuis 2017 sur son blog et sur Twitter, où j’ai découvert ses travaux et réflexions. Son propos porte principalement sur la société française (bien que l’on trouve aussi de nombreuses références américaines) et se nourrit d’actualités récentes (les “émeutes du Nutella” ou le steak en or de F. Riberi par exemple) et d’expériences personnelles comme professeur de lycée, de références littéraires mais aussi académiques. Il est à noter que la lecture en est très fluide, cet ouvrage se voulant accessible au plus grand nombre.

 


 

La question “Où va l’argent des pauvres?” est déclinée en six chapitres, précédés d’une introduction. Celle-ci a pour objet de justifier la légitimité de la question posée. En effet, D. Colombi constate que le rapprochement des thèmes de l’argent et de la pauvreté est peu fréquent, que ce soit dans le discours public comme en sociologie. “Étonnamment, l’argent n’est pas forcément la première chose à laquelle on pense lorsqu’il est question de pauvreté : on préfère au mieux se concentrer sur ce qui explique, pense-t-on, le manque d’argent que sur ce dernier proprement dit. Pourtant, comment veut-on comprendre quoi que ce soit si l’on ne commence pas par là ?” (p. 19-20). Il tient à montrer d’emblée que les défis posés aux ménages pauvres en termes de gestion de budgets sont incomparables avec ceux des ménages aisés ou de classe moyenne, car les revenus des ménages pauvres sont à la fois faibles et incertains, tandis que leurs dépenses sont rigides et contraintes. La charge mentale de ce défi du quotidien est par ailleurs sous-estimée dans l’imaginaire collectif qui préfère se rêver riche plutôt que de se mettre dans la peau des pauvres. Enfin, la parole publique sur les sujets économiques est généralement monopolisée par les classes supérieures. Pourtant, “penser que ses propres façons de faire en matière d’économie devraient être universalisées parce qu’elles seraient partout et toujours efficaces relève de la pensée magique et non de l’argument rationnel” (p. 15).

Dans le premier chapitre “Les coupables idéaux. Du bon et du mauvais pauvre“, D. Colombi explore la construction de la figure du pauvre par la société, d’un point de vue historique et sociologique. Il rappelle que les sociétés ont généralement alterné entre deux postures face aux pauvres : la compassion et la culpabilisation, “la pitié et la potence“. À un extrême, les pauvres sont les victimes déshumanisées de la malchance et doivent recevoir la charité des plus aisés. À l’autre extrême, les pauvres sont responsables de leur sort, n’ayant pas fait les efforts nécessaires pour se sortir de leur situation. Dans tous les cas, les rapports habituels de la société à ses membres les plus pauvres passent sous silence l’argent proprement dit, le caractère collectif de certains phénomènes sociaux comme le chômage ou la pauvreté, et tendent plutôt à stigmatiser les pauvres en leur assignant un statut particulier (souvent disqualifiant ou dégradant). La pauvreté monétaire des individus est donc associée par la société à une identité sociale. L’économique et le social se mêlent ainsi dans la définition du groupe des pauvres. “Les pauvres ne forment pas une catégorie homogène, mais plutôt un ensemble de personnes et de familles inégalement situé dans un parcours où s’accumulent à la fois des difficultés matérielles (notamment l’éloignement du marché du travail) et une perte de la reconnaissance de la part des autres” (p. 44). Ce stigmate social est révélé dans les cas extrêmes où les pauvres deviennent soudainement riches (Colombi prend l’exemple des footballeurs et des gagnants du loto). Dans ces cas-là, les “nouveaux riches” se reconnaissent parce qu’ils ont conservé un ensemble de pratiques, de goûts et de comportements méprisés par la société. La pauvreté monétaire s’accompagne en effet d’une pauvreté en capital culturel et symbolique, qui permet aux classes supérieures d’afficher leur richesse (même lorsqu’elle est héritée, suspecte ou indécente) avec plus de “distinction”. Le chapitre se clôt par l’analyse du droit de regard que la société impose lorsqu’il s’agit de la dépense des pauvres, surtout lorsque que cet argent provient de l’aide publique.

“Ce qui se passe avec les aides publiques, […] ce n’est pas seulement que les pauvres ne peuvent pas faire de contre-don – ce qui rend, dans l’analyse de Mauss, la charité la plus classique humiliante. C’est aussi et surtout qu’on soumet le don à des contreparties […] Lorsque l’on donne ainsi, afin de venir en aide à quelqu’un, on s’estime généralement légitime à lui dire aussi comment utiliser ce don” (p. 76).

