Géographie des Inégalités

George P., 1981, Géographie des inégalités, Paris, Que Sais-Je, Presses Universitaires de France, 127p.

Alors que je démarrais un projet éditorial sur le thème de la géographie des inégalités, j’ai cherché les ouvrages existants (en français) sur le sujet et trouvé en première place ce petit volume de Pierre George datant de 1981. Je ne connaissais pas le travail du géographe sur ce sujet, ayant plutôt côtoyé ses écrits sur l’URSS, les villes et la géographie économique. Au moment où je cherchais ce Que Sais-Je devenu rare (seuls 15% de l’ouvrage peuvent être lus sur Gallica), Denise Pumain en trouvait une copie dans une bibliothèque familiale et m’envoyait un scan de la conclusion, sans concertation mais à point nommé. J’ai depuis emprunté le volume et lu ce texte datant de presque quarante ans. Il me conforte dans l’idée de renouveler l’exercice aujourd’hui, car certains faits et processus ont changé, mais j’ai été aussi étonnée de son actualité et de la présence déjà ancienne de questions toujours non résolues dans la géographie des inégalités, et en premier lieu celle, sur laquelle je reviendrai, de l’importance de l’échelle géographique dans la présentation, la compréhension et la représentation des inégalités.

Publié chez PUF dans la collection Que Sais-Je, cet ouvrage est vu par P. George comme une actualisation de son opus Géographie de la Consommation dans la même collection vingt ans plus tôt, et qui abordait les différences nationales en termes de niveau de consommation, contrastant des espaces de sous-consommation et des espaces de sur-consommation. “Il a paru plus conforme aux circonstances de reprendre la question en amont et de proposer à des recherches plus approfondies une prise en compte des facteurs de différenciation des consommations à l’échelle de la géographie générale, mais aussi des espaces plus concrets de la vie quotidienne, Il en est issu l’idée d’une Géographie des Inégalités.” (p.4). Cette approche des niveaux de vie par les conditions matérielles de leur réalisation est un point important de l’ouvrage et n’est pas étranger aux propositions d’A. Sen sur les capabilités, mais il peut surprendre dans le contexte actuel où la majorité des ouvrages sur les inégalités économiques prennent pour acquis l’usage des variables de revenus, de salaires et de patrimoine pour décrire les inégalités. Dans cet ouvrage, l’auteur aborde aussi bien les niveaux de production agricole que ceux de la consommation alimentaire pour décrire les inégalités entre groupes sociaux situés sur des espaces différents (différenciation internationale, opposition urbain-rural) mais aussi les inégalités entre groupes sociaux d’un même espace (les grandes villes notamment).

 


 

L’ouvrage se compose d’une introduction et d’une conclusion, séparées par trois chapitres : un premier chapitre est consacré au “pays industriels”, un second à “la pauvreté” et un dernier (“une nouvelle donne?”) au développement économique et ses conséquences en termes de nouveaux équilibres mondiaux des inégalités.

Dès l’introduction, la question des échelles géographiques dans la perception, la compréhension et l’analyse des inégalités apparaît comme centrale. Selon P. George, “l’espace est fait d’unités présentant certains caractères d’homogénéité, emboîtées les unes dans les autres. A l’intérieur de chacune d’elles se différencient des secteurs d’inégalités. Une géographie des inégalités, comme toute géographie, s’articule donc suivant diverses échelles. Il y a autant de nécessité à prendre en compte dans une ville ou dans une région les différenciations sociales de l’occupation et de la maîtrise de l’espace qu’à mesurer les écarts entre de grands ensembles continentaux.” (p.8). La définition des inégalités est ici rendue par l’idée de différenciation entre zones homogènes. Le parti est pris dès le début de l’ouvrage de s’intéresser avant tout aux inégalités (et donc aux différenciations) de niveau de vie économique: “Quel que soit le caractère choquant des discriminations liées à la naissance ou à l’appartenance à une collectivité ethno-culturelle, les grands contrastes de conditions de vie et même, à la base, de chances de survie, reposent sur la répartition des moyens d’existence. […] Concrètement, les clivages les plus perceptibles des inégalités économiques et sociales se projettent sur l’utilisation de l’espace.” (p.7). L’objectif de cette géographie des inégalités est donc de présenter les inégalités économiques mondiales à travers la lecture des différenciations spatiales produites par les sociétés à différentes échelles.