Dans le second chapitre (“De folles dépenses? Du luxe à la survie“), D. Colombi analyse les stratégies de gestion de leur budget par les ménages pauvres et très précaires. Il montre tout d’abord que la prescription sociale à l’accumulation et à l’épargne est absurde et irrationnelle dans les contextes de pénurie absolue dans lesquels se trouvent beaucoup de ménages pauvres. Dans ces cas-là, les ménages adoptent des stratégies qui s’expliquent entièrement par la rareté de l’argent plutôt que par un défaut de gestion. Une de ces stratégies consiste par exemple à constituer des stocks alimentaires dès le début du mois, ce qui permet de prioriser la survie physique dès la réception des revenus (de peur qu’il ne reste pas assez en fin de mois) et d’optimiser les opportunités irrégulières (les promotions par exemple). D’autres stratégies paraissent moins évidentes à première vue : il s’agit par exemple de certaines consommations considérées comme “luxueuses” par les classes moyennes et supérieures. L’auteur range par exemple les smartphones et le permis de conduire dans cette catégorie et montre que l’investissement est pourtant nécessaire pour les ménages les plus pauvres, car de ces dépenses dépendent la possibilité de recettes futures (le permis pour trouver un emploi lorsque l’on habite en zone peu dense que l’on a peu d’autres qualifications à ajouter sur son CV) mais aussi, dans le cas du smartphone, car il permet l’intégration sociale et institutionnelle (se connecter aux services publics dématérialisés par exemple). Enfin, certaines consommations apparemment ostentatoires ou de prestige, comme les “vraies” cigarettes ou les vêtements de marque pour les enfants, découlent directement du stigmate associé à la figure du pauvre dans la société et de la nécessité ressentie de s’en distinguer pour conserver son rôle social. “L’attachement à certaines consommations symboliques est d’autant plus fort que leur abandon signifierait un abandon de soi, de l’espoir de connaître des jours meilleurs, ainsi que l’endossement définitif et sans doute irrémédiable du rôle de pauvre et de l’identité négative qui constitue la dernière étape de la disqualification sociale. Lutter contre la pauvreté, cela peut vouloir parfois dire consommer, même au risque de s’enfoncer encore plus dans les difficultés. C’est ce qui fait toute la tragédie de la misère” (p. 105). L’injonction à un style de vie sain et austère s’accompagne parfois de la réprobation sociale concernant le nombre d’enfants des familles pauvres voire leur trop forte assignation genrée. D. Colombi montre à quel point ces injonctions des classes moyennes et supérieures sont hypocrites et cruelles. Dans le premier cas par exemple, l’expérience d’avoir des enfants est, de manière partagée par tous les groupes sociaux, de plus en plus considérée comme un pilier de l’accomplissement personnel (surtout lorsque les perspectives professionnelles et culturelles sont moroses). “Dans ce contexte, comment penser que les pauvres pourraient décider ‘rationnellement’ de s’en priver ?” (p. 124). La mise à jour de cette hypocrisie rejoint l’analyse, pour de la société britannique, d’Owen Jones dans “Chavs”. Concernant la féminité et la masculinité :

“L’usage du genre à des fins professionnelles n’est pas spécifique aux classes populaires. Du trader qui doit faire preuve d’une agressivité toute masculine à la top-modèle qui capitalise sur sa maîtrise de la féminité, on peut trouver des exemples à tous les niveaux de l’échelle sociale. Mais ce qui est spécifique aux pauvres, c’est que ces compétences particulières sont plus souvent qu’ailleurs les seules sur lesquelles ils peuvent s’appuyer, les seules cartes à jouer sur le marché du travail.” (p. 207)

Le chapitre 3 (“Gérer l’ingérable. Petits arrangements avec la misère“) s’intéresse au moneywork (c’est-à-dire l’énorme de travail de planification, de suivi, de contrôle et de gestion de l’argent lorsqu’il est à la fois rare et incertain) induit par la pauvreté et principalement supporté par les femmes. L’analyse des ressources et des dépenses contraintes des ménages (à l’euro près à partir des statistiques publiques) conduit l’auteur à conclure que la marge d’expression des préférences personnelles dans les choix de dépenses des ménages pauvres est infime, contrairement aux discours culpabilisants leurs mauvais choix : “les 10% les plus pauvres disposent de seulement 80 euros [par mois] une fois déduites les ‘dépenses contraintes et incontournables’ – 80 euros pour les loisirs, vacances, dépenses d’habillement et d’équipement ménager, ou pour mettre de l’argent de côté. […] des sommes qui paraissent, vu du plus haut sur l’échelle sociale, dérisoires – les 10% les plus riches disposent eux d’un reste à vivre de 1474 euros […] A partir de ces différentes données, on peut comprendre que les affaires de préférences, de goûts, de styles de vie, de bonnes et mauvaises décisions, de cultures ou autres soient, finalement, de faible importance lorsque l’on s’intéresse aux pauvres. Pour que tous ces éléments s’expriment, encore faut-il qu’il y ait des moyens à disposition” (p. 151-2). Malgré un travail épuisant de gestion quotidienne leur budget incertain, les pauvres souffrent en plus de conséquences disproportionnées en cas d’erreur, notamment de la part des banques et organismes de prêts.

Dans le chapitre 4 (“La pauvreté, c’est la pauvreté. De l’utilité publique du pauvre“), D. Colombi propose de renverser le sens de la causalité généralement admise entre pauvreté et les comportements de dépense. Au lieu de supposer que les pauvres le sont en raison de défaut de jugement et de dépenses outrancières, l’auteur suggère que c’est au contraire l‘expérience de la pauvreté, avec son lot de stigmatisation et de disqualification sociale, qui conduit les pauvres à modifier leurs comportements. “‘Dés-altériser’ les pauvres, cesser de les voir comme un ensemble d’individus radicalement différent du reste de la société, voilà l’enjeu. Leurs comportements ne sont pas le produit d’une culture ou sous-culture particulière, dont on ne pourrait que constater la distance avec celles des autres classes. Ils agissent en fait comme n’importe qui le ferait à leur place” (p. 218). Ce changement de perspective permet à la fois de réinsérer les ménages pauvres dans la société comme membres rationnels à part entière (si l’on en doutait) et non comme les représentants d’une sous-culture à part. Il permet aussi de se défaire des deux attitudes habituelles vis-à-vis de la pauvreté : la compassion et la culpabilisation. “Si l’on ne réduit pas ledit stigmate, aucune autre mesure en faveur des pauvres, aucune tentative un peu ambitieuse de redistribution ne sera ni possible ni pleinement libératrice. Tant que l’usage de l’argent par les pauvres fera l’objet d’un soupçon infamant, tant que l’on cherchera à le contrôler et à le contraindre, tant qu’on les traitera comme des pauvres, alors il sera impossible pour eux de sortir collectivement de la pauvreté” (p.229).

L’avant dernier chapitre, comme son titre “Misère des pauvres, opulence des riches. La pauvreté, un business lucratif” l’indique, s’intéresse à la reproduction de la pauvreté par la relation systémique entre riches et pauvres. Pour ce faire, D. Colombi s’appuie sur la notion d’exploitationpour désigner toute situation où les inégalités ne sont pas seulement relatives […], mais où la situation des plus favorisés implique, par une relation substantielle, le maintien dans la pauvreté des moins favorisés” (p. 233). Une partie du chapitre d’attache à lister certains biens et services effectivement payés plus chers par les ménages les plus pauvres. Il peut s’agit en effet du logement, de l’électroménager ou des services bancaires. La raison peut en être que certains de ces produits sont vendus dans des marchés captifs spatialement (on pense aux déserts alimentaires mis en lumière aux États-Unis) ou socialement (lorsque le vendeur suspend ses jugements sur l’apparence et le choix des clients, avec un surcoût cependant). Dans le cas des services bancaires ou assurantiels par ailleurs nécessaires à la vie professionnelle et personnelle, “les pauvres français payent plus cher pour leurs services bancaires parce que c’est seulement à ce prix-là qu’on accepte de leur fournir. Améliorer l’accès et la stabilité du logement des uns et les facilités d’accès à la liquidité et aux emprunts des autres serait alors peut-être un moyen extrêmement simple de réduire la pauvreté” (p. 247). Dans la deuxième partie du chapitre, l’auteur explore les relations systémiques encore plus directes entre riches et pauvres, c’est-à-dire où les riches sont d’autant plus riches et libres que les pauvres sont pauvres et exploités. Il s’agit par exemple des services à la personnes (le care), sous-payés et stigmatisés, qui rendent possible le style de vie privilégié des hommes et femmes de la classe supérieure ou moyenne supérieure, au prix de la misère des femmes fragilisées par leur statut social et/ou migratoire. La pandémie de COVID-19 aura au moins eu le mérite de mettre au premier plan l’ampleur et les conséquences de cette injustice flagrante. Un autre exemple pris par l’auteur est celui des travailleurs de plateformes numériques dont le travail mal rémunéré et peu protégé est exploité pour organiser un future automatisé qui les rendre obsolètes.