Le premier chapitre brosse une géographie de la richesse et des inégalités des pays industriels – c’est-à-dire principalement de l’Europe, du Japon, de l’Amérique du Nord et du bloc socialiste de l’époque – en deux étapes. La première partie du chapitre décrit le niveau de richesse absolu des Etats concernés, en se référant à leur niveau de vie et de consommation, mais aussi à la structure sociale de la société, qualifiée “de classes moyennes”. L’ouvrage a cette qualité de ramener systématiquement la distribution des richesses à leur projection dans l’espace. Par exemple:

En France, l’écart officiel est de l’ordre de 1 à 7 entre le salaire minimum garanti et les émoluments d’un cadre supérieur. La hiérarchie des revenus réels et sa répartition sont en fait toutes différentes – autant du fait des inexactitudes à la base que des sous-évaluations au sommet – et se projette sur une échelle beaucoup plus étirée et généralement décalée dans l’ensemble vers le haut. En premier lieu, les conditions d’une famille peuvent varier sensiblement suivant qu’il est possible ou non dans un même lieu de réunir plusieurs salaires par ménages. Les régions ou les villes qui n’offrent qu’un type d’activité, et notamment que des activités masculines, sont pénalisées par rapport à celles où tous les éléments d’âge actif d’une famille peuvent exercer un emploi rémunéré. C’est notamment le cas des pays miniers ou des régions d’activités industrielles à forte majorité d’emplois masculins (sidérurgie en particulier).” (p.24)

L’auteur opère ensuite une déclinaison scalaire de ces niveaux de vie au sein des pays industriels. “On doit prendre en compte toute une hiérarchie de situations qui se projette dans l’espace à des échelles différentes: inégalités entre villes et campagnes qui engendrent l’exode rural, inégalités entre petites villes et grandes villes, inégalités entre régions rurales à forte productivité (et à population relativement nombreuse) et régions rurales à basse productivité, inégalités entre régions à intégration industrielle multiforme assurant diversité et relève d’emplois et régions mono-industrielles exposées aux crises conjoncturelles et techniques” (p.34-5). La seconde partie du chapitre évoque les défis de ces Etats pourtant privilégiés relativement à l’échelle mondiale, au travers de l’injonction à la croissance illimitée et des crises successives. Une mention est faite aux pays socialistes, qui ne sont pas pour autant fondamentalement distingués des pays industriels dans cette géographie des inégalités. “Le principe organique de la société [socialiste] est une répartition égalitaire des revenus sectoriels modulée en fonction de la qualité de l’activité exercée. Dans la pratique, des avantages non comptabilisés privilégient la ‘classe politique et administrative’, communément appelée la Nomenklatura, mais ils ne se transposent pas dans le paysage comme les différences sociales des pays d’économie libérale. Les structures urbaines sont uniformes, et discret l’impact géographique des privilèges de fonction – dans les zones de ‘datchas’ ou les aires réservées aux loisirs des hauts fonctionnaires et des responsables politiques.” (p.43).

Le second chapitre est dédié à la pauvreté, que P. George aborde par sa mesure, discutant tout d’abord les indicateurs les plus appropriés, notamment aux économies agricoles d’auto-subsistance. L’auteur distingue ainsi les indicateurs (PNB par exemple) des révélateurs (espérance de vie, état de santé et d’éducation notamment). “Dans la mesure du possible, il est souhaitable de dépasser [la] première approximation [du quotient de PNB] en évaluant des revenus réels à partir d’enquêtes locales. La difficulté majeure est que cette évaluation ne peut se faire en signes monétaires que pour des populations urbaines qui ne représentent que des minorités, et dont une partie au moins est dans une situation relativement favorable par rapport à la masse de la population qui est une population rurale. Or, la transposition de quantités de produits agricoles en valeurs monétaires, quand il est question de produits qui ne sont pas commercialisés, n’a guère de sens.” (p.55-6). La seconde partie du chapitre met en relation les succès apparents du développement avec les preuves du maintien de la pauvreté, notamment dans les pays de forte croissance démographique. Cette discussion introduit l’importance de considérer les inégalités intra-nationales, par exemple dans le domaine de l’alimentation: “Ces données d’ordre général ne fournissent qu’une image imparfaite des insuffisances alimentaires, en ce sens qu’elles ne font pas apparaître les privations affectant particulièrement certaines catégories et certaines classes d’âge de la population, et confondent dans une même moyenne, même gravement insuffisante, la succession de périodes au cours desquelles elles sont susceptibles de varier dans des proportions importantes. Une grande partie des disponibilités alimentaires est absorbée par les minorités privilégiées résidant en ville et consommant les nourritures les plus riches souvent fournies par l’importation. Les moyennes recouvrent de sensibles différences d’un lieu à l’autre.” (p.57-9).