“En replaçant la question de l’exploitation au cœur de l’analyse de la pauvreté, on se donne les moyens de mieux la comprendre : si elle existe, si elle persiste, c’est d’abord parce que certains acteurs tirent profit de cette existence.” (p. 273)

Tout ça, c’est politique. Solution et volonté” conclut l’ouvrage. Ce chapitre expose les solutions possibles pour réduire la pauvreté de manière substantielle en France (où elle touche près de 2 millions de personnes), ainsi que les verrous politiques, notamment le manque de volonté et l’intérêt des plus riches à la reproduction de la pauvreté. L’auteur rappelle qu’une réduction de la pauvreté est possible, comme le montre l’histoire des XIXe et XXe siècle et l’établissement de l’État providence. La pauvreté a alors drastiquement baissé, notamment pour les personnes âgées. “Mais ce recul de la pauvreté n’a pas été une pente naturelle de l’évolution des sociétés, ni même la simple conséquence du développement du capitalisme et de la croissance économique. Il a bel et bien été le résultat de politiques volontaristes et de dispositifs collectifs” (p. 276). La solution énoncée par D. Colombi peut sembler déconcertante de simplicité : il suffit de donner de l’argent aux pauvres, “ou, au moins, de leur donner accès à l’argent. Une source de revenus, un prêt à moindre taux, une facilité de caisse, autant de choses qui peuvent représenter une bouffée d’air frais et une sortie de la misère pour des ménages écrasés par les difficultés économiques” (p. 277). En discutant les manières possibles de faire cette distribution d’argent, l’auteur en vient à discuter de l’intérêt du revenu universel, c’est-à-dire de donner de l’argent à tous pour accroître l’acceptabilité collective de la mesure.

C’est ce que l’on appelle le ‘paradoxe de la redistribution”. Si l’on veut aider les pauvres, il vaut mieux ne pas les viser spécifiquement. […] Il est vrai que si l’on veut, dans un tel système, avoir des personnes qui ramassent nos poubelles, il faudra envisager non seulement de les rémunérer suffisamment, mais en outre arrêter de les mépriser. En fait, ce sera toute la valeur des emplois qui sera affectée : certaines activités apparaissent aujourd’hui à la fois très utiles et bien peu rémunérées, parce que la menace de la misère permet de trouver des gens disponibles pour les réaliser à bas coût. Un revenu universel conduirait à devoir repenser complètement la notion même de valeur” (p. 293-303).

Le livre s’achève sur ce constat désarmant et crucial : “les pauvres sont comme tout le monde, et les plus fortunés seraient comme eux s’ils n’avaient pas d’argent” (p.311). Bien qu’évidente, l’inscription de cette formule au frontons des institutions sociales pourrait être recommandée par mesure prophylactique, pour éviter la naturalisation de la pauvreté et sa justification par les classes favorisées (on pense ici à l’ouvrage “Ce que les riches pensent des pauvres” de S. Paugam, B. Cousin, C. Giorgetti et J. Naudet).

 

Au final, cet ouvrage confirme certaines de mes intuitions (sur le surcoût des biens et services vendus au pauvres par exemple) et ouvre de nouvelles perspectives (sur la monétisation de l’aide ou le caractère genré du moneywork). Bien que certains sujets du livre effleurent la dimension spatiale des mécanismes de maintien dans la pauvreté (avec les marchés captifs notamment), on pourrait évidemment regretter l’absence de discussion de l’effet des environnements géographiques locaux sur les opportunités et les contraintes accessibles aux ménages pauvres selon leur inscription territoriale (la question de l’école et des soins y est fortement associée localement par exemple, celle de l’emploi à une échelle plus large). Enfin, on peut déplorer la restriction géographique des exemples aux cas français et américains. Qu’en est-il dans les sociétés où la charité envers les pauvres est nécessaire à l’ordre social et au salut des privilégiés (comme dans le roman d’Aminata Sow Fall : “La grève des bàttu”) ? Qu’en est-il dans les collectivités où, pour des raisons spirituelles par exemple, la pauvreté est célébrée plutôt que stigmatisée ? Au final, ce livre constitue un essai original sur la pauvreté dans les sociétés occidentales. Il met en lumière de nombreux mécanismes sociaux de sa reproduction, dont certains sont parfois contre-intuitifs.

 


 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyé mon compte rendu. Il est constitué d’un recueil de passages du livre que j’ai considérés comme importants.

D’autres comptes-rendus de cet ouvrage ont été publiés à ce jour, par exemple dans la revue Lectures ainsi que sur le blog de Mediapart.  

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.