Le troisième chapitre enfin évoque la situation des Etats intermédiaires. Ces Etats incluent les pays pétroliers (“la fortune sans richesse”) ainsi que ceux que l’on qualifie aujourd’hui d’émergents (Chine, Brésil, Mexique par exemple). A propos des sociétés des pays pays pétroliers et de leurs disparités sociales et spatiales, P. George note que “le contraste est probablement un des plus forts qu’on puisse observer dans le monde” (p.88). A propos des pays émergents, caractérisés par la vitesse de leur décollage tout autant que par leur niveau de vie intermédiaire, l’auteur tente d’identifier les conditions géographiques et historiques communes qui les différencient des Etats restés pauvres ou en développement. Selon lui, et sans déterminisme, “les éléments principaux peuvent être ramenés dans une approche préliminaire au nombre de quatre : la dimension, les facteurs naturels de production, la maîtrise de la dynamique démographique, les structures de production. […] Les conditions géographiques et historiques favorisent, sinon imposent, certains choix. Ceux-ci incombent à la classe politique gérant les affaires d’Etat et qui se confond, sous des formes variées dans la structure et l’idéologie retenues, avec la classe économique. Il en résulte des clivages décisifs à l’intérieur de la société, dont il sera fait état au titre des inégalités dans le développement.” (p.93-8). Si la situation moyenne des Etats décrits ici est intermédiaire à l’échelle mondiale, P. George consacre la fin de ce chapitre à montrer à quel point cette moyenne masque les inégalités les plus extrêmes entre classes aisées et démunies, entre quartiers riches et quartiers pauvres, entre capitales nationales et villes secondaires notamment. Loin d’être un effet secondaire, ces inégalités font partie selon lui du processus même de développement de ces pays. « Les grandes économies libérales en voie de développement rapide sont les plus inégalitaires du monde. Les inégalités se projettent sur deux plans, celui de l’échelle sociale globale et celui de l’espace géographique démultiplié à son tour en unités régionales et en subdivisions locales. Le fondement de l’inégalité est l’armature même du développement. » (p.105-6).

Dans la conclusion, P. George retourne à son argument de l’imbrication des échelles géographiques dans la lecture des inégalités au travers des différenciations spatiales: “les ‘disparités régionales’, l’inégal développement des économies urbaines et des économies rurales, la hiérarchie des villes, les ségrégations intra-urbaines sont les thèmes géographiques de l’inégalité à l’échelle des Etats, des régions, des agglomérations. » (p. 122-3). Il met en relation les sociétés mondiales analysées séparément durant l’ouvrage, en notant par exemple que les inégalités des pays en développement au moment de l’écriture sont incomparablement plus élevées que celles qu’ont connu les pays industrialisés, sur lesquels sont pourtant fondés les figures typiques de la ségrégation en géographie (l’opposition ‘beaux quartiers’ / ‘quartiers ouvriers’ dans les villes par exemple). Le rôle des indicateurs statistiques, utilisés tout au long du livre pour présenter les ordres de grandeur de la richesse et de la pauvreté des pays, régions, villes et quartiers, est relativisé par l’auteur qui  les traite de “moules vides” et recommande de leur adjoindre des éléments d’explication issus de l’observation et du dialogue. Enfin, il plaide pour une géographie “utile” qui décrit les inégalités pour dénoncer leurs conséquences négatives et contribuer à “la prise de conscience de la nécessité d’une certaine forme d’action réparatrice” (p. 123).

 


 

L’analyse critique de cet ouvrage trente huit ans après sa publication a la tache impossible de distinguer les incongruités dus aux parti-pris de l’auteur de celles révélées a posteriori par les changements advenus dans le monde en général depuis 1981 et dans celui de la géographie en particulier. Notons donc simplement quelques faiblesses de l’ouvrage pour le lecteur contemporain, notamment liées à la pré-éminence de l’échelle des Etats, malgré les efforts importants de l’auteur pour offrir une analyse multiscalaire. Ainsi, les Etats étant l’échelon premier qui divisent le monde dans cette géographie des inégalités, il n’est fait usage nulle part (ou très peu) des ensembles territoriaux plus larges (tels que l’Union Européenne, l’URSS ou l’ALENA) qui non seulement permettrait une classification plus homogène des espaces au regard des inégalités (au lieu de la dichotomie pays industriels / pays en développement) mais aussi constituent pour certains des espaces de redistribution de la richesse (le Fond Européen pour la Politique Régionale par exemple, créé en 1975, qui existait donc déjà au moment de l’écriture de l’ouvrage). Cette absence de considération pour les institutions supra- ou sub-nationales s’accompagne d’une faible attention portée aux politiques de réduction des inégalités en général. Enfin, la description des niveaux de vie par pays et de leurs disparités géographiques telle qu’elle est mise en oeuvre dans le livre de P. George masque un aspect important des inégalités et de leur dynamique, à savoir les interactions entre espaces (par le commerce, la finance ou les investissements, mais aussi les relations politiques et militaires dans un contexte post-colonial).

La priorité donnée aux Etats et au processus de développement face aux relations internationales reflète peut-être l’anachronisme d’une lecture biaisée par l’idée actuelle de mondialisation, mais suggère que l’actualisation de ce travail doit désormais incorporer cette dimension. Ce petit Que Sais-Je mérite toutefois d’être lu aujourd’hui, ne serait-ce pour son attention au caractère multi-scalaire des inégalités et pour sa projection systématique des différenciations sociales dans l’espace géographique.

 

Ici, je partage le type de document sur lequel s’est appuyé mon compte rendu. Il est constitué d’un recueil de passages du livre que j’ai considérés comme importants. Chaque citation est accompagnée d’un ou plusieurs mots clés (ou tags), précédés d’un # afin d’effectuer des recherches thématiques dans le document. Les passages en gras ne le sont pas nécessairement dans la version originale.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.